Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



20 événements affichés, le premier en 1764 - le dernier en 1822



Mariage de Louis Antoine Sophie de Vignerot du Plessis avec Adélaïde-Gabrielle de Hautefort

Louis Antoine Sophie de Vignerot du Plessis épouse le 25 février 1764 Adélaïde-Gabrielle de Hautefort, fille d'Emmanuel-Dieudonné de Hautefort et de Françoise-Claire d'Harcourt. Leur enfant est :



Mariage d'Aimery-Louis-Roger de Rochechouart avec Madeleine de Barberie de Courteilles

Aimery-Louis-Roger de Rochechouart épouse en 1764 Madeleine de Barberie de Courteilles, fille de Jacques de Barberie de Courteilles, Conseiller d'État et Intedant du Roi. Leurs enfants sont :



Naissance d'Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot du Plessis

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot du Plessis naît à Paris le 25 septembre 1766, fils de Louis Antoine Sophie de Vignerot du Plessis et d'Adélaïde-Gabrielle de Hautefort.



Mariage d'Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot avec Alexandrine Rosalie Sabine de Rochechouart-Faudoas

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot est alors titré comte de Chinon.

Alexandrine Rosalie Sabine de Rochechouart-Faudoas souffre d'une malformation ; elle devient bossue vers 1782.

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot épouse le samedi 4 mai 1782 Alexandrine Rosalie Sabine de Rochechouart-Faudoas.

Les 2 jeunes époux sont séparés après la cérémonie de mariage et Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot entreprend un tour de France et de Suisse avec son gouverneur-précepteur.

Alexandrine Rosalie Sabine de Rochechouart-Faudoas redoute que Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot, son époux, parti plusieurs années, prenne en horreur cette difformité.



Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot dragons de la reine Marie-Antoinette d'Autriche

En 1785, Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot entre dans les régiments de dragons de Marie-Antoinette d'Autriche, puis devient premier gentilhomme de la Chambre de Louis XVI.



Installation forcée de la famille royale aux Tuileries

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot est capitaine au sein du régiment des hussards, se trouvant à Paris quand est lancée la marche sur Versailles.

Du Palais-Royal part le 5 octobre 1789 une députation qui s'élève contre le veto royal.

Le 5 octobre 1789, Louis XVI accepte de signer les décrets consacrant les décisions prises en août :

Le même jour, plusieurs milliers de femmes partent du Palais-Royal et marchent sur le château de Versailles en réclamant du pain.

Thomas de Mahy se fait remarquer en proposant de réunir des hommes et des chevaux afin de protéger Versailles et Louis XVI des émeutiers, ce qui échoue.

Le 6 octobre 1789, les émeutières contraignent la famille royale à quitter Versailles et ramènent au palais des Tuileries, sous bonne escorte :

Thomas de Mahy escorte Louis XVI et sa famille jusqu'à Paris afin de le protéger de la foule agitée.

Marie-Louise de Savoie-Carignan et Marie-Joséphine-Louise de Savoie rentrent à Paris avec l'ensemble de la famille royale.

Marie-Louise de Savoie-Carignan reste l'un des derniers soutiens de Marie-Antoinette d'Autriche et leur amitié s'en trouve renforcée.

Thomas de Mahy et sa famille s'installent dans un pied à terre mis à leur disposition par Monsieur Le Roy de la Roullé, ancien conseiller au Parlement de Paris et fidèle ami de la famille.

Il leur propose d'ailleurs de venir le rejoindre en Auvergne mais Thomas de Mahy reste à Paris.

Ayant été influencé par la lecture des philosophes, Charles Marie Casimir de Saulx est bien disposé pour une libéralisation du régime mais il désapprouve les atteintes au roi telles celles des Journées des 5 et 6 octobre 1789.



Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot à Vienne

À la demande de Marie Antoinette d'Autriche, Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot quitte Paris en 1790 pour Vienne, afin de s'entretenir avec Joseph II d'Autriche, frère de la souveraine, sur les développements de la Révolution.


Léopold II d'Autriche Ferdinand III de Toscane

Mort de Joseph II d'Autriche

Léopold II d'Autriche Empereur germanique

Léopold II d'Autriche Roi de Hongrie

Léopold II d'Autriche Roi de Bohême

Léopold II d'Autriche Grand-Duc d'Autriche

Ferdinand III de Toscane Grand-duc de Toscane

Wenzel Anton von Kaunitz-Rietberg maintenu Chancelier de cour et d'État des Habsbourg

Joseph II d'Autriche meurt à Vienne le 20 février 1790, dans la tristesse, sans postérité, totalement incompris.

Léopold II d'Autriche est élu empereur le 30 septembre 1790.

Il est couronné empereur des Romains à Francfort-sur-le-Main le 9 octobre 1790

Mozart compose le Concerto du Couronnement : concerto pour piano no 26 en ré majeur K. 537.

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot se rend à Francfort pour assister au couronnement de Léopold II d'Autriche.

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot suit Léopold II d'Autriche à Vienne.

Léopold II d'Autriche est couronné Roi de Hongrie à Bratislava le 15 novembre 1790.

Léopold II d'Autriche devient Roi de Bohême

Léopold II d'Autriche devient Grand-Duc d'Autriche sous le nom de Léopold XII.

Ferdinand III de Toscane succède à Léopold II d'Autriche, son père, et devient Grand-duc de Toscane en 1790.

Wenzel Anton von Kaunitz-Rietberg est maintenu à son poste de chancelier de cour et d'État des Habsbourg par Léopold II.



Prise d'Izmaïl

En 1790, Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot rejoint l'armée russe en compagnie du prince de Ligne et du comte de Langeron.

Ils atteignent à temps le quartier général de l'armée russe basé à Bender en Bessarabie.

Alexandre Vassiliévitch Souvorov prend d'assaut Izmaïl.

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot, le prince de Ligne et le comte de Langeron participent à cette bataille.

Izmaïl compte alors une population de 35 000 turcs, tatars, moldaves, grecs et lipovènes.

Les turcs et tatars sont soit massacrés, soit chassés de la ville, qui possédait 17 mosquées, réduites en cendres.

Ils se réfugient à Isaccea, un gros bourg dobrogéen sur la rive sud du Danube, près duquel ils construisent plus tard une forteresse qui domine le Danube.

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot est décoré par Catherine II de Russie de l'ordre de Saint-Georges, avec épée d'or.



Mort de Louis Antoine Sophie de Vignerot du Plessis Duc de Fronsac, Prince de Mortagne, Marquis du Pont-Courlay, Comte de Cosnac, Baron de Barbezieux, de Coze et de Saugeon

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot

Louis Antoine Sophie de Vignerot du Plessis meurt en 1791.

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot devient 5e duc de Richelieu en 1791.



Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot Gouverneur de la ville d'Odessa et de la Nouvelle Russie

En 1803, Alexandre Ier de Russie nomme Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot gouverneur de la ville d'Odessa et de la Nouvelle Russie, région qui englobe tout le Sud de la Russie et qu'il faut coloniser et peupler.

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot est reconnu comme l'artisan du développement de la ville d'Odessa, petit village qu'il transforme en capitale de cette province conquise aux Turcs.



Conquête de la Circassie et de la Bessarabie

Entre 1806 et 1807, lors des guerres contre l'Empire ottoman ,Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot mène plusieurs expéditions dans le Caucase et participe à la conquête de la Circassie et de la Bessarabie.



Constrction d'une villa européenne à Oursouf

Entre 1808 et 1811, Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot fait édifier la première villa européenne avec un jardin exotique à Oursouf.

Cette villa existe toujours, dans le parc de l'établissement de cure Pouchkino, à 100 mètres de la mer.



Peste à Odessa

En 1812, alors que la France et la Russie se déclarent la guerre, Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot est sur le point de rejoindre la Volhynie, où sont basées ses troupes et ainsi rejoindre l'armée russe.

C'est à ce moment-là que la peste fait son apparition à Odessa.

Au lieu d'abandonner la ville pour prendre le commandement militaire où il est appelé par Alexandre Ier de Russie, Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot reste auprès de la population pour la soutenir contre le fléau qui la décime.

Au bout de 2 ans, Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot parvient par ses mesures à l'éradiquer totalement.

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot décide alors de rejoindre les troupes russes et de rentrer en France.

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot regrettera toujours de ne pas pouvoir retourner en Russie, où il est resté 15 ans.

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot est accueilli par Louis XVIII qui le rétablit dans ses anciennes charges :

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot est nommé pair de France et premier gentilhomme de la Chambre.



Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot cesse d'être gouverneur de la ville d'Odessa

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot reste gouverneur de la ville d'Odessa jusqu'en 1814.



Les Cent-Jours

Guillaume II des Pays-Bas commandant de l'armée néerlandaise

Napoléon Ier débarque sur les côtes françaises à Golfe-Juan.

Au tout début mars 1815, Napoléon Ier rencontre par hasard Honoré V Grimaldi.

La légende veut que l'Empereur, s'étant entendu répondre Je vais chez moi à Monaco aurait affirmé que lui aussi se rendait chez lui aux Tuileries.

En 1815, Guillaume II des Pays-Bas prend le commandement de l'armée néerlandaise pour combattre Napoléon Ier pendant les Cent-Jours.

Louis Alexandre Berthier accompagne le roi et se voit rayé de la liste des maréchaux.

Pendant les Cent-Jours, Charles Ferdinand d'Artois suit Louis XVIII à Gand.

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot accompagne Louis XVIII, sur le chemin de Gand, jusqu'à Lille.

Charles César de Damas accompagne Louis XVIII en Belgique.

En 1815, pendant les Cent-Jours, Louis VI Henri Joseph de Bourbon-Condé cherche à organiser la résistance royaliste en Anjou avant de fuir en Espagne.

Marie-Thérèse de France se trouve à Bordeaux, où elle tente d'organiser la résistance à Napoléon Ier, quand le roi s'est réfugié en terre étrangère, à Gand.

Napoléon, admiratif, dit de Marie-Thérèse de France qu'elle est le seul homme de la famille, et la laisse s'embarquer pour l'Angleterre.

Hortense de Beauharnais est fidèle à l'Empereur pendant les Cent-Jours.

Pendant les Cent-Jours, François Étienne Christophe Kellermann reste à l'écart des évènements.

Joseph Bonaparte est Lieutenant-général de l'Empire lors des Cent-Jours.

Pendant les Cent-Jours, Charles-Marie Denys de Damrémont est nommé colonel et reste sous les ordres d'Auguste Frédéric Louis Viesse de Marmont.

Charles-François Lebrun accepte pendant les Cent-Jours la charge de grand maître de l'Université.

Henri Gatien Bertrand se réinstalle aux Tuileries et devient grand Maréchal du Palais et conseiller militaire de Napoléon Ier.

Se déclarant royaliste, Élie Louis Decazes refuse de signer une adresse de félicitations à Napoléon Ier après son retour de l'île d'Elbe et reste fidèle aux Bourbons.

Isaac Thuret est un des rares diplomates à rester à Paris lors des Cent Jours.


Congrès de Vienne - par Jean-Baptiste Isabey - Talleyrand deuxième homme assis en partant de la droite

Congrès de Vienne

Marie-Louise d'Autriche Duchesse de Parme, Plaisance et Guastalla

Frédéric-François Ier de Mecklembourg-Schwerin Grand-duc de Mecklembourg-Schwerin

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot rejoint Alexandre Ier de Russie au congrès de Vienne, afin de défendre la cause de Louis XVIII auprès des princes étrangers.

Ami personnel d'Alexandre Ier de Russie, Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot exerce sur lui une grande influence au sein du Conseil des alliés.

L'acte du Congrès de Vienne est signé le 9 juin 1815.

Victor-Emmanuel Ier de Savoie reçoit le territoire de la défunte république de Gênes

L'article 99 remet en cause les droits sur Parme de Napoléon II. Marie-Louise d'Autriche devient à titre viager duchesse de Parme, de Plaisance et de Guastalla, où elle règne jusqu'à sa mort.

Mais suite à la désastreuse Campagne de Russie et à la politique française de plus en plus répressionnaire, Maximilien Ier Joseph de Bavière se range finalement du coté de la coalition antinapoléonienne.

Lors du Congrès de Vienne, Maximilien Ier Joseph de Bavière se voit reconnaître les annexions territoriales de 1801, son titre royal et retrouve le Palatinat rhénan.

Pour se venger de sa fidélité à Napoléon Ier, les Alliés enlèvent à Frédéric-Auguste III de Saxe le duché de Varsovie ainsi qu'une grande partie de ses États héréditaires qui sont attribuée à la Prusse.

Le partage de la Pologne de 1795 est confirmé.

Le congrès de Vienne attribue au tsar Alexandre Ier de Russie le duché de Varsovie.

La partie administrée par la Russie est agrandie.

Un royaume du Congrès est créé dont le tsar de Russie est le roi.

On parle même de donner le royaume entier à la Prusse, Frédéric-Auguste III de Saxe recevant en compensation la Rhénanie récemment libérée du joug Français. Il conserve son trône à grand peine.

Les négociateurs de Frédéric-Guillaume III de Prusse obtiennent de vastes territoires notamment en Rhénanie sauf l'annexion de toute la Saxe qu'il espérait.

La Prusse est désormais un état bipolaire séparé par les pays Hessois.

Ayant retrouvé son trône et sa pleine liberté d'action, Frédéric-Guillaume III de Prusse abandonne rapidement les promesses faites à son peuple de doter la Prusse d'une constitution.

Le Congrès de Vienne conserve la principauté de Sigmaringen indépendante et la laisse à Aloys Antoine de Hohenzollern-Sigmaringen, son propriétaire légitime.

Après le congrès de Vienne, Frédéric-François Ier de Mecklembourg-Schwerin devient Grand-duc de Mecklembourg-Schwerin en 1815.

Le Congrès de Vienne élève Charles II de Mecklembourg-Strelitz au titre de Grand-duc de Mecklembourg-Strelitz.

Ernest III de Saxe-Cobourg-Saalfeld reçoit du Congrès de Vienne un petit territoire.

Frédéric Ier de Saxe-Hildburghausen rejoint la Confédération germanique.

Le Mecklembourg-Strelitz rejoint la Confédération germanique en 1815.



Traité d'Aix la Chapelle

La monarchie restaurée cherche à alléger le poids de la défaite de 1814 et 1815.

Isaac Thuret, Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord et Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot du Plessis, participent aux négociations.

En 1818, la France, encouragée par la Russie, obtient au Congrès d'Aix-la-Chapelle :

Sous la pression des Britanniques l'abolition de la traite des Noirs sur les navires est ordonnée. L'esclavage est cependant maintenu.

En reconnaissance des services rendus à la France, Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot du Plessis et plusieurs ministres veulent persuader Isaac Thuret d'être naturalisé par de Grandes Lettres et devenir Pair de France.

Bien que sachant que ses ancêtres sont des réfugiés français, Isaac Thuret n'accepte pas.



Congrès d'Aix-la-Chapelle

En novembre 1818, les 3 ans minimum d'occupation exigés par le traité de 1815 seront écoulés, aussi s'ouvre dès le mois de septembre 1818 le congrès d'Aix-la-Chapelle.

Le 9 octobre 1818, les 5 puissances signent la convention de libération de la France

Le départ des troupes est fixé pour le 30 novembre 1818, malgré quelques inquiétudes de celles-ci envers la poussée libérale qui gagne alors la France.

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot sort victorieux de ce traité, admirablement bien négocié.



Mort d'Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot

Armand François Odet de La Chapelle de Saint-Jean de Jumilhac Duc de Richelieu

Armand-Emmanuel-Sophie-Septimanie de Vignerot meurt à Paris le 17 mai 1822 d'apoplexie.

Il ne laisse aucun héritier direct.

Le chagrin de Bernardine Eugénie Désirée Clary est si immense, qu'elle décide de porter le grand deuil austère.

Ce qui ne manque pas de faire scandale vis à vis de ses contemporains.

Une ordonnance royale transfère le titre de 6e Duc de Richelieu ainsi que la pairie, à Armand François Odet de La Chapelle de Saint-Jean de Jumilhac, son neveu.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !