Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



1 événement affiché, le premier en 1350 - le dernier en 1350



Bataille navale de Winchelsea

Jean II le Bon n'a pratiquement plus de flotte.

Il s'en remet sur mer à ses alliés génois ou Castillans.

L'un des plus actifs est Charles de la Cerda qui s'en prend au commerce anglais dans la Manche et en mer du Nord.

Les Anglais, qui l'accusent de piraterie, décident d'en finir avec lui et mobilisent pour cela d'importants moyens navals.

Charles de la Cerda, est signalé à l'Écluse, en Flandre, à la tête d'un convoi de navires marchands qui remplissent leurs cales avant de repartir sur la côte basque.

Édouard III d'Angleterre décide de lui couper la route au retour.

Il se rend solennellement à Winchelsea, accompagné de son fils, le Prince Noir et de nombreux jeunes nobles bien décidés à en découdre avec l'Espagnol.

Édouard III d'Angleterre ordonne aux archevêques de Canterbury et d'York d'organiser des prières pour le succès de l'opération.

Le 28 août 1350, les troupes anglaises embarquent sur les navires de guerre.

Édouard III d'Angleterre en personne, sur son navire-amiral, le cogue Thomas, prend le commandement de la flotte, forte d'une cinquantaine de navires.

Un cogue (en vieil allemand der Koggen) est un type de bateau utilisé en mer du Nord au cours du Moyen Âge.

Les renseignements sont bons.

Le dimanche après-midi 29 août 1350, les 40 navires de Charles de la Cerda sont signalés à l'horizon.

Ils sont poussés vers Winchelsea par une bonne brise de sud-ouest qui les rapproche rapidement.

Cette bataille de Winchelsea est aussi appelée bataille de L'Espagnols sur Mer

Édouard III d'Angleterre ordonne de lever l'ancre.

Édouard III d'Angleterre fait servir du vin à ses chevaliers et à lui-même pour renforcer encore la cohésion de ses hommes.

Charles de la Cerda, s'il le veut, peut très facilement éviter le contact mais tout porte à croire, au contraire, qu'il le recherche.

Le choc est donc très violent.

Le cogue Thomas est heurté par un navire de tête espagnol lors d'une tentative d'abordage.

La collision est si violente que le navire espagnol perd son mât et que le navire-amiral anglais se retrouve avec une importante voie d'eau.

À l'issue d'un corps à corps sanglant, l'équipage du Thomas se rend maître d'un autre bâtiment espagnol, et Édouard III d'Angleterre doit abandonner son navire qui coule pour se transporter sur sa prise.

Les navires espagnols sont plus hauts sur l'eau, ce qui leur permet d'accabler le pont des navires anglais de projectiles et de causer de gros dommages aux hommes et au matériel.

Le navire du Prince Noir se retrouve bientôt réduit à l'état d'épave, accroché au flanc d'un navire espagnol qui le malmène.

L'héritier du trône anglais ne doit son salut qu'au courage d'Henry de Grosmont, le comte de Lancastre, qui aborde la nef ennemie sur un autre flanc et lui fait amener son pavillon.

Robert de Namur et Henry de Grosmont commandent le navire anglais Salle du Roy

Un grand navire anglais commandé par Guillaume Ier de Namur, qui transporte toute la Maison du roi, est abordé par un espagnol.

Celui-ci, à défaut de pouvoir le réduire à l'impuissance, tente de l'entrainer à l'écart du champ de bataille pour mieux le neutraliser.

À ce moment-là, la situation pour les Anglais est très compromise.

Finalement, un valet flamand de Guillaume Ier de Namur réussit à passer sur le pont du navire espagnol et à couper la drisse de la grand-voile, rendant le bâtiment ingouvernable et permettant aux Anglais de reprendre la situation en mains.

À l'issue de ce combat acharné, les Anglais sont vainqueurs, ont capturé une partie du convoi espagnol.

Les chiffres des pertes espagnoles varient selon les chroniqueurs :

Les pertes anglaises comptent de nombreux morts.

Deux navires anglais au moins sont coulés, dont la navire-amiral.

Édouard III gagne dans cette victoire les surnoms de Vengeur des Marchands et de Roi de la mer.

Néanmoins, Charles de la Cerda s'est échappé avec le reste de ses bâtiments et ce violent combat qui s'est déroulé à l'abordage et à l'arme blanche, n'aura aucune conséquence stratégique sur l'évolution de la guerre et sera assez vite oublié dans les annales militaires.

Une autre hypothèse est que Charles de La Cerda avait pour but d'intercepter Édouard III d'Angleterre, qui voulait se rendre à Reims pour se faire sacrer Roi de France.

Finalement, les pertes anglaises sont lourdes et Édouard III d'Angleterre ne pourra plus s'opposer au sacre de Jean II le Bon.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !