Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



9 événements affichés, le premier en -550 - le dernier en -490



Naissance d'Aristodème le Malaque

Aristodémos (en grec le meilleur du peuple) Malakos (doux, efféminé) ou Aristodème le Malaque ou le Mou naît vers 550 avant Jésus-Christ.



Siège de Cumes

Aristodème le Malaque est stratège de la cité de Cumes. Allié à Tarquin le Superbe et aux Latins, Aristodème le Malaque décide de la victoire en tuant le chef des armées étrusques en 524 avant Jésus-Christ et repousse le siège de Cumes.



Alliance de Carthage avec Rome

Dans les dernières années du siècle, les lamelles d'or de Pyrgi attestent l'entente de Carthage avec Caere.

Vers 509 avant Jésus-Christ Carthage signe avec Rome un premier traité d'alliance

Cela annule la précédente alliance avec la Confédération Étrusque qui vient de subir une cuisante défaite contre Aristodème le Malaque et en outre, a perdu le contrôle de Rome.

Ce traité limite les zones d'influence de chacun en Méditerranée, reconnaît le monopole du commerce punique en Méditerranée et protège les alliés de Rome.

La richesse du mobilier funéraire témoigne de la prospérité de Carthage et de l'activité du commerce avec l'Égypte, la Grèce et l'Étrurie.



Bataille d'Aricie

Pour sauver les apparences, Porsenna décide d'attaquer la cité d'Aricie ou Aricia.

En 506 avant Jésus-Christ, Aristodème le Malaque vient en aide aux armées des Latins attaqués par les troupes étrusques de Porsenna, commandées par Aruns, son fils.

Lors de la bataille d'Aricie, rapportée par Tite-Live, les Étrusques sont défaits à la suite d'une ruse de guerre.

Certains soldats étrusques trouvent un asile à Rome.



Aristodème le Malaque Tyran de Cumes

Aristodème le Malaque prend le pouvoir à Cumes en 505 avant Jésus-Christ ou 504 avant Jésus-Christ par un coup d'État.

Son programme politique s'oppose à l'aristocratie et propose le partage des terres et la remise des dettes.

Selon les sources antiques (Denys d'Halicarnasse s'inspire peut-être de Timée de Tauroménias ou d'Hypérochos de Cumes) l'aristocratie aurait été massacrée et ses enfants exilés.



Bataille du lac Régille

Mort de Titus Herminius Aquilinus

Selon Tite-Live, pendant le consulat de Titus Aebutius Helva et Caius Veturius Geminus Cicurinus, Préneste, ville latine, rejoint la République romaine, ce qui précipite la guerre contre les Latins.

Tarquin le Superbe, en exil, appelle Octavius Mamilius, son gendre, dirigeant de Tusculum, à prendre les armes contre Rome.

Un dictateur est nommé à Rome : Aulus Postumius Albus qui s'adjoint l'un des consuls comme maître de cavalerie, Titus Aebutius Helva.

La bataille à lieu au lac Régille (en latin Regillum) (aujourd'hui vallée de Prataporci) dans le Latium.

Pour l'année de la bataille, Tite-Live parle de 499 avant Jésus-Christ tandis que Denys d'Halicarnasse donne 496 avant Jésus-Christ. Dans un cas, le maître de cavalerie nommé est l'un des consuls, dans l'autre c'est le dictateur.

Selon Tite-Live, la bataille commence par une charge de Tarquin le Superbe sur Aulus Postumius Albus.

Sur l'autre flanc, Titus Aebutius Helva, le maître de cavalerie, s'élance contre Octavius Mamilius. Ils sont tous deux sont blessés. Titus Aebutius Helva doit quitter le champ de bataille.

Les Latins faiblissent, un des fils de Tarquin le Superbe avance avec le corps des exilés romains, qui rééquilibre le combat.

Le consulaire Marcus Valerius Volusus s'élance pour combattre le jeune Tarquin, mais emporté par sa fougue, tombe au milieu des ennemis.

Aulus Postumius Albus, voyant ses troupes faiblir, ordonne aux troupes d'élite non engagées de traiter en ennemi tout fuyard.

Les Romains reprennent courage. Les troupes d'élite s'engagent à leur tour dans la bataille, et encercle le corps des exilés romains.

Octavius Mamilius, répond en envoyant ses dernières manipules de réserve qu'il commande lui-même pour redonner courage à ses hommes.

Le consulaire Titus Herminius Aquilinus attaque directement le commandement ennemi et le renverse, avant d'être lui-même frappé, et d'expirer au camp.

La cavalerie romaine, composée de la jeunesse de l'élite romaine, est envoyée pied à terre remplacer le premier rang, et l'infanterie lui prête main forte.

L'armée latine ploie et est bientôt poursuivie par les cavaliers romains remontés sur leurs montures.

Le camp ennemi est pris.

Blessé, Tarquin le Superbe est vaincu et perd son dernier fils lors de ce combat.

Aulus Postumius Albus et Titus Aebutius Helva rentrent triomphant à Rome, et le dictateur reçoit le cognomen Regillensis.

Après cette défaite, Tarquin le Superbe abandonne ses prétentions au trône et se retire à Cumes où il est accueilli par Aristodème le Malaque.



Mort de Tarquin le Superbe

Tarquin le Superbe fait de son hôte Aristodème le Malaque son héritier.

Tarquin le Superbe meurt à Cumes, en Campanie, en 495 avant Jésus-Christ.



Recherche de blé en Campanie par Rome

Aristodème le Malaque essaie en 492 avant Jésus-Christ de faire pression sur Rome qui cherche alors du blé en Campanie.

Aristodème le Malaque traite désormais la Rome républicaine en ennemi, mais cela ne perturbe pas réellement les liens entre Rome et les Grecs de Campanie.



Mort d'Aristodème le Malaque

Aristodème le Malaque meurt vers 490 avant Jésus-Christ, tué par une conjuration d'aristocrates qui sont aidés, selon Plutarque, par une jeune femme nommée Xénocrite.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !