Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



13 événements affichés, le premier en 1589 - le dernier en 1631



Naissance d'Antoine-Hercule de Budos

Antoine-Hercule de Farges de Budos ou Antoine-Hercule de Budos naît en 1589, fils de Jacques de Farges de Budos (1537-1596), Vicomte de Portes, et de Catherine de Clermont (morte vers 1625).

Il est élevé à la Cour avec Henri II de Bourbon-Condé.



Antoine-Hercule de Budos Mestre de camp du régiment de Languedoc

Dès 1610, Antoine-Hercule de Budos devient mestre de camp de 20 compagnies de gens de pied nommé régiment de Languedoc.



Antoine-Hercule de Budos Conseiller d'État

Antoine-Hercule de Budos devient Conseiller d'État en 1612.

Antoine Hercule est fait chevalier de l'ordre du Saint Esprit.



Antoine-Hercule de Budos Vice-amiral de France

Antoine-Hercule de Budos Marquis de Portes et Vicomte de Theyrargues

En 1613, Antoine-Hercule de Budos devient Vice-amiral de France.

Antoine-Hercule de Budos obtient Louis XIII de des lettres patentes portant érection de sa vicomté de Portes en marquisat

Antoine-Hercule de Budos devient Vicomte de Theyrargues.



Antoine-Hercule de Budos Chevalier de l'Ordre du Saint-Espritet de l'Ordre de Saint-Michel

Antoine-Hercule de Budos devient Chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit et de l'Ordre de Saint-Michel en 1619.


Antoine-Hercule de Budos

Antoine-Hercule de Budos Lieutenant du Roi en Gévaudan et Cévennes

Antoine-Hercule de Budos devient lieutenant du Roi en Gévaudan et Cévennes, avec pour mission de préserver le Languedoc des ravages des protestants.

À partir de 1621, Antoine-Hercule de Budos guerroie contre l'armée réformée du duc de Rohan, aux côtés d'Henri II de Montmorency, son neveu.


Louise de Crussol

Mariage d'Antoine-Hercule de Budos avec Louise de Crussol

Antoine-Hercule de Budos épouse à Florensac dans l'Hérault le 27 mars 1627 Louise de Crussol. Leurs enfants sont :



Naissance de Marie-Felice de Budos

Marie-Felice de Budos naît en 1628, fille d'Antoine-Hercule de Budos et de Louise de Crussol.



Mise à prix de la tête d'Henri II de Rohan

Confiscation et démantèlement du château de Blain

Attaque du château de Theyrargues

Après le siège de la Rochelle, la tête d'Henri II de Rohan est mise à prix, et Richelieu ordonne le démantèlement de son château de Blain et sa confiscation au profit d'Henri II de Bourbon-Condé. Le château de Blain perd alors tout rôle militaire

Cette confiscation n'est que de quelques semaines, et encore Condé eut bien de la peine à prendre possession de son domaine l'intendant d'Onglepied ne voulant pas consentir à livrer les clefs du trésor.

En 1628, Henri II de Rohan tente d'élargir son influence et de consolider ses positions. Il attaque et causé des dégâts au château de Theyrargues qui appartient à Antoine-Hercule de Budos, Seigneur de Portes, qui combat durement les protestants et a un commandement dans l'armée royale.



Naissance de Diane-Henriette de Budos

Diane-Henriette de Budos naît en 1629, fille d'Antoine-Hercule de Budos et de Louise de Crussol.



Prise de Saint-Jean de Valériscle

Au début 1629, Henri II de Rohan a l'intention de prendre Villefort, mais pour cela il lui faut prendre Saint-Jean de Valériscle dont la Baronnie appartient à Antoine-Hercule de Budos, Seigneur de Portes, ainsi que le château de Portes.

Les troupes protestantes, sous le commandement de Saint-André Montbrun lieutenant d'Henri II de Rohan, prennent Saint-Jean de Valériscle, pillant quelques maisons et massacrant sans doute quelques habitants. L'église et le château de Saint-Jean subissent des dégâts.

Les troupes protestantes remontent la vallée de l'Auzonnet par l'ancien chemin de Saint-Jean à Portes.

Ils contournent le château de Portes trop bien défendu, Antoine-Hercule de Budos y ayant placé 100 hommes commandés par le Sieur d'Anglejean, lieutenant dans le régiment de Montréal et 2 compagnies du régiment de Languedoc commandées par le capitaine de Jagonas.

Ils filent sur le fort de Chamborigaud, Génolhac et Villefort. Le siège de Villefort est un échec. Ils y trouvent Antoine-Hercule de Budos avec plus de forces. Les troupes protestantes se replient sur Alès.

A leur passage à Pomier elles en profitent pour détruire le "martinet de Marican" qui est un point stratégique puisque le fer sert aussi à fabriquer des armes.



Siège de Privas

Mort d'Antoine-Hercule de Budos Baron de Saint-Jean-de-Valeriscle, Co-seigneur du marquisat de Genoilhac

En 1629, Philippe de La Mothe-Houdancourt assiste aux sièges de Soyon, de Pamiers, de Réalmont, de Saint-Sever, de Castelnau, et de Privas.

Richelieu et Louis XIII revenant d'Italie, entendent que la ville de Privas en Ardèche se soumette, pour arrêter la résistance du Midi qui persiste malgré la chute de La Rochelle. Louis XIII offre 100 000 écus à Saint-André de Montbrun pour se rendre. Il refuse, le roi est furieux.

Ayant établi leur quartier général respectivement à l'Est et au Sud de Privas, le 14 mai 1629, Richelieu et Louis XIII assiègent la ville avec 20 000 soldats royaux dépêchés pour venir en aide à Claude de Hautefort, Vicomte de Lestrange.

A l'issue de 16 jours de siège, au cours duquel les privadois, 3 000 hommes, résistent avec courage à l'armée royale.

Antoine-Hercule de Budos meurt le 27 mai 1629 d'une mousquetade au cours des combats.

Les derniers habitants s'enfuient au Mont Toulon.

Les défenseurs sont contraints de se rendre le 28 mai 1629.

Privas est prise, incendiée, ses combattants tués, pendus ou envoyés aux galères.

Louis de Marillac se distingue lors de ce siège.

Louis XIII confisque tous les biens des protestants de Privas.

Privas met beaucoup de temps à se relever, les habitants ne peuvent revenir s'y installer sans autorisation royale.

Bernard de Nogaret de Foix participe à la répression de la prise d'armes des protestants du Languedoc en 1629.

Bailli du Vivarais, Georges de Vogüé reçoit en son château le 2 juin 1629, le roi Louis XIII.



Dédommagement de la veuve d'Antoine-Hercule de Budos

Un extrait des Registres du Conseil d'État du 6 mars 1631 précise que Louis XIII accorde 200 000 livres à Louise de Crussol, Marquise de Portes, veuve d'Antoine-Hercule de Budos, pour réparer les châteaux de Saint-Jean de Valériscle et de Thérargues pillés et brûlés par les troupes rebelles du sieur de Rohan.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !