Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



20 événements affichés, le premier en 1573 - le dernier en 1906



Mariage d'Albert Frédéric de Prusse avec Marie-Éléonore de Clèves

Albert Frédéric de Prusse épouse à Königsberg le 14 octobre 1573 Marie-Éléonore de Clèves, fille de Guillaume de Clèves et de Marie de Habsbourg.

Leurs enfants sont :



Mariage de Guillaume Ier des Pays-Bas avec Frederika Louise Wilhelmine de Prusse

Guillaume Ier des Pays-Bas épouse en 1791 Frederika Louise Wilhelmine de Prusse (1774-1837), fille de Frédéric-Guillaume II de Prusse et de Frédérique de Hesse-Darmstadt. Leurs enfants sont :


Frédéric-Guillaume III de Prusse et Louise de Mecklembourg-Strelitz - 1799

Mariage de Frédéric-Guillaume III de Prusse avec Louise de Mecklembourg-Strelitz

Frédéric-Guillaume III de Prusse épouse en 1793 Louise de Mecklembourg-Strelitz, fille de Charles II de Mecklembourg-Strelitz et de Friederike de Hesse-Darmstadt. Leurs enfants sont :



Naissance de Frédéric Henri Albert de Prusse

Frédéric Henri Albert de Prusse naît à Königsberg le 4 octobre 1809, fils de Frédéric-Guillaume III de Prusse et de Louise de Mecklembourg-Strelitz.



Frédéric Henri Albert de Prusse Sous-lieutenant de l'armée du royaume de Prusse

En 1819, Frédéric Henri Albert de Prusse est sous-lieutenant de l'armée du royaume de Prusse.


Alexandrine de Prusse

Mariage de Paul-Frédéric de Mecklembourg-Schwerin avec Alexandrine de Prusse

Paul-Frédéric de Mecklembourg-Schwerin épouse à Berlin le 25 mai 1822 Alexandrine de Prusse. Leurs enfants sont :



Mariage de Frédéric Henri Albert de Prusse avec Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau

Frédéric Henri Albert de Prusse épouse le 14 septembre 1830 Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau, sa cousine, fille de Guillaume Ier des Pays-Bas et de Wilhelmine de Prusse (1774-1837). Leurs enfants sont :

Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau tient de sa mère le château de Kamenz.

Elle le fait restaurer par Karl Friedrich Schinkel.

Ses enfants naissent dans ce château.



Naissance de Frédérique-Charlotte de Prusse

Frédérique-Charlotte de Prusse naît en 1831, fille de Frédéric Henri Albert de Prusse et de Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau.



Naissance d'Albert de Prusse

Albert de Prusse naît en 1837, fils de Frédéric Henri Albert de Prusse et de Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau.



Naissance d'Alexandrine de Prusse

Alexandrine de Prusse naît en 1842, fille de Frédéric Henri Albert de Prusse et de Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau.


Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau à l'âge de 30 ans - une femme bafouée (Koelman,1840) Johannes van Rossum

Liaison de Joachim van Rossum avec Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau

Très pieuse et charitable, Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau n'use pas moins à la cour de Berlin d'une très grande liberté de parole et d'action.

Cela lui aliène rapidement :

Après avoir donné le jour à 5 enfants, lasse des infidélités de Frédéric Henri Albert de Prusse et de ses manières curiales, défiant les convenances, Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau s'éprend de Johannes van Rossum (né vers 1809), son cocher, et s'enfuit avec lui en mars 1845. Leur enfant est :

Ils voyagent autour de la Méditerranée et se marie peu de temps après en Italie,

Frédéric-Guillaume IV de Prusse refuse à Frédéric Henri Albert de Prusse et à Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau l'autorisation de divorcer.



Divorce de Frédéric Henri Albert de Prusse et de Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau

L'infidèle Frédéric Henri Albert de Prusse, après en avoir reçu l'autorisation, demande le divorce.

Frédéric Henri Albert de Prusse et Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau divorcent en 1849.

Suivant les mœurs du temps, c'est à Marianne qu'est attribué l'échec du mariage.

Les enfants du couple : Frédérique-Charlotte de Prusse, Albert de Prusse et Alexandrine de Prusse sont confiés à leur père.

Sophie des Pays-Bas, sa nièce, pourtant connue pour son intelligence et son ouverture d'esprit la prétend moralement indigne.

Élisabeth Louise de Bavière, leur tante, qui, n'ayant pas d'enfant, se charge de leur éducation.

Les contacts de Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau avec ses enfants seront réduits mais ceux-ci resteront attachés à leur mère.



Mariage de Georges II de Saxe-Meiningen avec Frédérique-Charlotte de Prusse

Georges II de Saxe-Meiningen épouse en 1850 Frédérique-Charlotte de Prusse, fille de Frédéric Henri Albert de Prusse et de Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau. Leurs enfants sont :

Frédérique-Charlotte de Prusse est musicienne accomplie.

C'est un véritable mariage d'inclination.

Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau offre à Frédérique-Charlotte de Prusse une villa sur les bords du lac de Côme vite renommée Villa Carlotta.



Frédéric Henri Albert de Prusse Général de cavalerie

Frédéric Henri Albert de Prusse est nommé Général de cavalerie en 1852.


Château d'Albrechtsberg

Mariage de Frédéric Henri Albert de Prusse avec Rosalie von Rauch

Frédéric Henri Albert de Prusse épouse morganatiquement en 1853 Rosalie von Rauch, ancienne dame d'honneur de Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau. Leurs enfants sont :

Frédéric Henri Albert de Prusse est à son tour exclu de la Cour et vit dans son château d'Albrechtsberg à Dresde.



Frédéric Henri Albert de Prusse Inspecteur du troisième corps d'armée

Frédéric Henri Albert de Prusse est nommé inspecteur du troisième corps d'armée en 1865.


Bataille de Sadowa - huile sur toile de Georg Bleibtreu -1869 Carte de la bataille de Sadowa

Bataille de Münchengrätz

Bataille de Sadowa

Le plan de bataille de Helmuth Karl Bernhard von Moltke, général en chef, se fonde sur le principe simple, quoique difficile à mettre en œuvre :

Marcher séparément, frapper ensemble - Getrennt marschieren, vereint schlagen.

3 armées sont mises en marche par le haut-commandement prussien à la fin de juin 1866 :

Par un large mouvement d'encerclement, elles doivent anéantir l'armée autrichienne du maréchal Ludwig von Benedek.

Si ce plan fonctionne, c'est sans doute également grâce à l'absence de cohésion au sein de la coalition dirigée par l'Autriche.

Ludwig von Benedek dispose lui aussi de 3 armées, mais dont 2 ne lui obéissent que très théoriquement et assuraient la défense de Francfort et de Munich.

Ludwig von Benedek est donc isolé sur l'aile droite du front puisqu'il se trouve en Bohème.

Entre le 26 juin 1866 et le 3 juillet 1866, quelques accrochages ont lieu dans les régions montagneuses autour de Prague : Trautenau, Nachid et Skalitz, combats le plus souvent remportés par les armées prussiennes.

Le 28 juin 1866, la bataille de Münchengrätz oppose :

Cette victoire prussienne sanglante apporte la maîtrise de toute la vallée de l'Iser à la Prusse.

Les Autrichiens et leurs alliés saxons doivent faire retraite et se replier à marches forcées depuis Dresde sur Jicín.

Le 2 juillet 1866 au soir Frédéric-Charles de Prusse décide de passer à l'offensive.

Mais, à la suite d'une coupure des lignes télégraphiques, 2 cavaliers chevauchent toute la nuit et Frédéric III de Prusse n'apprend cette décision que vers 4 h du matin.

Les armées ennemies se rencontrent le 3 juillet 1866 au petit jour.

La bataille de Sadowa ou bataille de Königgrätz a lieu sur un plateau entre l'Elbe et la Bistritz, non loin de la ville tchèque de Hradec Králové (en allemand Königgrätz).

Au départ, l'armée autrichienne n'a que la 1re armée prussienne et l'armée de l'Elbe face à elle : les unités de Frédéric III de Prusse sont encore en chemin.

La pression sur les troupes prussiennes en sous-nombre se fait, au fil des heures, de plus en plus forte.

La 7e division d'Infanterie prussienne du général-major Eduard von Fransecky, et en particulier le 2e régiment d'Infanterie magdebourgeois, attaque dans les bois de Swiep.

Ils se retrouvent face à deux corps d'armée autrichiens. Un carnage effroyable s'ensuivit.

Guillaume Ier de Prusse ordonne à la 1re armée (au centre) de marcher et de soutenir Fransecky.

Le village de Sadowa est pris mais les combats font toujours rage dans les bois.

L'artillerie autrichienne arrête les Prussiens vers 11 h du matin, la 1re armée prussienne qui s'est placée au départ à l'ouest de la rivière Bystrice ne pouvant que difficilement faire traverser son artillerie.

Sans en référer à l'état-major autrichien, le comte Festetics et ses troupes essaient alors de reprendre le bois.

Déjà, les généraux autrichiens se bercent de l'illusion d'une victoire facile, ce qui les conduit à ne pas finir le travail en ordonnant une charge de cavalerie au moment où la bataille peut être décidée en leur faveur.

Du côté prussien, les premiers signes de mauvaise humeur apparaissent contre le plan de Helmuth Karl Bernhard von Moltke. Guillaume Ier de Prusse lui-même et Otto von Bismarck, craignent une défaite.

À midi, Ludwig von Benedek ordonne l'utilisation des troupes de réserve, qui ne parviennent cependant pas à reconquérir la colline.

A environ 14 h 30 surgit à l'horizon, en haut d'une colline, le 1er régiment de Gardes, avant-garde des Corps de Gardes appartenant à la 2e Armée.

Frédéric III de Prusse est là, avec près de 100 000 hommes. Il attaque le flanc droit autrichien et prend aussitôt l'armée autrichienne en tenailles dans le bois de Swiep. Les divisions de l'Armée de l'Elbe n 14, 15 et 16 attaquent sur le flanc gauche.

Le 1er régiment de Gardes, surnommé par les contemporains 1er Régiment de la Chrétienté, prend Chlum, à l'est de Sadowa, derrière le centre autrichien.

Dans le même temps, l'armée de l'Elbe, prenait Probluz, enfonce le flanc gauche autrichien.

En peu de temps, les Autrichiens perdent près de 10 000 hommes.

Face à la menace d'un encerclement de l'ensemble de l'armée autrichienne, Ludwig von Benedek abandonne la partie et ordonne le retrait des troupes qui sont poursuivies par la cavalerie prussienne



Mort de Frédéric Henri Albert de Prusse

Frédéric Henri Albert de Prusse meurt à Berlin le 14 octobre 1872.

Il est inhumé dans le mausolée du parc de Charlottenbourg.



Mariage d'Albert de Prusse avec Marie de Saxe-Altenbourg

Albert de Prusse épouse le 19 avril 1873 Marie de Saxe-Altenbourg (1854-1898), fille d'Ernest Ier de Saxe-Altenbourg. Leurs enfants sont :

Pour l'occasion Wilhelmine Frédérique Louise Charlotte Marianne d'Orange-Nassau offre à Albert de Prusse, son fils, le Château de Kamenz.



Mort d'Albert de Prusse

Albert de Prusse meurt en 1906.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !