Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



5 événements affichés, le premier en 1806 - le dernier en 1867



Naissance de Benito Juarez

Indigène zapotèque, Benito Pablo Juárez García ou Benito Juarez naît au village de San Pablo Guelatao dans la région connue aujourd'hui sous le nom de Sierra Juárez dans l'État d'Oaxaca au Mexique le 21 mars 1806.

Ses parents sont paysans et meurent lorsqu'il a 3 ans.

Benito Juarez est ouvrier agricole et berger jusqu'à ses 12 ans.



Études de Benito Juarez

Benito Juarez ne sait ni lire, ni écrire et ne parle pas l'espagnol mais uniquement le zapotèque. Le 18 décembre 1818, il part à Oaxaca dans le but d'étudier et d'obtenir un meilleur niveau de vie.

À Oaxaca, sa sœur qui travaille comme cuisinière, le reçoit et lui trouve un travail de domestique.

Un prêtre franciscain, nommé Antonio Salanueva, est impressionné par l'intelligence du jeune garçon et par sa facilité d'apprentissage.

Il l'aide à intégrer le séminaire de la ville, dans laquelle il commence ses études et se dédie plus au droit qu'à la théologie.



Traité McLane-Ocampo

En décembre 1859, le gouvernement de Benito Juarez signe avec les États-Unis le traité McLane-Ocampo le Tratado de Tránsito y Comercio.

Il concède à perpétuité des droits de passage sur le territoire mexicain, notamment dans l'isthme de Tehuantepec, en échange entre autres de l'appui militaire des États-Unis en cas d'intervention étrangère.

Ce traité n'entrera pas en vigueur car il ne sera pas ratifié par le Sénat des États-Unis.



Suspension du paiement de la dette extérieure du Mexique

Convention de Londres

Arrivée des Espagnols au Mexique

Suit à cause de la guerre civile, les caisses du Mexique sont vides.

Benito Juarez reconnait que le Mexique doit :

Le 17 juillet 1861, Benito Juarez décide de suspendre pour 2 ans le paiement de cette dette extérieure, ce qui cause les protestations de la France, de l'Espagne et de la Grande-Bretagne.

La Convention de Londres est signée le 31 octobre 1861, liant le Royaume-Uni, l'Espagne et la France.

Elle fixe le cadre légal d'une expédition prévue par ces pays.

L'objectif de l'expédition est d'intervenir sur place pour:

L'opportunité est belle pour un pays comme la France d'y installer un régime à sa solde et d'en récolter les fruits.

La solution, selon Napoléon III, est de mettre fin au désordre politique régnant et d'y instaurer un Empire. Une fois l'ordre rétabli, le progrès sera au rendez-vous et le Mexique deviendra le premier pays industrialisé d'Amérique latine.

Devenu terre d'élection, il attirera des milliers de colons et verra l'urbanisation s'intensifier.

Des milliers d'Italiens, d'Irlandais, de Grecs, de ressortissants de tous les pays en difficulté viendront y résider et concurrencer les États-Unis comme choix de destination des migrants.

L'intervention américaine est exclue car la guerre de Sécession bat son plein.

Ce plan oublie juste sans de consulter les Mexicains, pourtant les premiers intéressés.

Les gouvernements espagnol et britannique envoient eux aussi une force expéditionnaire : le Mexique leur doit bien plus d'argent qu'à la France.

Les Espagnols envoient le général Joan Prim et 4 000 soldats provenant de Cuba qui débarque à Vera-Cruz le 17 décembre 1861.


Exécution de Maximilien – Image d'Épinal

Mort de Ferdinand Joseph Maximilien d'Autriche

Mort de Miguel Miramon

Mort de Tomas Mejia

En juin 1867, Ferdinand Joseph Maximilien d'Autriche se considère comme devenu Mexicain.

Il se croit capable de maintenir l'Empire Mexicain sans aide étrangère.

Il refuse d'abdiquer et se réfugie dans Santiago de Querétaro.

Bientôt cerné par les troupes de Benito Juarez, il se rend.

Maximilien pense naïvement qu'il aurait le droit d'être conduit à Veracruz et rembarqué sur le premier navire en partance pour l'Europe.

Tout au contraire, il est condamné à mort.

Ferdinand Joseph Maximilien d'Autriche meurt à Querétaro au Mexique le 19 juin 1867 sous les balles des républicains de Benito Juarez.

Miguel Miramon et Tomas Mejia, d'origine indigène, ses généraux meurent également fusillés.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !