Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



4 événements affichés, le premier en 1432 - le dernier en 1476



Naissance d'Alphonse V l'Africain

Alphonse V de Portugal (Afonso), dit l'Africain à cause de ses conquêtes au Nord de l'Afrique, naît le 15 janvier 1432 à Sintra au Portugal, fils d'Édouard Ier de Portugal et d'Aliénor d'Aragon.



Mariage de Alphonse V de Portugal avec Jeanne la Beltranéja

Alphonse V l'Africain épouse à Coïmbra en 1475 Jeanne la Beltranéja, âgée de13 ans, sa nièce, fille d'Henri IV l'Impuissant, sans toutefois consommer le mariage. Il perd un temps fatal à donner des fêtes.

Scrupuleux, Alphonse V l'Africain attend la dispense demandée au pape. Ce mariage ne sera pas ratifié par le Pape.

À la tête de 500 lances, Carrillo, l'archevêque de Tolède, rejoint Alphonse et, à son tour, reconnaît Jeanne "comme illustre Reine de Castille ".

Burgos, Leon, Madrid, Tolède, Alcalà, Séville se prononcent en faveur de Jeanne la Beltranéja qui envoie à ses " sujets " un long manifeste, où elle affirme ses droits à la couronne et rappelle l'histoire des multiples serments prêtés, puis violés.



Prise de Toro et Zamora par Alphonse V de Portugal

L'alliance que lui promit Louis XI de France lui parait cependant un gage de succès. Alphonse prend Toro et Zamora.

Ferdinand II d'Aragon, effrayé, lui proposa de régler l'affaire, selon les vieux usages, en un combat singulier. Alphonse, qui aurait eu le dessous opposé à un si jeune champion, exige qu'en ce cas Isabelle et Jeanne soient échangées et gardées en otage. Évidemment, Ferdinand II d'Aragon refuse.

Ferdinand II d'Aragon demanda à traiter.

Alphonse, qui se heurtait à mille difficultés, accepta, à condition qu'on lui laisse Toro, Zamora et la province de Galice.

Ferdinand II d'Aragon était près d'accepter, mais c'était compter sans le caractère de sa femme.

Pas un créneau ! " déclara énergiquement Isabelle, et cette parole devint en quelque sorte sa devise.

Ce fut Mendoza qui sauva les jeunes souverains complètement démunis, en faisant fondre quantité d'objets d'or et d'argent pieusement remis aux églises et aux monastères.

La dévotion d'Isabelle la fit hésiter, mais ce sentiment n'eut pas la force de l'autre.

Elle disposa ainsi de 30 millions de maravédis, qui lui permirent de lever une nouvelle armée, alors qu'Alphonse annonçait déjà sa victoire à Louis XI.

Il proclamait sa victoire, sans oser s'enfoncer au coeur de la Castille, voulant toujours se ménager une retraite possible vers le Portugal.

Ferdinand II d'Aragon, au contraire, allait de l'avant, s'emparait de Burgos.

Isabelle, véritable armée à elle seule, courait aussitôt y raffermir le loyalisme de ses partisans, puis se précipitait à Tolède, à Leon, à Valladolid, avant d'établir son quartier général à Tordesillas.

Le commandant de la place de Zamora livra le fort à Ferdinand II d'Aragon, qui marcha sur Toro, où le roi du Portugal venait de recevoir des renforts amenés par son fils, le prince Jean.

Ne refusez pas le combat, dit Mendoza au jeune roi, marchez contre lui [Alphonse], ayez foi en Dieu, qui tient dans ses mains toutes les victoires et qui vous la donnera si vous la méritez. "



Seconde bataille de Toro

La bataille décisive a lieu près de Toro, le ler mars 1476. Le cardinal de Mendoza et l'archevêque de Tolède, chacun dans le camp opposé à celui qui avait d'abord été le sien, se battent furieusement. Aussi confuse que sanglante, elle coûte la vie à 10 000 hommes. Chacun se déclare vainqueur. Mais le Alphonse V de Portugal abandonne le champ de bataille et se retire à Castromino. Moralement défait, il a compris que ni les trésors portugais ni les machinations de la noblesse de Castille ne peuvent lui donner gain de cause. Ferdinand annonce sa victoire à Isabelle qui fait aussitôt chanter le Te Deum en l'église Saint-Paul de Tordesillas, où elle se rend pieds nus. Elle organise des fêtes, proclame à travers les Espagnes la nouvelle de son triomphe, en sorte que tout le monde y croit. L'archevêque de Tolède, le principal allié d'Alphonse, l'abandonne, suivi par d'autres. Le roi du Portugal forme d'autres plans et quitte la Castille en compagnie de Jeanne, après avoir fortifié la frontière. Cette manoeuvre, et non le succès de leurs armes à Toro, donne leur royaume à Isabelle et Ferdinand.


Début de l'Inquisition

Parallèlement, Isabelle et Ferdinand organisent l'Inquisition, chassent les Juifs d'Espagne, et réduisent l'influence des grands féodaux.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !