Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



12 événements affichés, le premier en 1725 - le dernier en 1759


Marie Leszczynska

Rupture des fiançailles de Louis XV avec Marie-Anne d'Espagne

Retraite de Marie Anne de Bourbon

Mariage de Louis XV de France avec Marie Leszczynska

Le roi devenant adulte est apte à procréer. Se pose alors la question de l'héritier du trône.

Marie-Anne d'Espagne n'a que 6 ans et Louis IV Henri de Bourbon-Condé redoute de perdre le pouvoir au cas où le jeune roi, de santé fragile, viendrait à disparaître.

En 1725, on prend la décision de rompre les fiançailles de Louis XV avec Marie-Anne d'Espagne et de la renvoyer dans son pays. Marie Anne de Bourbon se retire alors dans ses châteaux où elle mène une vie de plus en plus recluse.

On chercher une nouvelle fiancée. Fleuriau de Morville, l'un des secrétaires d'État, dresse une liste des partis possibles. Cent noms de Princesses européennes sont présentés et l'on n'en retint que 8.

Louis IV Henri de Bourbon-Condé ne peut imposer une de ses sœurs. Aussi refuse-t-il toutes les princesses alliées à la branche rivale des Orléans en dépit des intérêts du Royaume, notamment les filles du Duc et de la Duchesse de Lorraine.

On prête un rôle à Jeanne Agnès Berthelot de Pléneuf dans ces manœuvres.

Le 31 mars 1725, faute de mieux et à la grande déception de la cour et de la nation toute entière, Marie Leszczynska, fille du roi détrôné de Pologne est choisie par Luis XV et André Hercule de Fleury.

Elle vit alors chichement en Alsace d'une pension que lui verse la France. Elle est de 7 ans plus âgée que le roi.

Le 2 avril 1725, Louis IV Henri de Bourbon-Condé demande à Stanislas Ier Leszczynski sa fille en mariage au nom de Louis XV.

Néanmoins, le 15 août 1725, Louis Ier d'Orléans épouse Marie Leszczynska par procuration dans la cathédrale de Strasbourg, devant le cardinal de Rohan, grand aumônier de France.

Le 4 septembre 1725, Marie Leszczynska rencontre Louis XV.

Louis XV de France épouse à la chapelle de la Trinité du château de Fontainebleau le 5 septembre 1725 Marie Leszczynska. Leurs enfants sont :

Seule l'aînée des sœurs se mariera, les autres resteront à la cour, auprès de leurs mères et frères.

Le mariage est consommé le soir même, et le roi fera durer la lune de miel à Fontainebleau jusqu'en décembre. Marie tombe aussitôt amoureuse du roi, qui lui-même en est très épris.

On donne à la nouvelle reine, André Hercule de Fleury comme grand aumônier, et des serviteurs qui ont veillé sur Louis XV enfant, afin de lui permettre de mieux connaître son mari.

Elle se fait instruire dans les questions de cérémonial et d'étiquette et assume ses devoirs de représentation lors des fréquentes absences de Louis XV, à la chasse ou ailleurs.

Grande amatrice de musique et de peinture, elle peint elle-même des aquarelles, c'est elle la véritable mécène de la culture à la cour.

Jeanne Agnès Berthelot de Pléneuf noue une amitié de 2 années qui en fait, pendant un temps, la femme la plus puissante de la cour.

Charles VII Albert de Bavière est à Versailles pour ce mariage.



Naissance de Marie-Louise-Élisabeth de France

Naissance d'Anne-Henriette de France

Marie-Louise-Élisabeth de France, surnommée Madame en tant que fille aînée du roi, ou Madame Première, puis Madame Infante et Anne-Henriette de France, surnommée Madame Seconde, puis Madame Henriette, naissent à Versailles le 14 août 1727, filles jumelles de Louis XV de France et de Marie Leszczynska.

Elles sont ondoyées à la naissance.

Charlotte-Éléonore Magdeleine de la Mothe-Houdancourt devient la gouvernante des enfants de Louis XV.

Sa petite-fille, la duchesse de Talard, est nommée survivancière, adjointe destinée à lui succéder : la charge reste dans la famille, preuve de la confiance et de l'attachement du roi.



Baptême de Marie-Louise-Élisabeth de France et d'Anne-Henriette de France

Marie-Louise-Élisabeth de France et Anne-Henriette de France sont baptisées le 27 avril 1737.

Marie-Louise-Élisabeth de France est surnommée plus affectueusement Babette par son père.



Éducation des filles de Louis XV à Fontevraud

En 1738, les princesses de moins de 6 ans :

quittent la cour pour l'abbaye de Fontevraud où elles doivent achever leur éducation à moindre frais.



Mort d'Armand François de La Croix de Castries3e Marquis de Castries , Marquis de Lévis, Comte de Charlus, Baron de Montjouvent, Seigneur de Saint Geniès

Armand François de La Croix de Castries meurt à Châlons-en-Champagne dans la Marne le 17 janvier 1743, de retour d'une expédition militaire en Bohème.

Veuve, Marie Louise Angélique de Talaru de Chalmazel devient Dame d'Anne-Henriette de France et de Marie-Adélaïde de France.



Projet de mariage de Louis-Philippe Ier d'Orléans et d'Anne-Henriette de France

Très jeune, Louis-Philippe Ier d'Orléans se prend d'une passion partagée pour Anne-Henriette de France, une des filles de Louis XV, et veut l'épouser.

Louis XV de France pose d'abord sur cette idylle un regard bienveillant.

André Hercule de Fleury qui cherche à ménager l'Espagne, voit dans ce projet la source possible de graves complications diplomatiques.

En effet, Louis XV n'a qu'un fils. En cas de disparition de celui-ci, le trône de France serait revendiqué à la fois :

Marier une fille de Louis XV de France au fils de Louis Ier d'Orléans donnerait l'avantage à ce dernier.

Louis XV de France refuse donc d'accorder à Louis-Philippe Ier d'Orléans, fils de Louis Ier d'Orléans la main de sa fille qui finira ses jours célibataire.



Catherine Madeleine Pécoil Dame de compagnie d'Anne-Henriette de France et de Marie-Adélaïde de France

Catherine Madeleine Pécoil est Dame de compagnie d'Anne-Henriette de France et de Marie-Adélaïde de France de 1745 à 1752.



Présentation de la Marquise de Pompadour à la cour

Le 14 septembre 1745, la Marquise de Pompadour est officiellement présentée à la cour.

Louis-Ferdinand de France et Marie-Thérèse-Raphaëlle d'Espagne font front commun contre la nouvelle favorite.

La reine, appuyée par les milieux dévots, presse le roi de faire cesser cette relation.

Aimar-Chrétien-François-Michel de Nicolaï et Christophe de Beaumont, l'archevêque de Paris, sont considérés comme guides spirituels du clan des dévots.

Anne-Henriette de France, Marie-Adélaïde de France et Louis-Ferdinand de France forment un groupe uni qui, par amour pour leur mère, s'oppose à la Marquise de Pompadour, qu'ils appellent en privée "Maman Putain".

Les milieux dévots et les milieux aristocratiques conservateurs qui craignent l'influence grandissante de la bourgeoisie dans la société, concentrent leurs attaques sur la nouvelle maîtresse du roi. Elle a contre elle d'appartenir au Tiers-État.

Bourgeoise proche des milieux financiers, elle est aussi attaquée par le peuple qui hait ce monde de la finance qui l'exploite...

Les maîtresses officielles de Louis XIV, et celles de Louis XV jusqu'à présent, choisies dans les hautes sphères de l'aristocratie, avaient été d'autant plus tolérées qu'elles n'exerçaient aucune influence sur le gouvernement, à l'exception de Françoise d'Aubigné.

Parurent bientôt des chansons et des pamphlets injurieux appelés Poissonades, par allusion aux Mazarinades du siècle précédent. Par exemple :

Fille de sangsue et sangsue elle même

Poisson d'une arrogance extrême

Étale en ce château sans crainte et sans effroi

La substance du peuple et la honte du Roi

La Marquise de Pompadour est trop ambitieuse pour accepter dans l'entourage de Louis XV un prince du sang investi de missions importantes au service des stratégies européennes de la France. Elle n'aura de cesse de diminuer l'influence de Louis François Ier de Bourbon-Conti sur le Roi, ce qui est d'autant plus efficace qu'elle sait le Roi hésitant à accorder son entière confiance au prince.



Mariage de Louis-Ferdinand de France avec Marie-Josèphe de Saxe

Louis-Ferdinand de France est veuf de Marie-Thérèse-Raphaëlle d'Espagne. La raison d'état oblige Louis-Ferdinand de France à avoir des enfants mâles aptes à accéder au trône.

Louis-Ferdinand de France épouse à Versailles le 9 février 1747 Marie-Josèphe de Saxe, fille de Frédéric-Auguste II de Saxe et de Marie-Josèphe d'Autriche. Leurs enfants sont :

Louis-Ferdinand de France, toujours attaché à Marie-Thérèse-Raphaëlle d'Espagne, ne montre d'abord à la jeune princesse allemande que froideur voire mépris.

Mais Marie-Josèphe de Saxe est une femme d'un esprit supérieur et est soutenue par ses belles-sœurs.

Anne-Henriette de France se prend d'affection pour Marie-Josèphe de Saxe et, avec succès, s'emploie à faire changer les sentiments de Louis-Ferdinand de France, son frère.

Conseillée par son oncle le Maréchal de Saxe, Marie-Josèphe de Saxe apprivoise son mari, modère ses excès de dévotion et de rigueur morale tout en étant elle-même très pieuse. Leur couple sera finalement très uni.


Anne-Henriette de France jouant de la basse viole - par Jean-Marc Nattier - 1754

Mort d'Anne-Henriette de France

Comme ses frères et ses sœurs, Anne-Henriette de France se passionne pour la musique et joue de la basse viole, instrument qu'elle étudie avec Jean-Baptiste Forqueray.

Après une existence solitaire et effacée qui dissimule sa grandeur d'âme, Anne-Henriette de France, fille préférée de Louis XV, meurt à Versailles le 10 février 1752 de la petite vérole.



Retour en France de Marie-Louise-Élisabeth de France

Marie-Louise-Élisabeth de France revient en France en septembre 1752 pour se recueillir sur la tombe d'Anne-Henriette de France, sa sœur jumelle.

Louis XV est extrêmement ému de revoir sa Babette.

Alors qu'il est prévu qu'elle ne reste que quelques semaines, elle y passe une année.



Mort de Marie-Louise-Élisabeth de France

La santé de Marie-Louise-Élisabeth de France, toujours à Versailles, se fait de plus en plus chancelante. Les épreuves l'ont très lourdement affectée.

Au début de décembre 1759, la petite vérole se déclare.

Marie Leszczynska écrit : Ma pauvre infante est bien malade d'une grosse fièvre je suis très inquiète.

Marie-Louise-Élisabeth de France meurt à Versailles le 6 décembre 1759. Elle est inhumée le 27 mars 1760 à Saint-Denis, auprès d'Anne-Henriette de France.

Marie-Isabelle de Bourbon-Parme, sa fille, est alors fréquemment angoissée par les pensées liées à la mort.

Elle prend soin de Ferdinand Ier de Parme, son frère héritier du duché de Parme, et de Marie Louise de Bourbon-Parme, sa sœur.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !