Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



1 événement affiché, le premier en 1747 - le dernier en 1747


Mort de Louis Charles Armand Fouquet de Belle-Isle

Mort de Louis Charles Armand Fouquet de Belle-Isle

Bataille d'Assietta

En 1747, durant la Guerre de succession d'Autriche, pour en finir avec Charles-Emmanuel III de Savoie, Louis XV envoie une armée forte de 150 régiments d'infanterie, 75 escadrons de cavalerie et 2 brigades d'artillerie, sous le commandement de Louis Charles Armand Fouquet de Belle-Isle et du Marquis de las Minas. Ils ne réussissent pas à s'entendre sur les priorités : Belle-Isle veut menacer Turin, l'espagnol préfère viser Gênes.

Au début, prévaut le plan de Las Minas, mais les piémontais bloquent les montagnes méridionales et c'est la traversée des Alpes selon l'idée de Belle-Isle qu'affronte un corps d'armée de 50 bataillons d'infanterie, 15 de cavalerie avec de nombreux canons.

Une colonne progresse vers le Mont-Cenis, pour viser Exilles, l'autre vise Fenestrelle en passant par l'Assietta.

L'Assietta est un plateau situé à plus de 2 500 m. d'altitude, sur la ligne de partage des eaux entre la vallée de Suse et celle du Chisone : son contrôle permet d'intervenir rapidement dans l'une ou l'autre vallée.

Prévoyant que les Français devront y passer, Charles Emmanuel III de Savoie fait retrancher l'Assietta et y poste 13 bataillons d'infanterie composés pour l'essentiel de forces piémontaises renforcées des mercenaires suisses et d'autres des forces alliées. Des combattants vaudois, habitués à la guérilla dans ces vallées ont mission de soustraire le maximum de soldats français à la bataille rangée.

Les éclaireurs français avertissent Louis Charles Armand Fouquet de Belle-Isle de la fortification du site, mais il décide de précipiter l'attaque, afin d'empêcher les forces de s'installer ensuite dans Exilles.

La colonne de droite, commandée par le maréchal de Villemur, avec 14 bataillons doit attaquer le Grand Serin et poursuivre pour être à distance d'assaut.

La colonne de gauche, commandée par le général Mailly, forte de 9 bataillons, doit attaquer les fortifications de Riobacon et du col.

La force centrale, aux ordres du Maréchal d'Arnault, avec 8 bataillons en 2 colonnes, doit attaquer la redoute de la Testa de l'Assietta.

Vers 16h30 le 19 juillet 1747, Louis Charles Armand Fouquet de Belle-Isle donne l'ordre d'attaquer.

Les Français tentent d'ouvrir une brèche dans les fortifications de l'Assietta, mais leurs divers assauts sont repoussés. Au Grand Serin les envahisseurs n'ont pas plus de succès.

Louis Charles Armand Fouquet de Belle-Isle veut entraîner ses troupes en prenant lui-même un étendard. Un coup de baïonnette et une balle ont raison de lui. La mort de leur commandant n'arrête pas les Français.

Le Comte de Bricherasio, le commandant piémontais, décide alors d'envoyer 7 bataillons vers le Grand Serin, craignant de ne pouvoir plus tenir l'Assietta longtemps.

Il ordonne au Comte de San Sebastiano, qui commande la redoute la plus avancée de la Testa de l'Assietta, de s'en retirer et de rejoindre le Grand Serin.

Mais, selon la légende, le Comte de San Sebastiano n'obéit pas à cet ordre et résiste héroïquement aux assauts sur son poste, décidant ainsi de la victoire, malgré les 5 heures d'assauts répétés des Français.

Le lendemain, le décompte des morts est de 5 000 français contre seulement 77 piémontais.

Les troupes françaises, défaites, s'en retournent en France.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !