Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



17 événements affichés, le premier en 750 - le dernier en 909



Naissance de Benoît d'Aniane

Wittiza ou Benoît d'Aniane naît en Languedoc en 750, fils d'Aygulf ou Aigulf, Comte de Maguelone, un noble probablement d'origine wisigothique.

Son éducation est faite à la cour de Pépin III le Bref, où il devient échanson de Berthe Au Grand Pied.



Conquête de la Lombardie par Charlemagne

En 773, Benoît d'Aniane participe avec Charlemagne à l'expédition contre les Lombards en Italie. Benoît d'Aniane est alors destiné à une brillante carrière militaire.

En 773, Charlemagne et son armée propose aux Lombards un dédommagement en échange des villes, mais Didier de Lombardie refuse.

L'armée de Charlemagne est alors divisée en deux, une partie sous ses ordres, une autre sous l'autorité de son oncle, Bernard.

Ils franchissent ainsi les Alpes, et une armée de volontaires prend un itinéraire détourné afin de prendre les Lombards à revers.

Les Lombards fuient, Didier de Lombardie se réfugie dans Pavie et son fils, Adalgise, dans Vérone.

Pépin fait garder les cités afin de les empêcher de sortir et entreprend la conquête de la Lombardie.



Benoît d'Aniane Moine

En 774, à la suite d'un évènement dramatique en voulant sauver son frère d'une noyade, Benoît d'Aniane fait profession monastique à l'abbaye de Saint-Seine près de Dijon, préférant la bure à la cotte de mailles.

Benoît d'Aniane y fait preuve d'un ascétisme rigoureux et étudie les nombreuses règles en usage règle de saint Pacôme et de saint Basile mais aussi la règle de Colomban.

Benoît d'Aniane devint le cellérier de l'abbaye.



Benoît d'Aniane Abbé de Saint-Seine

Vers 780, Benoît d'Aniane est élu par sa communauté abbé l'abbaye de Saint-Seine près de Dijon, mais il s'enfuit à Aniane, près de Montpellier, vers son pays natal.



Louis Ier le Pieux Roi d'Aquitaine

Arnold précepteur de Louis Ier le Pieux

En 781, Charlemagne fait aussi sacrer roi d'Aquitaine son autre fils, Louis Ier le Pieux.

L'Aquitaine est un royaume subordonné à Charlemagne.

Ce nouvel état comprend l'Aquitaine proprement dite ainsi que la Vasconie et a pour capitale Toulouse.

Son précepteur, Arnold, est un fidèle serviteur de Charlemagne, si bien que c'est encore Charlemagne qui dirige, sous couvert de son fils. L'administration est assurée :



Agobard de Lyon à Narbonne

Agobard de Lyon arrive en Gaule en 781 et vit à Narbonne. Il fait probablement partie de l'entourage de Benoît d'Aniane.

Agobard de Lyon se consacre aux études, à la religion et aux sciences.


Saint Benoit de Nursie avec le livre de la règle et Saint Benoit d'Aniane avec le modèle du monastère d'Aniane - église de Saint-Guilhem-le-Désert

Fondation l'abbaye d'Aniane

Rédaction de la règle de Saint-Benoît

Prévoyant de faire perpétuer le souvenir de Liutgarde d'Alémanie, Charlemagne fait construire le monastère d'Aniane, en 782.

Benoît d'Aniane mène alors une vie d'anachorète, et il fonde avec des disciples, en 782, sur les bords du fleuve Hérault l'abbaye d'Aniane. Il choisit comme modèle le cénobitisme.

Aniane connait grâce à son abbé, un succès et un essor considérable. Il obtient de Charlemagne des lettres d'immunités et la reconnaissance de la liberté d'élection de l'abbé.

Le développement est toutefois freiné par la rigueur exigée.

Benoît d'Aniane se tourne alors vers la règle de Saint Benoît de Nursie, qu'il veut faire appliquer au sens strict.

Benoît d'Aniane modifie et complète cette règle avec celle de Colomban.

Benoît d'Aniane rédige la Concorde des règles, s'appuyant sur ses commentaires de la règle de saint Benoît de Nursie.

Plus de 300 moines formés dans ce monastère s'éparpillent dans tout l'empire pour répandre la règle bénédictine, réformer les anciennes abbayes et en fonder de nouvelles.



L'abbaye d'Aniane Abbaye royale

En 792, l'abbaye devient royale, et par conséquent un centre de rayonnement d'où Benoît d'Aniane cherche à imposer le bénédictisme en Aquitaine. Le Languedoc, l'Auvergne, la Bourgogne vont s'y adapter.



Concile de Francfort

Le concile de Francfort réprouve l'Adoptianisme en 794.

On ne sait si Benoît d'Aniane assiste à ce concile mais en tout cas il est aidé dans le combat contre l'adoptianisme par Alcuin et Nebridius ses deux amis.



Mission contre l'adoptianisme

Charlemagne en 799 confie une mission à Benoît d'Aniane accompagné de Nebridius et de Leyrade Archevêque de Lyon pour se rendre dans les marches d'Espagne pour mettre fin à l'adoptianisme.



Mort de Liutgarde d'Alémanie

Liutgarde d'Alémanie meurt au monastère de Saint-Martin de Tours le 4 juin 800. Elle y est inhumée.

Le monastère de la Celle Saint-Paul de Cormery a été fondé par Ithier, précédent abbé de Saint-Martin de Tours.

Le jour même de la mort de Liutgarde, Charlemagne signe un diplôme pour que le monastère de la Celle Saint-Paul de Cormery soit suffragant de l'abbaye de Tours.

Charlemagne fait demander par Alcuin à Benoît d'Aniane, 22 de ses moines pour y implanter la nouvelle règle de saint Benoît.

Après la mort de Liutgarde, Charlemagne ne se remariera plus.


Abbaye de Gellone

Fondation de l'abbaye de Gellone

Ayant retrouvé Benoît d'Aniane, son ancien ami d'enfance, à l'abbaye Saint-Sauveur d'Aniane, Guillaume Ier de Gellone fonde l'Abbaye de Gellone près de St-Guilhem-le-Désert dans l'Hérault en 804, suivant la règle bénédictine.

Il ne reste que l'église abbatiale. Du cloître, à deux étages, il ne reste que les rez-de-chaussée Nord et Ouest.


Miniature représentant Louis dit le Pieux se détachant sur un texte sacré - école de Fulda

Mort de Charlemagne

Louis Ier le Pieux Roi des Francs

Louis Ier le Pieux Roi des Lombards

Bernard de Vermandois Roi d'Italie

Charlemagne meurt à Aix-la-Chapelle le 28 janvier 814, à 71 ans d'une pleurésie.

Il est inhumé à Aix-la-Chapelle dans la chapelle de son palais.

Rampon de Barcelone est chargé d'annoncer à Louis Ier le Pieux la mort de Charlemagne, son père, à Doué-la-Fontaine (Anjou).

En 814, Louis Ier le Pieux récupère l'intégralité de l'héritage de Charlemagne.

Il reste entouré de conseillers aquitains, comme le chancelier Helisachar ou le moine Benoît d'Aniane.

Les envoyés du basileus, Léon V, venant confirmer le titre impérial de Charlemagne le remettent à Louis Ier le Pieux

Dès lors, Louis Ier le Pieux se fait titrer Empereur auguste.

Louis Ier pousse la piété à l'extrême, devenant un véritable dévot.

Il donne des terres à des humbles, diminuant ainsi son propre patrimoine.

Louis Ier le Pieux confirme Bernard de Vermandois Roi d'Italie.



Installation de Benoît d'Aniane à Inden

Devenu empereur, Louis Ier le Pieux, s'empresse d'installer Benoît d'Aniane, qui est son ami et son conseiller, dans un monastère qu'il vient de fonder à son intention à Inden, à une dizaine de kilomètres d'Aix-la-Chapelle, proche du palais impérial pour le mettre à la tête de tous les moines de son empire.

Louis Ier le Pieux cherche à imposer l'unité religieuse de l'Empire pour constituer un cadre à son territoire.

Soutenu par Louis Ier le Pieux, par l'abbé de Saint-Martin de Tours et l'Évêque d'Orléans, Benoît d'Aniane fait appliquer avec beaucoup d'intelligence la règle bénédictine dans plus de 20 monastères en Aquitaine, dont principalement Gellone, Saint-Savin et Massay.

Le sud de la Loire va aussi progressivement profiter peu à peu de cette réforme.

Après l'Aquitaine et la Gothie, c'est au tour de la Francie de bénéficier de la règle du salut.

La vie bénédictine va s'imposer en Europe.

Les changements apportés se diffuseront très vite en Saxe et Italie de 820 à 830.

Outre cela, Benoît d'Aniane diffuse la liturgie romano-franque, et l'écriture minuscule.



Application de la règle de Saint Benoît aux Monastères

Capitulum monasticum

Les monastères ne respectent plus la règle de Saint Benoît : pour obliger les monastères à respecter ses principes fondamentaux, Louis Ier le Pieux impose par le capitulaire de 817 la règle bénédictine à tous les monastères.

Louis Ier le Pieux réunit à Aix-la-Chapelle tous les abbés de l'Empire pour faire accepter le capitulum monasticum, préparé par Benoît d'Aniane.

Le but de cette constitution est de réglementer et surtout d'unifier les différents styles de vie monastique.

Saint Augustin et Benoît de Nursie sont à cette époque les meilleures références pour vivre une vie religieuse à la fois exigeante et raisonnable.

L'empereur qui est en accord parfait avec ce mouvement de purification en proclame l'application dans tout l'Empire.

Ainsi, la politique culturelle mis en place par Charlemagne trouve-t-elle ici toute l'ampleur d'une brillante renaissance artistique, spirituelle, intellectuelle dans beaucoup de monastères, devenus des lieux privilégiés de transmission de la culture.

Toutefois, à partir de cette règle unique vont se créer des traditions propres à chaque abbaye.



Mort de Benoît d'Aniane

Benoît d'Aniane meurt en 821.

Il sera fait saint.


Fondation de l'Abbaye de Cluny par Guillaume Ier le Pieux- lettrine enluminée - Bibliothèque Nationale de France Abbaye de Cluny

Concile de Trosly

Fondation de l'abbaye de Cluny

En juin 909, dans le climat de désordre consécutif aux invasions des Vikings dans la plus grande partie des territoires de l'ancien empire carolingien, se réunit un concile à Trosly, près de Coucy-le-Château.

Outre les déprédations faites par l'envahisseur, ce concile constate le dérèglement des mœurs des moines, et note la désolation dans laquelle se trouvent beaucoup de monastères. Il décide de la création de l'ordre de Cluny, avec une règle empruntée à Saint-Benoît.

Sous la présidence d'Hervé, l'archevêque de Reims, les évêques réunis lors du concile proposent d'octroyer un territoire aux Vikings.

Guillaume Ier le Pieux, Duc d'Aquitaine et le Comte de Mâcon, cède le 11 septembre 909 à l'abbé Bernon de Baume un domaine dans la Saône, libre de toute tutelle laïque, pour qu'il y fonde l'abbaye de Cluny sous le patronage des apôtres Pierre et Paul.

Il place le monastère sous la règle de Saint-Benoît réformée par Benoît d'Aniane. L'abbaye de Baume-les-Messieurs fournit les premier religieux.

La terre de Lournand est incluse dans la donation faite par le comte de Mâcon pour la fondation de l'abbaye de Cluny.

Bernon de Beaume contribue à diffuser la réforme monastique et réforme plusieurs abbayes, dont celle de Souvigny.

L'ordre de Cluny connaîtra un essor extraordinaire.

Au XIIe, environ 300 établissements avec près de 10 000 moines y seront affiliés en Europe, une densité jamais atteinte pour un ordre monastique !


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !