Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



23 événements affichés, le premier en -327 - le dernier en 1479


Alexandre le Grand et Roxane - Pietro Antonio Rotari - 1756

Mariage d'Alexandre le Grand avec Roxanne

Roxane est capturée en 327 avant Jésus-Christ par les troupes d'Alexandre le grand au cours de sa conquête de la Sogdiane.

Alexandre le Grand adopte les mœurs orientales.

Alexandre le Grand épouse Roxane selon le rite perse. Leur enfant est :


L'Empire d'Alexandre le Grand

Mort d'Alexandre le Grand

Philippe III Arrhidée Roi de Macédoine

Alexandre IV de Macédoine Roi de Macédoine

Perdiccas Régent de l'empire d'Alexandre le Grand

Antigone le Borgne Satrape de la Grande-Phrygie, de la Lycie et de la Pamphylie

Cratère tuteur des rois

Eumène de Cardia Satrape de Cappadoce

Alexandre le Grand passe près d'un an à organiser ses possessions et à achever une étude du golfe Persique en préparation à de futures conquêtes.

Pour unifier ses conquêtes, Alexandre le Grand fonde un grand nombre de cités, beaucoup du nom d'Alexandrie.

Bien situées, correctement pavées et approvisionnées en eau potable, ces cités sont autonomes mais sujettes aux édits du roi.

Alexandre le Grand étend très loin l'influence de la civilisation grecque et prépare la voie aux conquêtes de l'empire romain.

Alexandre le Grand arrive à Babylone au printemps de 323 avant Jésus-Christ.

En mai 323 avant Jésus-Christ, le banquet dionysiaque fatal à Alexandre le Grand réunit les Compagnons les plus proches du roi, parmi lesquels figurent Eumène de Cardia.

Alexandre le Grand contracte une fièvre maligne qui l'emporte en une dizaine de jour le 13 juin 323 avant Jésus Christ. D'après les symptômes décrits par les témoins, on pense qu'il est mort :

l'hypothèse de l'empoisonnement est écarté vu le temps qu'il met à mourir.

La mort d'Alexandre le Grand apparaît être une bonne nouvelle pour Antipater.

La coïncidence entre l'arrivée de Cassandre de Macédoine et d'Iolas et la mort brutale du roi alimente rapidement les suspicions. Iolas est l'échanson d'Alexandre le Grand, c'est à dire l'officier chargé de servir à boire au roi, ce qui lui donne nombre d'opportunités d'empoisonner le roi.



Partage de Babylone

Perdiccas Régent

Antipater Stratège d'Europe

Cratère protecteur des rois

Satrape de la Grande-Phrygie, de la Lycie et de la Pamphylie,

Eumène de Cardia Satrape de Cappadoce

Ptolémée Ier Sôter Satrape d'Égypte

Lysimaque Satrape de Thrace

Lors du conseil de Babylone, Ptolémée Ier Sôter propose que l'on conduise les délibérations autour du trône et des attributs d'Alexandre le Grand.

Afin de conserver l'intégrité de l'empire d'Alexandre le Grand, à Babylone, les généraux d'Alexandre le Grand et la phalange arrive à compromis qui prévoit que Alexandre IV de Macédoine, encore in utero, devient roi conjointement avec son oncle Philippe III Arrhidée.

Un triumvirat est formé d'Antipater, de Perdiccas et de Cratère.

La légende suivant laquelle Alexandre le Grand aurait donné l'anneau royal à Perdiccas sur son lit de mort lui sert de légitimation royale selon certaines sources.

Perdiccas conserve, en tant que chiliarque (régent), l'exercice de l'autorité centrale au nom de Philippe III Arrhidée, déficient mental et incapable de gouverner.

Perdiccas s'oppose rapidement aux divers satrapes, méfiants envers son autoritarisme et désireux eux-mêmes d'accroître leur pouvoir.

Antipater est confirmé dans ses fonctions de stratège d'Europe.

Cratère est en Cilicie, sur le chemin de la Macédoine avec les vétérans, lors de la mort d'Alexandre le Grand.

Malgré son absence, le prestige de Cratère est tel qu'il obtient la charge de protecteur ou tuteur (prostatès) des rois Philippe III Arrhidée et le futur Alexandre IV.

Antigone le Borgne, lui aussi absent au moment du partage, obtient, en plus de la Grande-Phrygie, la Lycie et la Pamphylie, ce qui lui offre une vaste façade maritime.

La satrapie de Cappadoce est donnée à Eumène de Cardia.

Ptolémée Ier Sôter reçoit la riche satrapie d'Égypte.

Dès 323 avant Jésus-Christ, Ptolémée Ier Sôter s'empare au mépris des accords de Babylone de la Cyrénaïque.

Archon reçoit la satrapie de Babylonie.

Séleucos Ier Nicator est nommé hipparque de la cavalerie, commandement prestigieux qu'ont exercé avant lui Héphaistion et Perdiccas. Il passe, ainsi, à côté de la répartition des diverses satrapies.

Membre de l'entourage de Perdiccas dont Séleucos Ier Nicator commande la cavalerie.

Lysimaque reçoit la Thrace, dont la Chersonèse qui offre une position stratégique sur l'Hellespont.



Naissance d'Alexandre IV de Macédoine

Mort de Stateira

Peu après la mort d'Alexandre le Grand, Alexandre Aigos ou Alexandre IV de Macédoine naît en 323 avant Jésus-Christ, fils posthume d'Alexandre le Grand et de Roxane.

En 323 avant Jésus-Christ, de concert avec Perdiccas, Roxane fait mourir Stateira, fille de Darius III Codoman et seconde épouse d'Alexandre le Grand, qui fait obstacle à son ambition.

Roxane fait alors reconnaître Alexandre Aigos, son propre fils, pour héritier du trône sous le nom d'Alexandre IV de Macédoine.



Mariage de Perdiccas avec Cléopâtre

Olympias d'Épire veut porter tort à Antipater et cherche à se débarrasser de Philippe III Arrhidée.

Pour cela, elle recherche l'alliance de Perdiccas. Olympias d'Épire lui propose d'épouser Cléopâtre de Macédoine, sa fille, la sœur d'Alexandre le Grand, veuve d'Alexandre d'Épire, et de ramener en Macédoine la dépouille d'Alexandre.

Perdiccas finit donc par renoncer à Nikaia et épouse au début de 321 avant Jésus-Christ Cléopâtre. Elle fait de lui l'oncle du jeune Alexandre IV.



Mort de Cynane

Mariage de Philippe III Arrhidée avec Eurydice

Perdiccas ordonne à son frère Alcetas de tuer Cynane, une fille de Philippe II de Macédoine.

L'armée macédonienne, scandalisée par cet assassinat se mutine et oblige Perdiccas à accepter le mariage de la fille de Cynane, Eurydice.

Philippe III Arrhidée épouse en 321 avant Jésus-Christ Eurydice âgée seulement de 15 ans.

C'est probablement la même assemblée en armes qui renomme Adea du nom de la mère de Philippe II, Eurydice.

Eurydice semble en avoir appelé à l'assemblée des Macédoniens pour être considérée comme la porte-parole de son mari, et donc la représentante du roi, en lieu et place des Diadoques. Eurydice joue dès lors, malgré sa jeunesse, un rôle important dans la guerre civile qui secoue la Macédoine.

Philippe III Arrhidée dédie en son nom et celui Alexandre IV un petit monument hexastyle près de l'entrée du sanctuaire des Grands Dieux de Samothrace.

Ce mariage provoque la colère d'Olympias d'Épire et de Cléopâtre de Macédoine qui y voient une menace.



Conseil de Triparadisos

Antipater protecteur des rois

Antigone le Borgne Stratège d'Asie

Cassandre de Macédoine Chiliarque de la cavalerie

Mariage de Démétrios Ier Poliorcète avec Phila

La mort de Perdiccas sonne le glas de l'unité impériale et entraîne un nouveau partage de l'empire.

Le conseil de Triparadisos a lieu en Syrie. Antipater est présent pour la première fois en Asie.

Ptolémée Ier Sôter refuse intelligemment la régence de l'empire.

Le titre d'épimélète (protecteur) des rois est d'abord prévu pour échoir à Antigone le Borgne.

Antipater subit à Triparadisos une mutinerie fomentée par Eurydice. L'armée réclame en effet auprès d'Antipater les gratifications promises par Alexandre le Grand. Eurydice accuse Antipater en public mais l'intervention des troupes d'Antigone le Borgne permet au régent de reprendre le contrôle de la situation.

Le pouvoir d'Antipater à la tête de la régence de Macédoine est renforcé. Il reçoit les pleins pouvoirs avec ce titre d'épimélète des rois.

En plus d'un maintien dans ses satrapies, Antipater confie à Antigone le Borgne le poste de stratège d'Asie alors que Cassandre de Macédoine lui est adjoint comme second et nommé chiliarque de la cavalerie.

Antigone le Borgne se voit confier le commandement de la guerre contre Eumène de Cardia avec mission de le tuer.

Cassandre de Macédoine, qui n'accepte pas d'être ainsi placé au second rang, entre en conflit avec Antigone le Borgne.

Succédant à Archon, Séleucos Ier Nicator reçoit la satrapie de Babylonie.

Les grands satrapes n'ont plus à rendre de compte à une autorité centrale.

Antipater se laisse convaincre par Cassandre de Macédoine, son fils, de revenir en Macédoine accompagné d'Alexandre IV plutôt que de le laisser sous la tutelle d'Antigone, marquant ainsi sa défiance envers se dernier. Pour compenser cette défiance, Antipater marie sa fille au fils d'Antigone.

Phila est veuve de Cratère.

Démétrios Ier Poliorcète, fils d'Antigone le Borgne, épouse Phila, fille d'Antipater. Leurs enfants sont :

Cette union, qui durera 33 ans, ne sera guère heureuse car Démétrios Ier Poliorcète s'entoure rapidement de nombreuses maîtresses. Phila ne semble guère avoir joué un rôle politique.

La décision de ramener les rois en Macédoine est lourde de conséquences. Ils quittent le centre de l'empire et commencent à être marginalisés. L'Asie est désormais livrée aux ambitions d'Antigone le Borgne.



Élection de Démétrios de Phalère comme Archonte décennal

Cassandre de Macédoine Régent de Macédoine

Bataille d'Euia

Mort de Philippe III Arrhidée

Mort d'Eurydice

Mort de Nicanor

En 317 avant Jésus-Christ, Cassandre de Macédoine bénéficie de l'élection de Démétrios de Phalère comme Archonte décennal. Celui-ci choisit d'instaurer une oligarchie modérée à Athènes et accepte de s'allier à Cassandre de Macédoine.

S'il n'a pas le contrôle à proprement parler d'Athènes, Cassandre de Macédoine n'en a pas moins gagné l'alliance que convoite Polyperchon pour cette cité.

En 317 avant Jésus-Christ, Eurydice profite de l'absence de Polyperchon à la lutte avec Cassandre de Macédoine pour s'entendre avec le parti de ce dernier, et prendre le pouvoir en Macédoine.

Bénéficiant d'une grande popularité, Cassandre de Macédoine rentre en Macédoine et obtient facilement les faveurs d'Eurydice, la reine de Macédoine, en attendant la majorité du jeune Alexandre IV.

Cassandre de Macédoine se fait rapidement proclamer Régent, alors que Polyperchon est déchu de ce titre.

Cassandre de Macédoine marche donc contre Polyperchon.

Eurydice, au nom de Philippe III Arrhidée, ordonne à Polyperchon et Antigone le Borgne de remettre leurs armées à Cassandre de Macédoine.

Polyperchon appelle à l'aide Olympias d'Épire qui, alors en Épire avec Alexandre IV de Macédoine, mobilise une armée et marche sur la Macédoine.

Profitant de l'absence de Cassandre de Macédoine en Macédoine, Olympias d'Épire rencontre les forces de Philippe III Arrhidée et d'Eurydice à Euia, sur la frontière entre la Macédoine et la Thessalie.

Sans qu'il n'y ait de réels combats, le prestige de la vieille Reine-mère l'emporte. Les soldats de Philippe III le désertent, et il est fait prisonnier. Eurydice est bientôt elle aussi arrêtée alors qu'elle fuit vers Amphipolis.

En septembre 317 avant Jésus-Christ, Olympias d'Épire, au nom d'Alexandre IV de Macédoine, fait exécuter Philippe III Arrhidée et contraint Eurydice, sa femme, au suicide.

Olympias d'Épire fait également exécuter 100 de leurs partisans, dont Nicanor, le frère de Cassandre de Macédoine.

Cassandre de Macédoine apprend la nouvelle alors qu'il combat à Tégée.

Ses officiers poursuivent les combats contre Polyperchon.

Cassandre de Macédoine fait assiéger Pydna, où Olympias d'Épire, Alexandre IV et Roxane se sont réfugiés.



Prise de Pydna

Mort d'Olympias d'Épire

Roxane Prisonnière

Mariage de Cassandre de Macédoine avec Thessalonique

Cassandre de Macédoine craint l'influence encore forte d'Olympias d'Épire, notamment face aux soldats macédoniens.

Pydna est prise. Contraint de se rendre contre la promesse d'une vie sauve, Olympias d'Épire est livrée par Cassandre de Macédoine aux parents de ses victimes.

Olympias d'Épire meurt en 316 avant Jésus-Christ, exécutée après un simulacre de jugement.

Cassandre de Macédoine s'empare d'Alexandre IV et de sa mère, Roxane qu'il fait enfermer à Amphipolis.

Cassandre de Macédoine épouse Thessaloniké ou Thessalonique. Leurs enfants sont :

Cassandre de Macédoine entre par ce mariage dans la dynastie d'Alexandre le Grand.



Siège de Tyr

Proclamation de Tyr

Antigone le Borgne Régent auto proclamé de Macédoine

Combats en Grèce

Mort d'Alexandros

En 315 avant Jésus-Christ, Lysimaque se joint la coalition contre Antigone le Borgne.

En 315 avant Jésus-Christ, les coalisés adressent à Antigone le Borgne un ultimatum lui enjoignant :

Antigone le Borgne envahit alors la Syrie, qui dépend de Ptolémée Ier Sôter, et assiège Tyr pendant plus d'un an.

Antigone le Borgne établit la proclamation de Tyr en 315 avant Jésus-Christ.

Afin d'affaiblir la position de Cassandre de Macédoine en Grèce et de Lysimaque en Thrace et dans l'Hellespont, Antigone le Borgne y annonce sa volonté de rendre leur autonomie aux cités grecques.

Antigone le Borgne dénonce les méthodes de Cassandre de Macédoine qui s'appuie sur les oligarques, alors que ce type de pouvoir est de moins en moins répandu dans les cités grecques. Antigone espère ainsi voir les cités grecques se rebeller contre Cassandre de Macédoine.

Il y accuse Cassandre de Macédoine :

Antigone profite de cette proclamation pour s'auto proclamer régent.

Cassandre de Macédoine n'est pourtant pas militairement le plus dangereux de ses adversaires, mais il est le maître de Macédoine et peut donc bénéficier d'un recrutement militaire important.

Ptolémée Ier Sôter, qui pourtant est un allié de Cassandre de Macédoine, suit les pas d'Antigone et lance à son tour une proclamation en faveur de l'autonomie des cités.

Cette prise de position peut sembler étonnante, mais Ptolémée Ier Sôter se méfie également de Cassandre de Macédoine qui dans le cas où la coalition contre Antigone arriverait à son terme, gagnerait en puissance et deviendrait à son tour un adversaire redoutable.

Les combats commencent en Grèce en 315 avant Jésus-Christ.

Antigone le Borgne, qui a le soutien de Polyperchon ainsi que des Etoliens, engage le combat contre Cassandre de Macédoine.

Cassandre de Macédoine engage le combat contre Polyperchon et son fils, Alexandros, dans le Péloponnèse.

Alexandros est rapidement massacré par les démocrates de Sicyone. Polyperchon, affaibli, choisit de se rallier à la cause de Cassandre de Macédoine.



Paix entre tous les diadoques

Ptolémée Ier Sôter se replier en Égypte en 311 avant Jésus-Christ.

Un traité de paix est signé en 311 avant Jésus-Christ entre tous les diadoques, épuisés par 4 ans de guerres qui viennent de s'écouler.

Le traité établit que chacun d'entre eux garde ses possessions.

On accorde aux Grecs leur liberté sous l'impulsion Antigone le Borgne qui se fait passer pour le garant de la paix.

Les cités grecques voient en Antigone le Borgne un bienfaiteur.

Le traité laisse à Antigone le Borgne, stratège d'Asie, le gouvernement de l'Asie Mineure et de la Syrie

Cassandre de Macédoine est stratège d'Europe. Il en garde la tutelle (épimélète) du roi Alexandre IV jusqu'à sa majorité.

Mais cette trêve entre les diadoques est rapidement rompue.

Ptolémée Ier Sôter affiche ses ambitions en mer Égée, alors sous la domination d'Antigone le Borgne, et en Grèce continentale, bien qu'il renonce à prendre la Macédoine à Cassandre de Macédoine avec qui il s'allie.



Mort d'Alexandre IV de Macédoine

Mort de Roxane

Mort d'Héraclès

Après la paix entre les diadoques, Cassandre de Macédoine a intérêt à faire disparaître le plus rapidement possible Alexandre IV qui est une menace forte pour l'ensemble des diadoques.

Cassandre de Macédoine n'attend qu'une année et fait mettre à mort Roxane et Alexandre IV de Macédoine en 310 avant Jésus-Christ sur ordre de Cassandre de Macédoine.

Il est possible que la tombe dite du Prince, à Vergina soit la sienne : les ossements qui y ont été retrouvés correspondraient à ceux d'un jeune garçon de 13-14 ans, l'âge d'Alexandre IV à sa mort, et la datation du monument funéraire s'accorderait avec la date de sa mort.

La tombe est ornée d'une fresque représentant une course de chars, dont un des protagonistes pourrait être le jeune prince.

Parallèlement, Polyperchon entre de nouveau en conflit contre Cassandre de Macédoine. Il prend sous sa protection le jeune Héraclès, le second fils d'Alexandre le Grand.

Cassandre de Macédoine ne fait pas le poids face à l'armée de 20 000 hommes levée par Polyperchon, aussi plutôt que de s'engager dans un combat perdu d'avance, Cassandre de Macédoine propose à Polyperchon un partage de la Grèce.



Naissance d'Alexandre IV

Rinaldo Conti, futur Alexandre IV, naît vers 1199 de la famille des comtes de Segni, comme Innocent III et Grégoire IX.



Alexandre IV Cardinal

Grégoire IX, son oncle, fait Alexandre IV cardinal en 1227.



Alexandre IV Cardinal évêque d'Ostie

Grégoire IX fait Alexandre IV cardinal évêque d'Ostie en 1231.


Alexandre IV Pape Alexandre IV Pape

Bataille de Foggia

Mort d'Innocent IV Pape

Alexandre IV Pape

Sur son lit de mort à Naples, le pape entend la nouvelle de la victoire de Manfred Ier de Hohenstaufen à Foggia.

Innocent IV meurt le 7 décembre 1254.

Son érudition en droit canonique a laissé un Apparatus in quinque libros decretalium.

Il a la réputation d'un homme savant et intelligent, mais avare, mesquin, couard et vindicatif.

Rinaldo Conti est élu pape à Naples le 12 décembre 1254 sous le nom de Alexandre IV.

Il est décrit comme un homme ferme, accueillant et bon mais sans être particulièrement brillant.



Alexandre IV Gardien de Conradin de Hohenstaufen

Alexandre IV succède à Innocent IV en tant que garde de Conradin de Hohenstaufen, le dernier descendant des Hohenstaufen, lui promettant sa protection bienveillante.

Mais Alexandre IV conspire aussitôt contre lui et s'oppose à son oncle Manfred Ier de Hohenstaufen.

Alexandre IV menace en vain Manfred Ier de Hohenstaufen d'excommunication et d'interdit.

Alexandre IV ne réussit pas non plus à entraîner les rois d'Angleterre et de Norvège dans une croisade contre la dynastie des Hohenstaufen.



Croisade contre Ezzelino III da Romano

La fiscalité imposée par la seigneurie d'Ezzelino III da Romano finit par devenir trop lourde à supporter.

Ezzelino III da Romano perd ainsi ses soutiens parmi les commerçants dont l'activité ralentit.

Ezzelino III da Romano renforce sa politique répressive pour tenter de se maintenir au pouvoir.

Le pape Alexandre IV prêche en 1256 contre Ezzelino III da Romano une véritable croisade :

Azzo VII d'Este lui enlève Padoue, Este et d'autres petites cités.



Reconnaissance de l'origine divine du trône de Navarre

Thibault V de Champagne n'accepte pas de se soumettre aux Fueros et obtient du Pape Alexandre IV, en 1257 et 1259 l'introduction des rites français de l'onction et du couronnement qui signifient que le Roi de Navarre tire le pouvoir royal de l'origine divine.

Il affirme ainsi sa supériorité sur les nobles qui prétendent le limiter en conditionnant la reconnaissance du souverain par ses sujets au serment de respecter les Fueros : leurs franchises et leurs coutumes.

Le Roi est désormais couronné dans la cathédrale de Pampelune où l'évêque procède à la cérémonie de l'onction sacrée avec une huile bénite sur 7 endroits du corps puis remet au nouveau souverain la couronne, le sceptre, la main de justice et l'épée.

Le roi de Navarre est ainsi le seul roi couronné de la Péninsule ibérique.

Face à son suzerain le roi de France, le Comte de Champagne gagne en prestige et en renommée et peut se présenter comme la personne la plus importante en France après le Roi.



Condamnation de la Révolte de Besançon par le Pape

En 1259, le Pape Alexandre IV condamne la Révolte de Besançon et demande l'intervention de Saint-Louis, Roi de France, et d'Hugues IV de Bourgogne.



Constitution Chypriote

Hugues de Fagiano, archevêque latin de Nicosie, refuse de voir l'archevêque grec comme son égal, mais le voit comme son subalterne.

Ce litige n'occasionne pas de combats mais le vie chypriote en est agitée, jusqu'à la bulle pontificale, dite Constitution Chypriote, rendue par le pape Alexandre IV le 3 juillet 1260.

Cette constitution du clergé grec institue 4 diocèses dans l'île ayant les mêmes limites que les diocèses latins et déclare que chaque évêque grec est subordonné à son homologue latin.

L'archidiocèse grec est supprimé, mais Germain, l'archevêque grec, en conserve la dignité durant toute sa vie.

C'est un progrès pour l'église latine et un recule pour la grecque, mais Hugues de Fagiano déclare ne pas disposer de pouvoirs suffisants pour exercer son ministère, renonce à sa dignité et se retire en Toscane.


Urbain IV Pape Urbain IV Pape

Mort d'Alexandre IV pape

Urbain IV Pape

Rome devenant trop proche du parti Gibelin, le pape se rabat à Viterbe.

Alexandre IV meurt le 25 mai 1261.

Son pontificat est marqué par :

Jacques Pantaléon est élu pape le 29 août 1261 sous le nom d'Urbain IV.

Il est le premier pape français depuis Sylvestre II et Urbain II.

Empêché de gagner Rome par les gibelins de Manfred Ier de Hohenstaufen, Urbain IV prend délibérément le parti guelfe et offre la Couronne de Sicile à Saint-Louis, qui refuse.



Mort de John Stuart

Alexandre Stuart Roi d'Écosse

Prise de Berwick

Dans les années 1470, Alexandre Stuart et John Stuart, frères de Jacques III d'Écosse, s'agitent et regroupent les mécontents contre les nouveaux favoris Robert Cochrane et William Schevez.

John Stuart, comte de Mar, frère de Jacques III d'Écosse, est jeté en prison.

John Stuart meurt en 1479 assassiné sur les ordres de Jacques III d'Écosse.

En 1479, Alexandre Stuart se brouille avec Jacques III d'Écosse, son frère, qui le soupçonne de vouloir s'emparer du trône.

Alexandre Stuart prend la fuite et se réfugie en Angleterre où il est accueilli par Édouard IV d'York.

Alexandre Stuart promet de reconnaître Édouard IV d'York comme suzerain et s'auto proclame roi d'Écosse sous le nom d'Alexandre IV d'Écosse.

Édouard IV d'York proclame Alexandre Stuart Roi d'Écosse par la grâce du roi d'Angleterre.

La paix qui règne entre les deux pays est rompue et une expédition de soutien à Alexandre Stuart menée par Richard de Gloucester s'empare, ville frontière très disputée entre les deux États, et qui restera définitivement anglaise.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !