Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



1 événement affiché, le premier en 1284 - le dernier en 1284


Porto Pisano

Bataille navale de la Meloria

Bien qu'alliée des Catalans et de Venise contre Gênes, Pise n'en reçoit pas d'aide.

Le dimanche 6 août 1284, les Génois, à la flotte plus forte et plus efficace, envoient leur puissance entière contre leur ennemi en mer Tyrrhénienne, près de l'îlot de la Meloria, au large de Livourne.

Les forces pisanes sont regroupées sur l'Arno, à l'embouchure duquel se trouve Porto Pisano, le port de la ville.

Porto Pisano est aussi appelé Triturrita (aux trois tours).

La flotte de Pise représente toute la puissance de cette République. Il s'y trouve des membres de chaque grande famille et la plupart des grands officiers d'État.

Les Génois, afin de faire sortir leurs ennemis pour engager le combat de manière décisive, ont rangé leur flotte en 2 lignes côte à côte.

Selon Agostino Giustiniani, la première est constituée de 58 galères et 8 panfili, une classe de galères légères d'origine orientale et baptisées du nom de la province de Pamphylie.

Oberto Doria, amiral génois, s'est posté au centre et en avant de sa ligne.

Sur la droite se trouvent les galères de la famille Spinola, et de 4 des 8 " compagnies " en lesquelles Gênes était divisée : Castello, Piazzalunga, Macagnana et San Lorenzo.

Sur la gauche se trouvent les galères des Doria, et les 4 autres compagnies : Porta, Soziglia, Porta Nuova et Il Borgo.

La deuxième ligne de 20 offices, sous le commandement de Benedetto Zaccaria, s'est placée si loin derrière la première que les Pisans ne pouvaient pas voir si elle se compose de navires de guerre ou de petites embarcations de ravitaillement.

Elle est pourtant assez proche pour entrer dans l'action et faire pencher la balance en faveur de Gênes une fois la bataille lancée.

Les Pisans, commandés par le podestat vénitien, Alberto Morosini et ses lieutenants, Ugolino della Gherardesca et Andreotto Saraceno, sortent en formation unique.

Tandis que l'archevêque bénit la flotte, la croix d'argent de sa crosse archiépiscopale tombe.

Ce présage est négligé avec irrévérence par les Pisans, qui déclarent que s'ils ont le vent avec eux, ils pourront se passer de l'aide de Dieu.

La flotte pisane s'avance en ligne pour rencontrer parallèlement la première ligne génoise, suivant la tradition médiévale qui consiste à enfoncer la flotte adverse puis à la prendre à l'abordage.

La victoire se précise pour Gênes lorsque l'escadron de Benedetto Zaccaria se rabat sur le flanc des Pisans.

Leur flotte est presque anéantie.

Alberto Morosini est fait prisonnier et Ugolino della Gherardesca s'enfuit avec quelques navires.

La République de Pise perd alors tout contrôle sur la Corse au bénéfice des Génois.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !