Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



9 événements affichés, le premier en 1759 - le dernier en 1842



Naissance d'Antoine-Guillaume Rampon

Antoine-Guillaume Rampon naît à Saint-Fortunat-sur-Eyrieux le 16 mars 1759.



Antoine-Guillaume Rampon Au régiment de Médoc

Antoine-Guillaume Rampon s'engage au régiment de Médoc le 14 mai 1775.



Antoine-Guillaume Rampon Sergent-major

Antoine-Guillaume Rampon devient Sergent-major en 1789.



Antoine-Guillaume Rampon Sous-lieutenant

Antoine-Guillaume Rampon reçoit l'épaulette de sous-lieutenant le 12 janvier 1792.



Antoine-Guillaume Rampon Capitaine

Passé à l'armée des Pyrénées-Orientales, Antoine-Guillaume Rampon s'y distingue et est fait capitaine le 8 septembre 1793.



Libération d'Antoine-Guillaume Rampon

Libéré, Antoine-Guillaume Rampon va rejoindre ses anciens frères d'armes en Italie, comme chef de brigade de la 129e (32e demi-brigade).


Redoute de Monte-Legino

Combat de la Redoute de Monte-Legino

Napoléon Ier souhaite se placer en position centrale pour battre tour à tour les armées piémontaise et autrichienne :

L'armée autrichienne compte 42 bataillons et 44 escadrons.

L'armée piémontaise est forte de 30 000 hommes et la cavalerie napolitaine compte 2 000 hommes.

Les deux armées comptent au total 80 000 soldats et 200 pièces de canons.

Napoléon Ier vise Montenotte, mais laisse croire à l'ennemi qu'il désire Gênes.

André Masséna s'interpose entre les piémontais et les autrichiens, coupant ainsi toutes les communications possibles entre eux.

Les autrichiens d'Eugène-Guillaume Argenteau se dirigent vers la côte.

Le 10 avril 1796, à Voltri, un quartier de Gênes, Johann Pierre de Beaulieu se heurte à la droite française commandée par Amédée Emmanuel François Laharpe.

La campagne commence au col de Cadibone, qui sépare les Alpes des Apennins.

Le 11 avril 1796, coté français, vers 3h du matin, la 1re demi-brigade légère, du colonel Henri François Fornésy, est déployée en avant de la redoute du Monte-Legino ou Monte Negino.

Le 2e bataillon de la 21e demi-brigade occupe Savone, sous les ordres d'Antoine-Guillaume Rampon.

Au col de Cadibona, se trouvent les restes de la 21e demi-brigade.

À Legino et Quiliano, 2 400 hommes de la 8e demi-brigade légère.

À Savone, 3000 hommes de plusieurs unités.

Coté autrichien, Eugène-Guillaume Argenteau quitte Pareto, ayant reçu ses ordres en retard.

Ordre est donné aux troupes stationnées à Cairo, Dego (sous Rukavina), Pareto, Giusvalla et Sassello de se mettre en marche, en direction de Savone.

À Sasello, le général Liptay étant alité, les ordres de marche sont transmis avec retard.

Deux bataillons resteront à Sassello.

Les troupes passeront par Giovo.

Vers 12h, les reconnaissances trouvent des soldats ennemis à Montenotte, nombreux et en mouvement.

Eugène-Guillaume Argenteau arrive sur les hauteurs de Montenotte avec 3 bataillons.

Il y est rejoint par Rukavina avec 2 bataillons, 3 Compagnies du corps franc de Giulay (300 hommes) le tout pour un total de 4000 hommes.

Rukavina engage le premier l'attaque qui est menée par les 3 compagnies du corps franc de Giulay en tirailleurs.

Direction Savone en refoulant les reconnaissances situées sur le Monte San-Giorgio et Monte Pra.

Après une légère fusillade, elles se replient sur la redoute du Monte-Legino.

Coté français, Antoine-Guillaume Rampon accourt et prend le commandement en chef de cette position.

La redoute est située sur une crête étroite à 3km au sud de Montenotte.

Les hommes se mettent en défense soutenus par la demi-brigade d'infanterie légère.

Antoine-Guillaume Rampon n'a que 1200 hommes et se replie d'abord.

Mais, sentant toute l'importance de cette position, Antoine-Guillaume Rampon se rallie dans l'ancienne redoute, met ses canons en batterie et fait jurer à sa troupe de tenir jusqu'à la dernière extrémité.

Les autrichiens montent à l'assaut.

Accueilli par les feux croisés de l'artillerie et de la mousqueterie, les autrichiens plie et rompent.

Eugène-Guillaume Argenteau les ramène à la charge 3 fois, chaque fois Antoine-Guillaume Rampon leur présente un rempart de baïonnettes et les culbute en leur faisant éprouver des pertes énormes.

Rukavina est touché à l'épaule lors d'une attaque de la redoute.

Vers 16h, les pertes françaises sont de 57 hommes.

Eugène-Guillaume Argenteau met fin aux combat.

Il envoie un message au général Liptay à Sassello lui demandant des renforts.

Les Impériaux se retirent sur un mamelon qui se trouve en face de la redoute. Ils ont perdu une centaine d'hommes.

Vers 17h30, Antoine-Guillaume Rampon demande à André Massena des vivres, de l'artillerie et des renforts.



Mariage d'Antoine-Guillaume Rampon avec Marie-Louise Élisabeth Riffard de Saint-Martin

Antoine-Guillaume Rampon épouse en 1802 Marie-Louise Élisabeth Riffard de Saint-Martin (morte en 1848). Leurs enfants sont :



Mort d'Antoine-Guillaume Rampon

Antoine-Guillaume Rampon meurt à Paris le 2 mars 1842.

Les papiers personnels du général Rampon sont conservés aux Archives nationales sous la cote 139AP2.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !