Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



5 événements affichés, le premier en 1741 - le dernier en 1754



Mariage de Charles-Guillaume Le Normant d'Étiolles avec Jeanne-Antoinette Poisson

Dans un premier temps, Hervé Guillaume Lenormant des Forts et Anne Élisabeth de Francine s'opposent au mariage de Charles-Guillaume Le Normant d'Étiolles avec Jeanne-Antoinette Poisson, au prétexte que François Poisson, son père supposé, est mort ruiné et condamné à mort par contumace.

Charles François Paul Le Normant de Tournehem est attaché à Jeanne-Antoinette Poisson, sa fille illégitime, dont il loue la beauté et l'intelligence.

Charles François Paul Le Normant de Tournehem insiste auprès de son frère pour conclure ce mariage, la meilleure manière de lui léguer ses nom et fortune.

Charles-Guillaume Le Normant d'Étiolles épouse le 9 mars 1741 Jeanne-Antoinette Poisson. Leurs enfants sont :

Son jeune époux devient rapidement fou d'elle et elle participe aux cercles mondains de Paris.

Étiolles est un village de l'actuel département de l'Essonne, à . kilomètres de Corbeil-Essonnes, situé sur un ruisseau entre la Seine et la forêt de Sénart. Il compte 2 châteaux, appartenant tous deux à Charles François Paul Le Normant de Tournehem.

Charles François Paul Le Normant de Tournehem installe le jeune couple dans le château qu'il n'occupe pas lui-même, et donne la seigneurie d'Étiolles à Charles-Guillaume Le Normant d'Étiolles, son neveu.

Il le prend aussi comme assistant dans ses affaires, afin de le préparer à prendre un jour sa succession.

Jeanne-Antoinette Poisson y fait construire un petit théâtre et donne des représentations intimes.



Naissance de Jeanne Alexandrine le Normant d'Étiolles

Jeanne Alexandrine le Normant d'Étiolles naît le 10 août 1744, fille de Charles-Guillaume Le Normant d'Étiolles et de Jeanne Antoinette Poisson.



Séparation de Charles-Guillaume Le Normant d'Étiolles et de Jeanne-Antoinette Poisson

Au bout d'un an et demi, on rappelle Charles-Guillaume Le Normant d'Étiolles pour obtenir son accord à la séparation de corps demandée par sa femme.

Jeanne-Antoinette Poisson obtient de Charles-Guillaume Le Normant d'Étiolles, son mari, une séparation légale.

Jeanne-Antoinette Poisson obtient la garde de Jeanne Alexandrine Le Normant d'Étiolles, sa fille et l'élève telle une princesse royale

Charles-Guillaume Le Normant d'Étiolles se réinstalle à Paris, chez Charles François Paul Le Normant de Tournehem, son oncle, et s'efforce de rattraper les années perdues en menant joyeuse vie avec Abel Poisson, son beau-frère, devenu marquis de Marigny.

Tous deux fréquentent les coulisses de l'Opéra et certains cercles licencieux, comme celui de la Vestris, danseuse et courtisane, dont Charles-Guillaume Le Normant d'Étiolles est l'amant.

Jamais Charles-Guillaume Le Normant d'Étiolles ne pardonnera la trahison de sa femme.



Projet de mariage de Louis Antoine Sophie de Vignerot du Plessis avec Jeanne Alexandrine Le Normant d'Étiolles

Brillant courtisan, Louis François Armand de Vignerot du Plessis exerce une grande influence sur Louis XV.

Jeanne Antoinette Poisson souhaite faire épouser Jeanne Alexandrine Le Normant d'Étiolles, sa fille, par Louis Antoine Sophie de Vignerot du Plessis, fils de Louis François Armand de Vignerot du Plessis.

Ce dernier esquive la demande en prétendant que la mère de son fils étant princesse de Lorraine, on doit obtenir l'accord du chef de cette famille, François III Étienne de Lorraine.

Jeanne Antoinette Poisson ne pousse pas plus loin ses revendications mais, offensée par ce refus, elle éloigne Louis François Armand de Vignerot du Plessis du Roi sans parvenir pour autant à le priver de tout crédit.


Jeanne Alexandrine le Normant d'Étiolles

Mort de Jeanne Alexandrine le Normant d'Étiolles

Jeanne Alexandrine le Normant d'Étiolles meurt au Monastère de l'Assomption à Paris où elle est éduquée le 15 juin 1754 d'une péritonite aiguë.

Jeanne Antoinette Poisson, sa mère, est retenue à Versailles.

Lorsque la nouvelle lui parvient, Louis XV dépêche en urgence 2 de ses médecins personnels au chevet de l'enfant mais ils arrivent trop tard.

Jeanne Antoinette Poisson, profondément affectée, ne se remettra jamais vraiment de ce drame.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !