Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



35 événements affichés, le premier en 1298 - le dernier en 1416



Naissance d'Aliénor de Comminges

Éléonore ou Aliénor de Comminges naît en 1298, fille de Bernard VII de Comminges et de Laure de Montfort.



Mariage de Bernard VII de Comminges avec Laure de Montfort

Bernard VII de Comminges épouse en 1299 Laure de Montfort, fille de Philippe II de Montfort-Castres et de Jeanne de Lévis-Mirepoix. Leurs enfants sont :



Mariage de Gaston Ier de Foix avec Jeanne d'Artois

En 1301, Roger-Bernard III de Foix se rend à la cour de Philippe IV Le Bel à Senlis, y négocie le mariage de son fils.

Gaston Ier de Foix épouse à Senlis le 15 octobre 1301 Jeanne d'Artois (1289-1349 ou 1350). Leurs enfants sont :



Mariage de Bernard VIII de Comminges avec Mathé de l'Isle-Jourdain

Bernard VIII de Comminges épouse en 1316 Mathé de l'Isle-Jourdain. Leurs enfants sont :

Le comte néglige sa troisième épouse.

Il faut une intervention personnelle de Jean XXII pour lui rappeler que s'il veut des héritiers, il vaudrait mieux cohabiter avec sa femme.



Mariage de Guillaume II Roger de Beaufort avec Marie de Chambon

Guillaume II Roger de Beaufort épouse en 1325 ou 1326 Marie de Chambon (vers 1310 au Chambon Neuvic en Corrèze-1343), Dame du Chambon. Leurs enfants sont :



Mariage de Gaston II de Foix avec Aliénor de Comminges

Gaston II de Foix épouse en 1324 ou en 1327 Aliénor de Comminges, fille de Bernard VII de Comminges, Comte de Comminges, et de Laure de Montfort. Leur enfant est :

Il laisse également plusieurs enfants illégitimes :



Mariage de Jean Ier d'Auvergne avec Jeanne de Clermont

Jean Ier d'Auvergne épouse en 1328 Jeanne de Clermont (morte en 1383), Dame de Saint-Just, fille de Jean Ier de Clermont, Seigneur de Charolais. Leur enfant est :



Naissance d'Aliénor de Comminges

Eléonore ou Aliénor de Comminges naît en 1329, fille de Bernard VIII de Comminges, Comte de Comminges et de Mathé de l'Isle-Jourdain.



Naissance de Gaston III Phébus

Gaston III Phébus ou Phoebus ou Fébus naît à Orthez le 30 avril 1331, fils de Gaston II de Foix et d'Aliénor de Comminges.

Il est surnommé Phœbus :

Il faut noter qu'il orthographiait son surnom Fébus, et non Phœbus.


Clément VI Pape

Mort de Benoît XII

Clément VI Pape

Benoît XII meurt en avril 1342.

Benoît XII est un homme austère et ardent, qui intervient avec autorité dans tous les débats théologiques du moment : pauvreté évangélique, fraticelles, vision béatifique.

Pierre Roger de Beaufort est élu pape le 7 mai 1342 sous le nom de Clément VI.

La famille de Clément VI tient dans l'Église une place que les contemporains jugent excessive. Quatre de ses neveux sont cardinaux, l'un sera le pape Grégoire XI, et un autre archevêque.

Dès que Clément VI monte sur le trône pontifical, il désire élever sa famille.

La vicomté de Turenne, une des plus prestigieuses du Limousin, lui semble une proie facile. Cécile de Comminges l'a hérité de Bernard VIII de Comminges, son père.

Clément VI délègue Bertrand de Cosnac, Évêque de Lombez, avec mission de lui acheter la vicomté en prévision du mariage de son neveu Guillaume III Roger de Beaufort avec Aliénor de Comminges, sœur de Cécile. Cette transaction coûtent de 140 000 florins.

Peu après l'accession de Clément VI au pontificat, Hugues de la Roche quitte le Limousin pour rejoindre Avignon. Tout de suite introduit dans l'entourage du pape, Hugues de la Roche se fait remarquer.


Guillaume II Roger de Beaufort et son fils Guillaume III Roger de Beaufort chassent au faucon - Chambre du Cerf du Palais des papes d'Avignon

Émancipation de Guillaume III Roger de Beaufort

Mariage par procuration de Guillaume III Roger de Beaufort avec Aliénor de Comminges

En prévision de son mariage, Guillaume II Roger de Beaufort émancipe Guillaume III Roger de Beaufort, son fils, le 28 novembre 1349 et lui remet tous ses fiefs languedociens et la moitié de la vicomté de Valernes.

Hugues de la Roche accompagne Bertrand de Cosnac, Évêque de Lombez, à Perpignan, pour régler les ultimes détails du mariage de Guillaume III Roger de Beaufort avec Aliénor de Comminges.

Le contrat est rédigé à Narbonne, le 15 décembre 1349, suivi d'un mariage par procuration.

Dans le contrat, l'âge d'Aliénor de Comminges est estimé entre 16 et 25 ans (maior annis sexdecim minor tatem viginti quinque ut ex aspectum persone apparebat).


Château des vicomtes de Turenne

Mariage de Guillaume III Roger de Beaufort avec Aliénor de Comminges

Guillaume III Roger de Beaufort Vicomte de Turenne

Au début de janvier 1350, Clément VI écrit à sa nouvelle nièce : Hâte-toi, ma fille, de te mettre en route.

Hâte-toi le plus rapidement possible, car nous voulons te voir, mû par une affection paternelle.

Ce désir est un ordre.

Aliénor de Comminges arrive escortée par Gaudemar du Fay, Sénéchal de Beaucaire, que Philippe VI de Valois a chargé de sa protection.

Guillaume III Roger de Beaufort épouse officiellement le 7 février 1350 Aliénor de Comminges, fille de Bernard VIII de Comminges et de Mathé de l'Isle-Jourdain. Leurs enfants sont :

Clément VI met dans la corbeille des jeunes époux la vicomté de Turenne, l'une des plus prestigieuses et des plus riches du Limousin.

De plus le Souverain Pontife engage dans la maison de sa nouvelle nièce un clerc originaire de Liège.

C'était un musicien de renom, Johannes Ciconia.



Naissance de Jeanne de Beaufort

Jeanne de Beaufort naît en octobre 1351, fille de Guillaume III Roger de Beaufort et d'Aliénor de Comminges.

Jean II le Bon est son parrain.



Naissance de Raymond VIII de Turenne

Raymond-Louis de Turenne ou Raymond VIII de Turenne naît à Villeneuve-lès-Avignon fin septembre 1352, fils de Guillaume III Roger de Beaufort et d'Aliénor de Comminges



Naissance de Jeanne Rogier de Beaufort

Jeanne Rogier de Beaufort naît en 1355, fille de Guillaume III Roger de Beaufort et d'Aliénor de Comminges.


Château de Meyrargues

Aliénor de Comminges Dame de Meyrargues

Guillaume III Roger de Beaufort attribue des revenus à Aliénor de Comminges, son épouse, en Velay et en Provence.

Grégoire XI, son beau-frère, attribue des revenus à Aliénor de Comminges dans le Comtat Venaissin.

Guillaume III Roger de Beaufort séjourne à Pertuis.

Aliénor de Comminges réside, elle, à Meyrargues au nord du Pays d'Aix et aux portes du Lubéron. Le château est l'une des places les plus fortes et les plus sûres de toute la Provence.

Aliénor de Comminges y a tout pouvoir pour nommer les officiers de son fief. Outre le bac, le péage et le château, elle exerce, à partir du 20 août 1370, les différents droits de justice.

Elle possède aussi un moulin à son usage exclusif ainsi qu'un autre moulin à 5 meules. Avec la banalité du four, Aliénor imposait 1 pain sur 5, pour le fournage, et 1 pain sur 100, pour le pétrissage.



Mort d'Aliénor de Comminges

Aliénor de Comminges meurt en 1373.



Mariage de Jean II d'Auvergne avec Aliénor de Comminges

Jean II d'Auvergne épouse le 11 août 1373 Aliénor de Comminges, fille de Pierre-Raymond II de Comminges, Comte de Comminges, et de Jeanne de Comminges. Leur enfant est :



Naissance de Jeanne II d'Auvergne

Jeanne II d'Auvergne naît en 1378, fille de Jean II d'Auvergne et d'Aliénor de Comminges.



Naissance d'Antoinette de Turenne

Antoinette de Turenne naît en 1380, fille de Raymond VIII de Turenne et de Marie de Boulogne.

Antoinette de Turenne passe son enfance à Meyrargues, chez Aliénor de Comminges, sa grand-mère.



Début du conflit entre Aliénor de Comminges et Marie de Blois-Châtillon

Le 26 décembre 1385, lors d'une trêve au cours de la guerre de l'Union d'Aix, Aliénor de Comminges décide de faire passer une grande barque sur la Durance pour ravitailler à Aix-en-Provence, les opposants à Marie de Blois-Châtillon. Après un tel exploit, le conflit entre les deux femmes ira croissant.



Prise du château d'Aureille

Attaque de la citadelle d'Orgon

Capture d'un convoi de poissonniers

Le 9 mars 1387, on apprend à Meyrargues que les gens d'armes de Marie de Blois-Châtillon, viennent d'investir le château d'Aureille, fief baussenc, appartenant à Raymond VIII de Turenne. Celui-ci, qui séjourne avec sa mère, dépêche un de ses écuyers à Apt pour demander raison à la régente.

Le 21 mars 1387, Bosquet et Jean Drogoul, gens de Raymond VIII de Turenne négocient toujours avec le chancelier de Marie de Blois-Châtillon.

Cette négociation aurait pu aboutir mais, le 3 avril 1387, les troupes de Marie de Blois-Châtillon ravitaille Aureille. Immédiatement, les pourparlers sont rompus et Raymond VIII de Turenne attaque Orgon, citadelle des comtes de Provence, et important péage sur la route d'Avignon à Aix.

Aliénor de Comminges ne veut pas être en reste. Le 8 avril 1387, Aliénor de Comminges fait arrêter un convoi de poissonniers qui remontent leur marée vers les Alpes arborant les oriflammes de Louis II d'Anjou comme laissez-passer. Sur ses ordres, ses gens les mettent en lambeaux, puis la dame les leur fait avaler et ordonne de rosser ceux qui hésitent à se lancer dans une telle ingestion.



Capture des délégués de Tarascon auprès de Marie de Blois-Châtillon

Le 7 septembre 1387, Aliénor de Comminges repart à la charge. Les délégués de Tarascon, en route vers Aix, sont capturés par ses gens d'armes. Ils reviennent de Sisteron où ils ont informé Marie de Blois-Châtillon que leurs syndics sont disposés à rendre hommage à son fils Louis II d'Anjou. Faits prisonniers, ils sont aussitôt emprisonnés au château de Meyrargues.

Marie de Blois-Châtillon tente de négocier. Elle envoie, coup sur coup, deux émissaires à Aliénor de Comminges : Louis II de Bourbon et Raymond II d'Agoult. Rien n'y fait.

L'orgueil d'Aliénor de Comminges se doublant d'une grande violence de caractère, personne désormais n'ose trop se frotter à la Dame de Meyrargues.



Paix entre Raymond VIII de Turenne et Marie de Blois-Châtillon

Raymond VIII de Turenne fait la paix avec Marie de Blois-Châtillon le 28 janvier 1388.

Marie de Blois-Châtillon est alors diplomate. Le 18 mai 1388, Meyrargues est assiégé par... 12 Hospitaliers de Jean Sévin, Bailli de Manosque. Raymond VIII de Turenne intervient auprès de sa mère pour qu'elle dépose les armes et participe même au siège symbolique.

Aliénor de Comminges peut ainsi céder et rendre hommage sans perdre la face.

Aliénor de Comminges accepte le 23 mai 1388 de rendre hommage à Louis II d'Anjou et à Marie de Blois-Châtillon. Mais un mois plus tard la vicomtesse n'a toujours pas obtempéré.

Aliénor de Comminges est assiégée au château de Meyrargues par les troupes du sénéchal de Provence.

Lors d'une cérémonie d'allégeance confidentielle, Aliénor de Comminges rend hommage à Aix-en-Provence.



Séjour de Charles VI le Fou à Avignon

Les 27 et 28 janvier 1390, lors du séjour de Charles VI le Fou à Avignon, Clément VII insiste pour que l'armée royale neutralise Raymond VIII de Turenne. Les Marmousets ne l'entendent pas de cette oreille et conseillent au pape de traiter.

Dans ce cas seulement, Charles VI le Fou serait prêt à entrer dans Rome pour installer Clément VII sur le trône de Saint-Pierre.

Dans le même temps, le royaume de Naples reviendrait à Louis II d'Anjou, Cousin du roi, avec Raymond VIII de Turenne comme Capitaine Général, le comté de Provence devenant l'apanage de Louis II de Bourbon qui nommerait Guillaume III Roger de Beaufort sénéchal.

En 1390, dans le cadre de la guerre privée opposant les Roger de Beaufort à la papauté d'Avignon et à la seconde maison d'Anjou, Clément VII accepte de déléguer Hugues de Saint-Martial auprès de Raymond VIII de Turenne qui séjourne à Meyrargues chez sa mère Aliénor de Comminges.

Si sa mission réussit, l'intransigeance pontificale relance le conflit.



Restitution de Meyrargues à Aliénor de Comminges

Le 9 octobre 1391, Raymond VIII de Turenne peut exiger la restitution immédiate de Meyrargues à sa mère.

Marie de Blois-Châtillon consent à verser 14 000 francs en réparation des dégâts faits à Meyrargues et autres lieux appartenant aux Roger de Beaufort.



Exaction d'Aliénor de Comminges

Le 11 novembre 1394, vers une heure de l'après-midi, Aliénor de Comminges, entre dans Pertuis, fief de son époux. Devant les syndics et le vice-bayle du comte de Beaufort, outrés, elle fait forcer la maison d'un marchand étranger pour s'emparer du blé entreposé.

En dépit de leurs protestations, Aliénor fait enlever les sacs de blé afin de les emporter hors de la ville.

Le vice-bayle, avec révérence et respect, lui fait ses remontrances. Mais celle-ci ne veut rien entendre et lui répond qu'il n'a aucun pouvoir sur elle. Sur ce elle ordonne à ses serviteurs de continuer et d'ouvrir les portes de Pertuis qui ont été fermées. Ce qui lui est refusé par les syndics.

Furieuse, Aliénor s'empare d'une hache et s'efforce de faire sauter les serrures. Les syndics la supplient de ne pas poursuivre, pour l'honneur du seigneur de Beaufort et de la ville de Pertuis. Elle continue à s'acharner sur les serrures au moyen de tenailles, de marteau et de coins de fer. Ayant réussit à faire sauter les trois serrures, le blé est emporté en son château malgré toutes les protestations.



Hardouin de Fontaine-Guérin Prisonnier

En 1394, Aliénor de Comminges fait capturer et incarcérer à Meyrargues Hardouin de Fontaine-Guérin, Capitaine d'Anjou.

Pour tromper son ennui, celui-ci rédige son Trésor de Vénerie, qu'il dédie à Louis II d'Anjou et qu'il termine, écrivit-il, le 10 décembre 1394. Son ouvrage, divisé en deux parties, décrit les différentes scènes de chasse au cerf puis énumère les grands chasseurs de son temps dont Gaston III Phébus et Jean III de Tancarville.



Rançonnage en Provence

En décembre 1395, Raymond VIII de Turenne, séjournant dans sa vicomté, met en place dans la plus grande partie de la Provence des patis (ou suffertes) qui contraignent les villes et villages ne voulant pas être attaquées à verser à ses Capitaines une rançon.

Aliénor de Comminges, sa mère, y prend une part importante avec sa garnison de Meyrargues. Plus de 33 villages sont sous sa coupe dont Venelles, Peyrolles, Jouques, Rians, Puyloubier, Trest, Fuveau, Allauch, Auriol, Ollioules, Six-Fours, Aubagne et toute sa vallée, ainsi que tout le pays entre Marseille et Toulon.



Tentative de paix avec Aliénor de Comminges

Le 20 février 1396, le sénéchal de Provence, Georges de Marle, convoque une assemblée pour discuter de paix avec Aliénor de Comminges.

Le seul résultat probant de cette tentative de négociation est qu'en novembre 1396 la dame de Meyrargues accorde 15 jours de trêve supplémentaire à Aix-en-Provence et sa viguerie contre le versement de 250 florins.



Campagne de Georges de Marle contre Raymond VIII de Turenne

Pour mettre un terme à cette situation de double pouvoir en Provence, le 27 avril 1397, toutes les places fortes Raymond VIII de Turenne sont attaquées.

Ces opérations sont dirigées par le sénéchal Georges de Marle.

Celui-ci se charge de Pertuis, tandis que les garnisons des Baux, de Roquemartine, de Roquefure et de Vitrolles sont assiégées par le vice-sénéchal Réforciat d'Agoult, qui pour faire bonne mesure, met aussi le siège devant Meyrargues.

Celui-ci est sans doute peu efficace puisque dès le 16 mai 1397, les syndics de Pertuis peuvent prendre de nombreux contacts avec Aliénor de Comminges pour étudier la conduite à mener.



Aliénor de Comminges Prisonnière

Libération d'Hardouin de Fontaine-Guérin Prisonnier

Pour mettre un terme à sa constante révolte contre Marie de Blois-Châtillon et son fils Louis II d'Anjou, en décembre 1399, Jean II Le Meingre capture Aliénor de Comminges qui est incarcérée à Aix.

Hardouin de Fontaine-Guérin est libéré en 1399.



Libération d'Aliénor de Comminges

Aliénor de Comminges est libérée sous conditions le 2 avril 1401. Louis II d'Anjou exige qu'elle soit placée sous la garde de Jean II Le Meingre et qu'elle lui remette son château.

En 1401, Aliénor de Comminges a réintégré son château de Meyrargues où elle est à nouveau assiégée par Elzéar Autric, Capitaine de la viguerie d'Apt.



Mort d'Aliénor de Comminges

Aliénor de Comminges meurt en février 1402. Elle est inhumée en l'église des Grands Carmes d'Aix.



Mariage de Georges Ier de la Trémoïlle avec Jeanne II d'Auvergne

Georges Ier de la Trémoïlle Comte d'Auvergne et de Boulogne

Jeanne II d'Auvergne est veuve de Jean Ier de Berry.

Georges Ier de la Trémoïlle épouse en 1416 Jeanne II d'Auvergne, fille de Jean II d'Auvergne et d'Aliénor de Comminges.

Georges Ier de la Trémoïlle devient Comte d'Auvergne et de Boulogne jusqu'en 1424.

Jeanne II d'Auvergne devient Comtesse de Guînes

Georges Ier de la Trémoïlle est titré comte d'Auvergne et de Boulogne.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !