Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme











Événements contenant la ou les locutions cherchées



12 événements affichés, le premier en 1768 - le dernier en 1839



Mariage d'Aimar-Charles-Marie de Nicolaï avec Philippine Léontine Potier de Novion

Aimar-Charles-Marie de Nicolaï épouse le 27 avril 1768 Philippine Léontine Potier de Novion. Leurs enfants sont :



Naissance d'Aymard François Marie Chrétien de Nicolay

Christian ou Aimar ou Aymard François Marie Chrétien de Nicolay ou de Nicolaÿ naît à Paris le 23 août 1777, fils d'Aimar-Charles-Marie de Nicolaï (1747-1794), Seigneur du marquisat de Bercy, et de Philippine Léontine Potier de Novion (1748-1820).



Mariage d'Aymard François Marie Chrétien de Nicolay avec Alexandrine Charlotte de Malon

Aymard François Marie Chrétien de Nicolay épouse le 14 février 1801 Alexandrine Charlotte de Malon (19 février 1781-20 novembre 1808), fille du marquis de Bercy et de Charlotte Aglaé de Simiane.

Leurs enfants sont :



Naissance d'Aymard Charles Léon de Nicolaï

Aymard Charles Léon de Nicolaï naît le 28 décembre 1801, fils d'Aymard François Marie Chrétien de Nicolay et d'Alexandrine Charlotte de Malon.



Aymard François Marie Chrétien de Nicolay Maire de Goussainville

Dernier seigneur de Goussainville dans le Val-d'Oise, Aymard François Marie Chrétien de Nicolay en devient Maire de 1807 à 1812.

Il est également membre du collège électoral du département de Seine-et-Oise.



Mariage de Jean-Baptiste Éblé avec Édeline Louise Fréteau de Pény

Jean-Baptiste Éblé épouse à Kassel le 5 avril 1809 Édeline Louise Fréteau de Pény, fille d'Emmanuel Fréteau de Pény et de Marie Josèphe Perrine Moreau de Plancy. Leur enfant est :



Aymard François Marie Chrétien de Nicolay Comte de l'Empire

Aymard François Marie Chrétien de Nicolay est créé Comte de Nicolaÿ et de l'Empire le 4 février 1811.

Chambellan de Napoléon Ier de 1811 à 1813, Aymard François Marie Chrétien de Nicolay est envoyé comme ministre plénipotentiaire à Bade, puis à Karlsruhe.



Mariage d'Aymard François Marie Chrétien de Nicolay avec Eugénie Ursule Maury

Aymard François Marie Chrétien de Nicolay est veuf d'Alexandrine Charlotte de Malon.

Aymard François Marie Chrétien de Nicolay épouse le 29 janvier 1814 Eugénie Ursule Maury (1787-1852), Dame du palais de la grande Duchesse Stéphanie de Bade. Leurs enfants sont :



Jean-Jacques Régis de Cambacérès Pair de France, Président de la Chambre haute, ministre de la Justice

Aymard François Marie Chrétien de Nicolay Pair des Cent-Jours

François Étienne Christophe Kellermann Pair de France

Réintégré dans toutes ses dignités au retour de l'île d'Elbe, Jean-Jacques Régis de Cambacérès est nommé le 2 juin 1815 Pair de France, président de la Chambre haute et, par intérim, ministre de la Justice, dont les fonctions sont exercées par M. Boulay de la Meurthe, Conseiller d'État.

Au retour de l'île d'Elbe, Aymard François Marie Chrétien de Nicolay est nommé pair des Cent-Jours le 2 juin 1815.

Au retour de l'île d'Elbe, Aymard François Marie Chrétien de Nicolay est nommé pair des Cent-Jours le 2 juin 1815.

François Étienne Christophe Kellermann est présent lors de l'assemblée du Champ de Mai et il devient Pair de France le 2 juin 1815.



Aymard François Marie Chrétien de Nicolay Rayé de la liste des pairs

Aymard François Marie Chrétien de Nicolay est maintenu dans ses fonctions de ministre de France à Karlsruhe jusqu'au 1er juillet 1817.

Aymard François Marie Chrétien de Nicolay est rayé de la liste des pairs à la seconde Restauration.



Retour d'Aymard François Marie Chrétien de Nicolay à la Chambre haute

Aymard François Marie Chrétien de Nicolay revient à la Chambre haute le 11 octobre 1832.

Aymard François Marie Chrétien de Nicolay y siégera sans éclat jusqu'à sa mort.



Mort d'Aymard François Marie Chrétien de Nicolay 6e marquis de Goussainville

Aymard François Marie Chrétien de Nicolay meurt à Paris le 14 janvier 1839.

Le domaine seigneurial de Goussainville est vendu par ses héritiers à M. Théodore Frapart qui fera bâtir vers 1860 une maison bourgeoise dans le parc de l'ancien château.

Ses héritiers sont toujours en possession des écuries.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !