Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



27 événements affichés, le premier en 1359 - le dernier en 1730



Liaisons de Jean II d'Armagnac

Jean II d'Armagnac a des liaisons.

Les Bâtards d'Armagnac sont :

Benoît XIII, Pape d'Avignon, fait Jean, Bâtard d'Armagnac, cardinal,


Urbain VI Pape Clément VII Anti Pape Grand Schisme d'Occident

Mort de Grégoire XI

Siège du château Saint-Ange

Urbain VI Pape romain

Clément VII Anti Pape d'Avignon

Installation de Clément VII à Avignon

Début du Grand Schisme d'Occident

Des négociations en vue d'un processus de paix débutent à Sarzano avec Barnabé Visconti et les Florentins.

Gravement malade, se sentant menacé dans son palais même, Grégoire XI finit cependant par prendre Rome en aversion et seule la mort l'empêche de retourner à Avignon.

Peu avant sa mort, Grégoire XI désigne son cher Hugues de Saint-Martial comme son exécuteur testamentaire.

Grégoire XI meurt le 27 mars 1378 à Rome avant d'avoir pu expédier les bulles d'approbation de l'élection de Venceslas Ier du Saint-Empire.

Grégoire XI est le dernier pape de nationalité française. Il est instruit et pieux, mais a cependant une certaine tendance au népotisme.

Grégoire XI réussit à pacifier la Castille, l'Aragon, la Navarre, la Sicile et Naples.

Grégoire XI déploie également beaucoup d'efforts pour réunir les églises grecque et romaine, pour entreprendre une nouvelle croisade, et pour réformer le clergé.

En mai 1378, avec son fils Gérald, Hugues de la Roche défend le château Saint-Ange que lui a confié Raymond VIII de Turenne. Ils tiennent cette forteresse pendant 14 mois.

Bartolemeo Prignano, archevêque de Bari, est élu pape le 2 août 1378 sous le nom de Urbain VI.

Il est le premier pape italien, élu à Rome, depuis le retour du Saint-Siège dans cette ville.

Rentré chez lui, Charles Ier de Luxembourg apprend, au cours de l'été 1378, que les cardinaux considèrent l'élection d'Urbain VI comme nulle.

Il écrit aussitôt à Jeanne Ire d'Anjou, Reine de Naples et la prie de raisonner le Sacré Collège.

Urbain VI se rend tellement odieux auprès des cardinaux français que ceux-ci élisent Robert de Genève, cardinal de Genève, un prélat français, le 20 septembre 1378 sous le nom de Clément VII.

Il est élu notamment par son successeur Benoît XIII qui met à son profit ses compétences juridiques.

Clément VII est le premier pape qui s'installe en Avignon.

C'est le début du Grand Schisme d'Occident, qui verra 2 (et même parfois 3) papes sur le trône de Saint-Pierre.

Pierre de Sortenac participe aux 2 conclaves de 1378.

Pierre de Sortenac rejoint l'obédience d'Avignon de l'antipape Clément VII.

Jean Allarmet de Brogny rejoint Clément VII à Avignon.

Après avoir hésité, Jeanne Ire d'Anjou se prononce pour Clément VII et lui avance 64.000 florins.

Urbain VI de son coté encourage les ennemis de Jeanne Ire d'Anjou :

Pierre III de Genève, frère de Clément VII, passe les dernières années de sa vie auprès de lui à Avignon à combattre pour asseoir son pouvoir.



Soumission de la Provence

Prise de Naples

Après la mort des deux protagonistes Louis Ier d'Anjou et Charles III de Durazzo, le conflit est poursuivi par leurs épouses Marguerite de Durazzo et Marie de Blois-Châtillon en qualité de régentes de leurs fils mineurs Ladislas Ier de Durazzo et Louis II d'Anjou.

La Provence est déchirée entre les deux parties :

La majorité des communes, dont Nice, est également favorables aux Durazzo.

À ces troubles politiques viennent s'ajouter encore le Grand Schisme de l'Église catholique :

Clément VII confie à Gantonnet d'Abzac la charge de protéger militairement l'archevêque Jean d'Agoult.

En 1387, suite à un retournement de situation, Aix-en-Provence se rallie à la maison d'Anjou.

Louis II d'Anjou obtient la soumission de la Provence en 1387.

D'une façon inattendue, la Provence à l'est du Var, c'est-à-dire le pays niçois, se retrouve seule face aux partisans des Anjou, maintenant très nombreux grâce aux avantages substantiels distribués généreusement par ces derniers.

Othon IV de Brunswick-Grubenhagen prend Naples en 1387 et punit ceux qui s'étaient déclarés contre Jeanne Ire d'Anjou.

Ladislas Ier de Durazzo chassé de sa capitale, se révèle incapable d'aider ce qui reste de ses partisans. Plusieurs seigneurs des montagnes niçoises rendent hommages à Louis II d'Anjou.

Louis II d'Anjou fait face aux divagations des routiers, soutient le pape d'Avignon Clément VII avant d'adhérer à la soustraction d'obédience, puis d'assurer à Benoît XIII fugitif une relative protection.


Benoît XIII Couronnement de Benoît XIII - Chroniques de Froissart - FR 2646 f 190 v. - Bibliothèque nationale

Mort de Clément VII Antipape

Benoît XIII Anti Pape d'Avignon

Clément VII meurt le 16 septembre 1394.

Pierr ou Pedro de Luna devient Anti Pape à Avignon sous le nom de Benoît XIII.

Le 11 octobre 1394, Hugues de Saint-Martial et le Cardianl de Neuchâtel, doyen du Sacré Collège, couronnent pape Pedro de Luna.



Excommunication de Raymond VIII de Turenne

Benoît XIII, épouse la querelle de Clément VII, son prédécesseur, avec Raymond VIII de Turenne qui continue à tuer, piller et brûler à son seul bénéfice malgré les condamnations émanant du palais des papes d'Avignon.



Jean Allarmet de Brogny Évêque d'Ostia-Velletri

Benoît XIII, confirme toutes les nominations de Jean Allarmet de Brogny et le promeut Évêque d'Ostia-Velletri en 1394.

À cette époque, Jean Allarmet de Brogny est partisan des papes d'Avignon.



Protection du Pape Benoît XIII par Martin Ier l'Humain

Martin Ier l'Humain, allié du pape d'Avignon, l'Aragonais Benoît XIII, qui était parent de Marie de Luna, porte sa protection jusqu'au point d'intervenir militairement à Avignon, en 1403.

Pedro de Luna, Benoît XIII, quitte définitivement Avignon en 1403, après un éprouvant siège de cinq ans.



Tentative de réconcilier des deux papes Benoît XIII et Grégoire XII

En 1407, Pierre Cauchon est missionné par Charles VI le Fou, en compagnie des plus hauts dignitaires ecclésiastiques, pour tenter de réconcilier les deux papes rivaux Benoît XIII et Grégoire XII.

Cette expédition est un échec, mais élève Pierre Cauchon au rang d'arbitre, de négociateur au plus haut niveau.



Jean Allarmet de Brogny déchu du cardinalat

Jean Allarmet de Brogny abandonne Benoît XIII qui le déchoit de sa dignité de cardinal le 20 octobre 1408.



Levée de l'excommunication de Raymond VIII de Turenne

Raymond VIII de Turenne se réfugie dans son comté de Beaufort-en-Vallée, près d'Angers, dépendant de l'archidiocèse de Tours.

Lui, qui jusqu'alors ne nous avait pas habitué à la chose est-il pris de scrupules religieux ?

Toujours est-il que le 8 février 1408, à Gênes, Jean II le Meingre reçoit une lettre de son beau-père lui demandant d'intervenir auprès de Benoît XIII, qui séjourne alors à Porto-Venere, dans le golfe de Gênes. Raymond VIII de Turenne désire faire lever une excommunication qui lui pèse. Il joint à son courrier le projet de bulle à soumettre au pontife.

Dans les attendus, il explique en particulier les conséquences funestes qu'ont eu sur le cours des évènements le mariage d'Alix des Baux et d'Odon de Villars. Mais toujours aussi fier, il fait savoir à son gendre, qu'en tout état de causes, il se refuse à plier genoux devant ce pape dont il implore la clémence.

Le 11 février 1408, le 3 des ides de février, à la demande Jean II le Meingre, gouverneur de la Superbe République pour la France, Benoît XIII lève l'excommunication de Raymond VIII de Turenne et lui donne absolution de toutes les censures qu'il avait encourues jusqu'à ce jour tant sous le pontificat de Clément VII que sous le sien.

Raymond VIII de Turenne fait accepter par le pape qu'Ameil du Breuil, L'archevêque de Tours, soit chargé de l'absoudre.



Annulation du mariage d'Odon de Villars et d'Alix des Baux

Mariage de Conrad de Fribourg-en-Brisgau avec d'Alix des Baux

En 1408, Benoît XIII est sollicité par Alix des Baux pour rompre son mariage avec Odon de Villars. Le pontife obtempère.

Conrad de Fribourg-en-Brisgau, Comte de Neuchâtel épouse alors Alix des Baux.



Benoît XIII à Perpignan.

En 1408, Benoît XIII, pape d'Avignon, réside au palais des rois de Majorque à Perpignan.



Querelle à Volti

Mort de Guy de Roye

Concile de Pise

Alexandre V Antipape de Pise

En 1409, Louis Ier de Bar se rend au concile de Pise avec Guy de Roye, archevêque de Reims, et Pierre d'Ailly, évêque de Cambrai.

À Volti, près de Gênes, une querelle entre les maréchaux de la ville et de l'archevêque de Reims dégénère et tourne à l'émeute.

Guy de Roye meurt à Voltri le 8 juin 1409 tué d'un coup d'arbalète.

Louis Ier de Bar manque de peu d'être tué.

Jean de La Rochetaillée est délégué du chapitre d'Amiens au concile de Pise.

Arrivé à Pise, les cardinaux prononcent la déchéance des papes Benoît XIII d'Avignon et Grégoire XII de Rome.

Alexandre V est élu Antipape en 1409.

Martin V pend part au concile de Pise.

Alexandre V confirme Jean Allarmet de Brogny :

Official et chanoine de la cathédrale de Rouen, Jean de La Rochetaillée devient correcteur des lettres apostoliques à la cour de l'antipape Alexandre V.



Pierre de Foix Cardinal

Pierre de Foix devient Cardinal en 1409 nommé par Benoît XIII.



Mort de Martin Ier l'Humain Roi d'Aragon, de Valence et Comte de Barcelone et Roi de Sicile

Guerre de succession d'Aragon

Pour éviter de futurs conflits d'héritage, Martin Ier l'Humain veut poursuivre à tout prix le processus de légitimation de avec l'aide de Benoît XIII le pape d'Avignon.

Ils fixent le 1er juin de 1410 pour cette légitimation.

Mais Martin Ier l'Humain meurt à Barcelone le 31 mai 1410.

Ses enfants : Martin II de Sicile, Jacques, Jean et Marguerite sont tous morts avant leur père.

Benoît XIII refuse d'entériner la légitimation de Frédéric de Luna seul.

Cela déclenche une guerre de succession pour la couronne d'Aragon. Les postulants sont :

Archambaud de Grailly soutient les prétentions de Louis II d'Anjou. Jean Ier de Foix, son fils, lève alors des troupes pour soutenir les prétentions de Louis II d'Anjou.



Collation du prieuré des Cabannes, au diocèse de Tortose

Le 1er septembre 1412, Jean Carrier obtient de Benoît XIII la collation du prieuré des Cabannes, au diocèse de Tortose. Il est alors déjà qualifié de bachelier en droit civil, et se présente comme prêtre du diocèse d'Albi.


Proclamation de Ferdinand Ier le Juste comme Roi d'Aragon - Œuvre de Dióscoro Teófilo Puebla Tolín - 1867

Compromis de Caspe

Mort de Jacques II d'Aragon

Dynastie de Trastamare

Ferdinand Ier le Juste Roi d'Aragon, de Valence et de Majorque

Ferdinand Ier le Juste Roi de Sicile et de Sardaigne

Ferdinand Ier le Juste Duc d'Athènes et de Néopatrie

Ferdinand Ier le Juste Comte de Barcelone, de Roussillon et de Cerdagne

Jean II d'Aragon Duc de Peñafiel

Révolte de Jacques II d'Urgell

La succession de Martin Ier l'Humain déchaîne les partisans des différents postulants.

Depuis sa retraite de Peñíscola, Benoît XIII réussit à rétablir la concorde.

Le 15 février 1412, un accord est trouvé à Alcañiz pour nommer 9 compromissaires (arbitres) qui doivent trancher.

Ils représentent les parlements des royaumes d'Aragon, de Valence et de la principauté de Catalogne, trois pour chacun d'eux. Majorque n'est pas invité.

Benoît XIII, qui soutient Ferdinand Ier le Juste, approuve ce projet.

Les compromissaires qui se réunissent à Caspe, sont :

Les délibérations commencent le 29 mars 1412.

Au moment du vote, les représentants des Catalans se montrent indécis, tandis qu'Aragonais et Valenciens, davantage liés au commerce de la laine et autres intérêts castillans, optent pour Ferdinand Ier le Juste.

L'opinion de Vincent Ferrier l'emporte. Ferdinand Ier le Juste est élu Roi d'Aragon, de Valence et de Majorque le 25 ou le 28 juin 1412, avec les voix des trois Aragonais, de deux des valenciens et un des Catalans.

Il est le premier roi de la dynastie de Trastamare dans la couronne d'Aragon.

Ferdinand Ier le Juste devient aussi Duc d'Athènes et de Néopatrie, un titre fictif, Comte de Barcelone, de Roussillon et de Cerdagne.

Jean II d'Aragon devient Duc de Peñafiel en 1412.

Sous l'influence de Marguerite de Montferrat, sa mère, Jacques II d'Urgell n'accepte pas le verdict et prend les armes contre son souverain.



Prébende affectée à Jean Carrier

Qualifié de conseiller du comte Bernard VII d'Armagnac, Jean Carrier obtient de Benoît XIII provision:

Le titulaire de cette prébende, Michel del Bès, traité dans la bulle de schismatique, se voit privé de cette dernière, pour avoir participé au concile de Pise, et adhéré à l'obédience de Jean XXIII.



Capitulations de Narbonne

Le 13 décembre 1415, Guillaume II de Narbonne reçoit Sigismond Ier de Luxembourg et les ambassadeurs de Castille, de Navarre, d'Aragon, des comtes de Foix et d'Armagnac qui signent les capitulations de Narbonne (soustraction d'obédience au pape Benoît XIII).


Martin V Martin V

Fin du Grand Schisme d'Occident

Traité de Canterbury

Concile de Constance

Martin V Pape

Henri V de Lancastre partage avec Sigismond Ier de Luxembourg la responsabilité d'avoir mis fin au Grand Schisme en obtenant l'élection du Pape Martin V.

Le Traité de Canterbury ouvre la voie pour la fin du Schisme de l'Église.

Par son décret Frequens du 9 octobre 1417, le concile de Constance se déclare institution permanente de l'Église, devant se réunir périodiquement et chargé du contrôle de la papauté.

Jean Allarmet de Brogny fait campagne pour Martin V.

Jean de La Rochetaillée est un des 6 prélats français électeurs qui choisissent Martin V comme pape.

Oddone Colonna est élu 204e pape lors du concile de Constance le 11 novembre 1417 sous le nom de Martin V, en hommage à Martin de Tours, dont la fête était célébrée le jour de son élection.

Pierre de Foix a un rôle important, pendant et après le Concile de Constance auprès de Benoît XIII, réfugié à Peniscola, et auprès de ses partisans en particulier aragonais.

Pierre de Foix contribue à l'élection.

Consacré le 21 novembre 1417 par le président du Concile, le cardinal Jean Allarmet de Brogny, il met fin au grand schisme d'Occident, sans toutefois parvenir à contenir un schisme minoritaire de l'Église d'Avignon.


Château de Peñíscola par Juan Fernando Palomino - publié dans l'Atlante español ó Descripción general de todo el reyno de España - de Bernat Espinalt i Garcia - en 1786

Désignation d'un nouveau collège cardinalice

Mort de l'Antipape Benoît XIII

Clément VIII Antipape

Sentant sa mort proche, Benoît XIII, désigne, le 24 mai 1423 un nouveau collège cardinalice, composé de:

Benoît XIII meurt en 1423.

Après le décès de Benoît XIII, en l'absence de Jean Carrier, les 3 autres cardinaux, se réunissent en conclave, au château de Peñíscola, le 10 juin 1424.

Ils choisissent comme Antipape Gil Sanchez Muñoz y Carbón, qui a prend le nom de Clément VIII.

Gil Sanchez Muñoz y Carbón est l'archiprêtre, fonction qu'il cumule avec un canonicat à Barcelone.

Clément VIII réside à Peñíscola.



Mort de Clément VIII ex Antipape

Clément VIII meurt à Majorque le 28 décembre 1446.

Clément VIII n'est pas inscrit dans la liste officielle des papes et antipapes de l'Annuario Pontificio publié par Vatican.

Il apparaît dans une note en bas de la page consacrée à l'antipape Benoît XIII dans l'édition 2007, p.

17, n 30.



Mort de Pierre de Foix

Pierre de Foix meurt à Avignon, le 13 décembre 1464.

Il est inhumé dans un tombeau de marbre dans l'église des Cordeliers, où il est représenté agenouillé.

À titre anecdotique, Pierre de Foix autorise en 1459 l'ancêtre de Nostradamus Crescas de Carcassonne, converti juif, à porter le nom de Pierre de Notre-Dame.

En 1460, Pierre de Foix accorde une bulle d'indulgences pour favoriser l'édification d'une église des prêcheurs dans la ville d'Arles.

Il constitue une riche bibliothèque dont la plupart des ouvrages ont appartenu à l'anti-pape Benoît XIII.

Pierre de Foix fonde à Toulouse le Collège de Foix.



Naissance de Benoît XIII

Pietro Francesco Orsini, puis Vicenzo Maria Orsini, futur Pape Benoît XIII, naît à Gravina in Puglia près de Bari le 2 février 1649, fils du Duc Ferdinando Orsini et de Giovanna Frangipane Della Tolfa.


Benoît XIII Pape

Mort d'Innocent XIII

Benoît XIII Pape

Innocent XIII meurt à Rome le 7 mars 1724.

Innocent XIII tient bon face aux Français et refuse de retirer la bulle Unigenitus.

Récemment les citoyens de Poli, village de naissance du pape, ont demandés au Saint Siège d'introduire la cause de béatification du pape Innocent XIII.

Vicenzo Maria Orsini, évêque de Césène, est élu Pape le 29 mai 1724 sous le nom de Benoît XIII, en latin Benedictus XIII, en italien Benedetto XIII.

Il est intronisé le 4 juin 1724.

Il se laisse gouverner par le cardinal Niccolò Coscia.

Il y eut aussi un antipape Benoît XIII, qui régna à Avignon de 1394 à 1417. De nombreux papes de Rome choisirent volontairement de reprendre des noms d'antipapes.



Canonisation de Saint Jean de La Croix

Benoît XIII canonise Saint Jean de La Croix le 27 décembre 1726.


Clément XII

Mort de Benoît XIII

Clément XII Pape

Benoît XIII meurt le 21 février 1730.

Lorenzo Corsini est élu pape le 12 juillet 1730 sous le nom de Clément XII,en latin Clemens XII, en italien Clemente XII.

Il est intronisé le 16 juillet 1730.

Clément XII commence sa tâche par atténuer la corruption de certains Bénédictins. Il améliore l'efficacité du gouvernement des États pontificaux.

Il lui est cependant reproché la création d'une loterie comme moyen de lever des fonds.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !