Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



32 événements affichés, le premier en 1513 - le dernier en 1586



Mariage de Nicolas Perrenot de Granvelle avec Nicole Bonvalot

Nicolas Perrenot de Granvelle épouse en 1513 Nicole Bonvalot, fille de Jacques Bonvalot et de Marguerite Merceret. Leurs enfants sont :

Jacques Bonvalot est Magistrat co-gouverneur de Besançon et chevalier de l'Éperon d'or

Nicole Bonvalot est la sœur de François Bonvalot, Abbé de Luxeuil et de Saint Vincent de Besançon.



Naissance d'Antoine Perrenot de Granvelle

Antoine Perrenot de Granvelle naît à Besançon le 20 août 1517, fils de Nicolas Perrenot de Granvelle et de Nicole Bonvalot.



Antoine Perrenot de Granvelle Chanoine et protonotaire apostolique de Besançon

Antoine Perrenot de Granvelle étudie le droit à l'université de Padoue.

Antoine Perrenot de Granvelle étudie la théologie à l'université de Louvain, avant de devenir chanoine à Gand.

Antoine Perrenot de Granvelle devient Chanoine et protonotaire apostolique de Besançon en 1529.



Antoine Perrenot de Granvelle Archidiacre de Gray

Antoine Perrenot de Granvelle devient archidiacre de Gray en Haute-Saône en 1531.



Antoine Perrenot de Granvelle Doyen d'Arbois

Antoine Perrenot de Granvelle devient Doyen d'Arbois en 1532.



Antoine Perrenot de Granvelle Premier secrétaire de Charles Quint

Antoine Perrenot de Granvelle est nommé premier secrétaire de Charles Quint en 1534.



Antoine Perrenot de Granvelle Prévôt d'Utrecht

Antoine Perrenot de Granvelle est nommé Prévôt d'Utrecht en 1535.



Antoine Perrenot de Granvelle Abbé de Balerne

Antoine Perrenot de Granvelle devient Abbé de l'abbaye de Balerne en 1537.



Antoine Perrenot de Granvelle Coadjuteur du Prieuré de Mouthier-Haute-Pierre

Antoine Perrenot de Granvelle Évêque d'Arras

Antoine Perrenot de Granvelle devient coadjuteur du Prieuré de Mouthier-Haute-Pierre en 1538

Grâce à une dispense pour son jeune âge, Antoine Perrenot de Granvelle est nommé évêque d'Arras en novembre 1538.



Antoine Perrenot de Granvelle Chanoine de la Cathédrale de Liège

Antoine Perrenot de Granvelle est fait chanoine de la Cathédrale Notre-Dame-et-Saint-Lambert de Liège le 9 juin 1540.



Concile de Trente

En qualité d'évêque d'Arras, Antoine Perrenot de Granvelle s'exprime avec force et conviction au Concile de Trente, le 8 janvier 1543.



Bataille de Muehlberg

Philippe Ier de Hesse Prisonnier

Diète d'Augsbourg

En s'emparant de la ville de Wurzen, Jean-Frédéric Ier de Saxe lèse les droits de son cousin Maurice de Saxe.

Emmanuel-Philibert de Savoie sert Charles Quint dans la guerre contre les confédérés de Smalkalde en 1547.

Le 24 avril 1547, Maurice de Saxe et Ferdinand Alvare de Tolède gagne pour Charles Quint la bataille de Mühlberg ou Muehlberg sur :

Antoine Perrenot de Granvelle prend part aux négociations de paix qui suivent cette bataille. Il y fait preuve d'une grande finesse.

Jean-Frédéric Ier de Saxe est emprisonné par Maurice de Saxe.

Condamné à mort, Jean-Frédéric Ier de Saxe a la vie sauve en abandonnant tous ses droits et possessions à son cousin. Jean-Frédéric Ier de Saxe perd l'électorat de Saxe.

Jean-Frédéric Ier de Saxe ne garde que le titre de Duc de Saxe.

Charles Quint fait emprisonner Philippe Ier de Hesse. Il le retiendra 4 ans.

En 1547, lors de la Diète d'Augsbourg, Charles Quint crée un compromis doctrinal, qu'il espère convenir à la fois aux catholiques et aux protestants.


Antoine Perrenot de Granvelle - par Antonio Moro (1549)

Mort de Nicolas Perrenot de Granvelle

Antoine Perrenot de Granvelle Secrétaire d'État de Charles Quint

Nicolas Perrenot de Granvelle, bien que très fatigué, vient à Augsbourg à la demande de Charles Quint.

Nicolas Perrenot de Granvelle meurt le 27 août 1550.

Antoine Perrenot de Granvelle succède à son père en tant que secrétaire d'État de Charles Quint.



Reprise du Concile à Trente

Le pape Jules III, se voit prier par l'empereur Charles Quint de rouvrir les sessions du concile de Trente interrompu par la mort de Paul III en 1549.

Jules III ordonne qu'on reprenne les séances du Concile à Trente le 1er mai 1551.

(Sessions 9 à 16 du 1er janvier 1551 au 28 avril 1552).

Antoine Perrenot de Granvelle conseille alors Charles Quint.

À la demande de l'empereur, une délégation de protestants, avec à sa tête l'électeur Maurice de Saxe, est invitée à prendre part au concile.

Mais au lieu de discuter, Maurice de Saxe attaque les armées de Charles Quint qui doit prendre la fuite à Innsbruck.

Antoine Perrenot de Granvelle l'accompagne lors de cette fuite.



Paix de Passau

Maurice de Saxe contraint Charles Quint à traiter.

Antoine Perrenot de Granvelle réussit à obtenir la paix de Passau.

Par la Paix de Passau ou Passaw, signée le 2 août 1552, traité défavorable aux catholiques, Charles Quint accorde :



Maximilien II de Habsbourg héritier du trône impérial

Philippe II d'Espagne, fils de Charles Quint, est normalement mieux placé que Maximilien II de Habsbourg dans l'ordre de succession.

Mais, aux termes d'un accord en 1553 entre Ferdinand Ier de Habsbourg et Charles Quint, Maximilien II de Habsbourg supplante son cousin Philippe II d'Espagne comme héritier au trône impérial.

En 1553, Antoine Perrenot de Granvelle arrange les détails du mariage de Philippe II d'Espagne avec Marie Ire Tudor.



Philippe II d'Espagne Prince des Pays-Bas,

Philippe II d'Espagne Duc de Brabant et de Limbourg,

Philippe II d'Espagne Comte de Flandre, de Hainaut.

En 1555, les possessions non autrichiennes de Charles Quint vont à son fils Philippe II d'Espagne qui devient Prince des Pays-Bas, Duc de Brabant et de Limbourg, Comte de Flandre, de Hainaut.

Antoine Perrenot de Granvelle offre ses services à Philippe II d'Espagne.

Philippe II d'Espagne envoie Antoine Perrenot de Granvelle en mission aux Pays-Bas espagnols.



Second traité de Cateau-Cambrésis

Le décès de Charles Quint et de Marie Ire Tudor précipite la signature à Cateau-Cambrésis du second traité, également appelé paix du Cateau-Cambrésis, entre Henri II de France et Philippe II d'Espagne le 3 avril 1559. Il met fin à 65 années de guerres d'Italie.

Cette Paix est devenue nécessaire aux deux parties qui se sont épuisés financièrement et en particulier pour la France en proie aux troubles religieux entre Église romaine et Huguenots.

Anne de Montmorency contribue beaucoup à la paix de Cateau-Cambrésis.

Antoine Perrenot de Granvelle est l'un des émissaires espagnols qui négocient ce traité.

La France :

L'Espagne retrouve sa position dominante sur l'Italie, même si elle laisse à la France 5 forteresses, dont Turin, Chièri, Pignerol et Asti.

Le traité prévoit aussi les mariages :

Dunkerque est cédée par les Français aux Espagnols.


Marguerite de Parme - par Antonio Moro - 1562 - Berlin

Marguerite de Parme Gouvernante des Pays Bas

Philippe II d'Espagne applique une politique centralisatrice et prétend diriger nos provinces comme il dirige l'Espagne.

C'est le début d'un siècle de malheur pour les Pays-Bas.

En 1559 Philippe II d'Espagne nomme sa demi-sœur Marguerite de Parme gouvernante des Pays-Bas.

Marguerite de Parme part de Plaisance le 25 mai 1559 au milieu des acclamations de la foule.

Elle rejoint Gand.

Le roi la présente aux États-Généraux et il lui confère les pleins pouvoirs.

Mais il la soumet à un conseil secret, la "consulta", dominé par :

La politique répressive qu'Antoine Perrenot de Granvelle mène dans les provinces au cours de ses 5 années d'exercice lui assure des bénéfices tangibles

Philippe II d'Espagne part pour l'Espagne.

Marguerite de Parme cherche une médiation pour éviter que n'éclate une révolte, adoucissant la politique anti calviniste que mène Philippe II d'Espagne afin de rapprocher les éléments les plus modérés de la société flamande vers l'autorité royale.

Un conflit éclate cependant qui se termine en sa faveur, l'autorité royale et le culte catholique sont rétablis.



Antoine Perrenot de Granvelle Archevêque de Malines

Antoine Perrenot de Granvelle accède à la dignité d'Archevêque de Malines, un diocèse nouvellement créé, le 10 mars 1561.



Antoine Perrenot de Granvelle Cardinal

En 1562, Antoine Perrenot de Granvelle est fait Cardinal au titre cardinalice San Silvestro in Capite.



Opposition de Philippe III de Croÿ à Guillaume Ier d'Orange-Nassau

En 1563, Philippe III de Croÿ s'oppose à Guillaume Ier d'Orange-Nassau et aux autres princes réformistes des États généraux des Pays-Bas qui demandent le départ d'Antoine Perrenot de Granvelle.



Retour de Guillaume Ier d'Orange-Nassau au Conseil d'État

L'hostilité croissante de la population des Pays-Bas interdit le maintien en poste d'Antoine Perrenot de Granvelle

Le 13 mars 1564, à la demande de Philippe II d'Espagne, Antoine Perrenot de Granvelle quitte le pouvoir et se retire en Franche-Comté.

Guillaume Ier d'Orange-Nassau revient au Conseil d'État.

Une des phrases les plus célèbres de Guillaume Ier d'Orange-Nassau est prononcée le 31 décembre 1564 au Conseil d'État et exprimaient l'essence du conflit avec Philippe II d'Espagne :

Je ne peux pas admettre que les souverains veuillent régner sur la conscience de leurs sujets et qu'ils leur enlèvent la liberté de croyance et de religion.



Visite à Rome d'Antoine Perrenot de Granvelle

Antoine Perrenot de Granvelle fait une visite à Rome en 1565.



Mission diplomatique à Rome d'Antoine Perrenot de Granvelle

En 1570, Antoine Perrenot de Granvelle, à la demande de Philippe II d'Espagne, revient aux affaires avec une mission diplomatique à Rome.


Bataille de Lépante Bataille de Lépante par Paul Véronèse

Don Juan d'Autriche Commandant suprême de la flotte de la Sainte Ligue

Bataille navale de Lépante

Prise de Chypre

Prise des forts autour de Tunis

En 1571, les Ottomans étendent leur empire méditerranéen vers l'occident et deviennent un réel danger pour le monde catholique.

Pie V s'efforce d'unir la Chrétienté contre les Turcs.

Pie V soutient les chevaliers de Malte et les chrétiens de Hongrie.

Pour mettre un terme à la progression de l'armada turque, Philippe II d'Espagne répond à l'appel du pape Pie V.

Antoine Perrenot de Granvelle négocie l'alliance entre les États pontificaux, la république de Venise et la couronne d'Espagne contre l'empire ottoman, le 25 mai 1571.

Philippe II d'Espagne constitue avec Venise une gigantesque flotte baptisée Sainte-Ligue qui bénéficie également de contributions mineures :

Grâce à ses succès précédents Don Juan d'Autriche obtient le commandement suprême de la flotte de la Sainte Ligue.

La flotte ottomane est commandée par Ali Pacha, aidé des corsaires Scirrocco et Euldj Ali (qui dirige l'aile gauche).

Face à la stratégie défensive que préconisent ses conseillers plus prudents, Don Juan d'Autriche impose son choix d'aller à la rencontre de la flotte turque.

Les flottes se rencontrent à Lépante, à proximité du golfe de Patras en Grèce, le 7 ou le 11 octobre 1571.

Don Juan d'Autriche enferme les Turcs dans le golfe de Lépante.

Pendant la bataille, le navire du commandant ottoman est envahi par les hommes des galères de Don Juan d'Autriche et d'André Provana de Leyni, l'Amiral de la flotte savoyarde.

Ali Pacha, l'amiral Turc, est décapité et sa tête est placée au bout du mat du navire principal espagnol.

Cela contribue à détruire le moral turc, entrainant des défections rapides dans leur flotte.

La bataille prend fin vers 16 h par une défaite complète des Ottomans.

On dénombre :

Les Turcs perdent 260 navires sur les 300 de leur flotte. 117 navires, 450 canons et 39 étendards leurs sont pris.

15 000 forçats chrétiens sont libérés de leurs fers.

Don Juan d'Autriche a sous ses ordres :

C'est la première fois que les galères se voient opposées à grande échelle à une flotte plus manouvrante et armée de canons.

On considère la bataille de Lépante comme la fin des flottes de galères au profit des galions armés de canons, même si l'emploi du canon a été moins décisif que la légende ne le dit.

Cette victoire chrétienne stoppe la progression ottomane vers l'Europe, met fin à leur suprématie en Méditerranée et confirme l'hégémonie espagnole sur la Méditerranée occidentale.

Elle a un grand retentissement mais n'a guère de suite.

Don Juan d'Autriche conquiert Tunis qui est reperdue peu après.

En effet, les Ottomans reconstruisent rapidement leur flotte et prennent peu après Chypre et les forts autour de Tunis mais ne s'aventurent plus dans la partie occidentale de la Méditerranée.

Le succès de Lépante accroit les ambitions de Don Juan d'Autriche.

Philippe II d'Espagne rejette prudemment ses plans de profiter de la situation pour se lancer dans une grande expansion territoriale en Méditerranée.

Il repousse également ses demandes d'être officiellement reconnu comme infant avec traitement d'altesse.

Pie V attribue le succès à la dévotion au rosaire et dédie le premier dimanche du mois d'octobre à la fête du rosaire.

La victoire est fêtée dans les rues de Rome comme un triomphe antique.

Sébastien Ier le Désiré croit pouvoir réaliser son projet d'expédition au Maroc.

Philippe II d'Espagne refuse de s'engager dans cette guerre et repousse le mariage du roi portugais avec une princesse espagnole.



Antoine Perrenot de Granvelle Vice-roi de Naples

En 1571, Antoine Perrenot de Granvelle est nommé vice-roi de Naples, un poste difficile et dangereux, qu'il occupera 5 années durant avec habileté.



Antoine Perrenot de Granvelle Président du conseil des affaires d'Italie

Philippe II d'Espagne appelle Antoine Perrenot de Granvelle en 1575 à Madrid comme Président du conseil des affaires d'Italie.



Mort d'Henri Ier le Chaste Roi de Portugal

Antoine Ier de Portugal Roi de Portugal

Invasion du Portugal par l'Espagne

Bataille d'Alcântara

Henri Ier le Chaste meurt, durant les Cortès d'Almeirim, le 30 ou le 31 janvier 1580 sans descendant.

Une junte de 5 gouverneurs prend le pouvoir.

De nombreux prétendants se font connaître :

Malheureusement, sa mère est déjà décédée, Raymond est mineur, et son père est le fils d'une bâtarde de Charles V. Donc Raymond travaille comme général sous la dépendance de Philippe II d'Espagne, qui le nomme gouverneur de Flandres.

Pierre-Robert, fils aîné d'Alphonse III le Boulonnais a une fille comtesse de Boulogne mariée à Robert V Comte d'Auvergne. La reine Catherine de Médicis descend, à la onzième génération, de ce personnage et c'est sur cette ascendance qu'elle revendique des droits à la couronne portugaise.

Antoine Ier de Portugal qui a le soutien du peuple, d'une part de l'aristocratie portugaise, de quelques puissances, dont la Hollande et l'Angleterre et de l'Église est proclamé à Santarem Roi de Portugal en 1580, pendant 60 jours.

Marie de Médicis lui apporte son soutien. Antoine Ier de Portugal est affaibli de par les origines juives de Violante Gomes, sa mère.

Antoine Ier de Portugal demande au pape de confirmer le mariage caché de ses parents, ce que celui-ci refuse sous l'influence de l'Espagne. Comme prieur de Crato, Antoine Ier de Portugal est empêché de se marier.

Antoine Perrenot de Granvelle participe à une délicate négociation.

Philippe II d'Espagne envoie une armée aux ordres du duc d'Albe s'emparer du royaume de Portugal par la force. Le Duc d'Albe est accompagné d'une escadre qui bloque le port de Lisbonne.

Antoine Ier de Portugal est défait lors de la bataille d'Alcantara le 4 août 1580. Le Portugal est conquis.

Antoine Ier de Portugal s'enfuit en France. Il tentera sans succès d'entretenir la résistance de ses partisans notamment dans les Açores, avec le soutien d'Henri III de France qui lui envoya une flotte vite anéantie par l'Invincible Armada.



Rapprochement de la Savoie et de l'Espagne

Antoine Perrenot de Granvelle Archevêque de Besançon

En 1584, Antoine Perrenot de Granvelle participe à une négociation où la France est tenue en échec.

Elle aboutira au mariage de Charles-Emmanuel Ier de Savoie avec Catherine-Michelle d'Espagne.

Suite à ses succès diplomatiques, Antoine Perrenot de Granvelle obtient l'archevêché de Besançon le 14 novembre 1584.

Mais il est frappé de paralysie et ne sera jamais intronisé.



Liaisons d'Antoine Perrenot de Granvelle

Antoine Perrenot de Granvelle laisse des enfants naturels :


Le Nain du cardinal de Granvelle et son molosse - un mastiff - Portrait par Antonio Moro - musée du Louvre - vers 1560

Mort d'Antoine Perrenot de Granvelle

Antoine Perrenot de Granvelle meurt à Madrid le 21 septembre 1586.

Son corps est transporté à Besançon.

Il est inhumé dans le caveau familial de la chapelle de l'église des Carmes de Besançon, voisine du palais Granvelle.

Antoine Perrenot de Granvelle est un mécène et un grand collectionneur.

Son neveu hérite de sa collection. Rodolphe II de Habsbourg fera pression sur lui pour lui acheter contre sa volonté les plus belles pièces en 1597


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !