Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme











Événements contenant la ou les locutions cherchées



8 événements affichés, le premier en 1502 - le dernier en 1546



Naissance d'Alfonso de Avalos

Alfonso de Avalos naît à Ischia en 1502.


Alfonso de Avalos

Mort de Fernando de Avalos Marquis de Pessaire

Alfonso de Avalos Commandement des armées de Charles Quint

Fernando de Avalos meurt à Milan en 1525.

Neveu de Fernando de Avalos, il lui succéda dans le commandement des armées de Charles Quint.



Bataille de Koszeg

Soliman le Magnifique effectue nouvelle marche sur Vienne.

Alfonso de Avalos l'arrêté à Koszeg en août 1532

Ferdinand Ier de Habsbourg doit négocier avec les turcs.



Prise de Tunis par Charles Quint

Alfonso de Avalos suit l'empereur dans toutes ses expéditions, notamment à Tunis.

En 1535, Charles Quint gagne une importante bataille à Tunis contre Khayr ad-Din Barberousse.

Ses troupes occupent Tunis.



Mort d'Antoine de Rincon

Mort de César Fregoso

Sur ordre de Charles Quint, Antoine de Rincon, ambassadeur français, et César Fregoso meurent sur le Pô aux environs de Pavie le 3 juillet 1541 assassinés par Alfonso de Avalos, marquis del Vasto.

Cet assassinat soulève une très grande émotion dans toutes les cours d'Europe.



Siège de Nice

Alfonso de Avalos est gouverneur du Milanais.

François Ier de France, allié au sultan Turc Soliman le Magnifique, ordonne de prendre la ville de Nice, se parjurant en transgressant sa propre décision de 1523 de renoncer solennellement à tous les droits que pourrait avoir la couronne de France sur Nice.

20 000 Franco-Turcs, sous les ordres François de Bourbon-Vendôme, mettent le siège devant la ville pendant que 120 galères de combat de la Sublime Porte, commandées par Keir-El Dîn Barberousse, attaquent Nice par la mer.

Cette armada est accompagnée de 40 galiotes, 4 mahonnes et 22 galères françaises.

Le premier assaut est repoussé le 2 août 1543.

Les ennemis installent :

Le 7 août 1543, les Turcs attaquent le quartier Riquier.

Les 8 et le 9 août 1543 on se bat dans les faubourgs Lympia et Sincaire.

Un chroniqueur de l'époque raconte : Le mardi 11, l'artillerie du château embocqua une canonnière des Turcs et tua le neveu de Barberousse, capitaine d'artillerie…

Barberousse s'arrachoit la barbe de dépit.

Les assauts reprennent.

Du 12 au 15 août 1543, plus de 1 200 coups de canons sont tirés sur la ville.

Le jour de l'Assomption, la flotte ennemie tire 975 coups de canons et autant de boulets de 75 et 109 livres.

La défense faiblit.

Une bugadière, Catherine Ségurane, monte aux créneaux, assomme avec son battoir à linge un porte-étendard turc et lui arrache son drapeau.

Malgré cet acte héroïque, la ville basse est contrainte de capituler le 22 août 1543, mais le château résiste.

Les Français ravagent la ville basse.

Pendant une trêve, Khayr ad-Din Barberousse envoie ses janissaires piller la ville en même temps que d'autres escouades vont razzier jusque dans le haut pays.

Du donjon qui arbore toujours le pavillon de Savoie on voit passer une longue file de 5 000 prisonniers enchaînés, natifs de Nice, la Bolène, Sospel, Lantosque ou d'autres villages.

Ils sont entassés dans les bateaux pour être vendus comme esclaves.

Fort heureusement apparait la flotte espagnole de l'amiral Garcié qui bloque la baie et contraint Barberousse à libérer son butin humain.

Les Franco-Turcs se retirent précipitamment dans la nuit du 7 au 8 septembre 1543, Charles Quint et Charles III de Savoie arrivant à la tête des armées de secours commandée par Alfonso de Avalos.


Première phase de la Bataille de Cérisoles - assaut des Impériaux - déroute de la cavalerie florentine - enfoncement des rangs des lansquenets - charge puis retraite de la chevalerie espagnole Seconde phase de la bataille - déroute de la cavalerie napolitaine et des lansquenets - repli de Sanseverino - charges successives de la cavalerie de François de Bourbon-Vendôme - retraite de l'infanterie austro-espagnole- retour des fantassins français et suisses depuis Cérisoles

Bataille de Cérisoles

La bataille de Cérisoles a lieu le 11 avril 1544 lors de la neuvième guerre d'Italie près du village piémontais de Cérisoles, actuelle ville de Ceresole Alba.

Elle oppose :

François de Bourbon-Vendôme et Alfonso de Avalos déploient leurs armées sur 2 crêtes parallèles.

Du fait de la topographie du champ de bataille, les actions individuelles s'engagent sans réelle coordination.

La bataille s'ouvre par plusieurs heures d'escarmouches et de tirs d'artillerie à l'efficacité douteuse, après quoi Alfonso de Avalos donne l'ordre de marcher sur l'ennemi sur toute la largeur du front.

Au centre, les lansquenets viennent au contact des mercenaires suisses au service de la France, et subissent d'énormes pertes.

Au sud, l'infanterie piémontaise, harassée par les charges de la cavalerie française, ne se replie qu'à l'annonce que le centre allemand est enfoncé.

Au nord, l'infanterie française se débande, François de Bourbon-Vendôme entreprenant une série de charges de cavalerie aussi coûteuses qu'inutiles contre les lignes austro-espagnoles, jusqu'à ce que celles-ci finissent par battre en retraite sous la menace d'enveloppement par les mercenaires suisses victorieux au centre.

François Ier de Coligny-d'Andelot se distingue lors de cette la bataille.

Imbert de La Platière participe à cette bataille.

François de Bourbon-Vendôme arme François Ier de Coligny-d'Andelot chevalier sur le champ de bataille.



Mort d'Alfonso de Avalos Marquis du Guast

Alfonso de Avalos meurt le 31 mars 1546.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !