Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



1 événement affiché, le premier en 1179 - le dernier en 1179



Bataille de Marj Ayoun

En 1179, Saladin essaie de nouveau d'envahir le royaume de Jérusalem, à la tête d'une armée venant de Damas.

La sécheresse qui sévit en Syrie diminue dangereusement les récoltes des états musulmans.

Saladin installe son armée à Banias et envoie des raids pour piller les villages et les campagnes autour de Sidon, pour ramener dans l'émirat de Damas ce qu'ils peuvent en récolte et détruire le reste.

Les fermiers et les villageois pillés ne sont plus en mesure de payer les loyers et les impôts à leurs seigneurs. Si la politique de destruction de Saladin n'est pas interrompue, le royaume de Jérusalem va sensiblement s'appauvrir.

En réaction, Baudouin IV de Jérusalem marche à la tête de son armée en direction de Tibérias, au bord de la mer de Galilée.

Il poursuit sa route vers Safed, puis vers le château de Toron, situé à une vingtaine de kilomètres à l'est de Tyr.

Rejoint par les Templiers menés par Eudes de Saint-Amand, maître de l'Ordre du Temple, et un détachement de Raymond III de Tripoli, Baudouin IV de Jérusalem prend la direction du nord.

Du haut d'un mont haut de 900 mètres que Guillaume de Tyr nomme Mesaphar, les Francs repèrent le camp de Saladin.

Baudouin IV de Jérusalem et son conseil décident de descendre sur la plaine et de l'attaquer en premier.

Pendant la descente du plateau, aux dires de l'Estoire d'Éracles, Eudes de Saint-Amand entraîne avec lui les Templiers et les chevaliers du comte de Tripoli et distance l'infanterie et le roi.

Après quelques heures, la chevalerie rencontre des troupes sarrasines commandées par Farrukh-Shâh, neveu de Saladin, qui reviennent d'un raid. Les chevaliers croisées, au nombre de 600 défont aisément la trentaine de soldats musulmans le 9 juin 1179.

Mais quelques éclaireurs leur échappent et arrivent au camp de Saladin, et les soldats croisés ne peuvent maitriser les troupeaux ramenés par les pillards qui fuient vers le camp ayyoubide.

Croyant la bataille gagnée, les Francs baissent leur garde.

Les troupes croisées restent dispersés, les Templiers et les chevaliers de Tripoli patrouillent entre Marj Ayoun et la Litani, tandis que l'infanterie se repose de sa marche forcée, faite plus tôt dans la journée.

Saladin, alerté par les troupeaux en fuite puis avertit par les rescapés de l'escarmouche, donne l'alarme et met son camp en état de défense, craignant une incursion franque.

En raison de la dispersion des troupes franques, cette incursion ne vient pas et Saladin décide d'attaquer les Croisés le 10 juin 1179.

Ce sont d'abord les troupes templières et celle de Tripoli qui reçoivent le gros des troupes musulmanes et sont pour la plupart tués.

Eudes de Saint-Amand est capturé au cours de la bataille.

Très rapidement, le reste de l'armée franque prend la fuite.

Incapable de monter un cheval à cause de la lèpre, Baudouin IV de Jérusalem échappe de peu à la capture et est évacué par un chevalier alors que sa garde se fraie un chemin à travers les lignes sarrasines.

De nombreux rescapés francs fuient et trouvent refuge au château de Beaufort à environ 8 kilomètres au sud du champ de bataille.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !