Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



13 événements affichés, le premier en 1733 - le dernier en 1794



Mariage de Jean-Aymard II de Nicolaï avec Madeleine-Charlotte de Vintimille

Jean-Aymard II de Nicolaï épouse le 16 mars 1733 Madeleine-Charlotte de Vintimille, fille de Gaspard Magdelon Hubert de Vintimille et de Marie Charlotte de Refuge. Leurs enfants sont :



Naissance d'Aimar-Charles-Marie de Nicolaï

Aymard ou Aimar-Charles-Marie de Nicolaï ou Nicolay naît à Paris le 14 août 1747, fils de Jean-Aymard II de Nicolaï (vers1706-1785) et de Madeleine-Charlotte de Vintimille (1715-1767).



Aimar-Charles-Marie de Nicolaï Premier président de la chambre des comptes

En 1768, Aimar-Charles-Marie de Nicolaï est reçu Premier président de la chambre des comptes.



Mariage d'Aimar-Charles-Marie de Nicolaï avec Philippine Léontine Potier de Novion

Aimar-Charles-Marie de Nicolaï épouse le 27 avril 1768 Philippine Léontine Potier de Novion. Leurs enfants sont :



Naissance d'Aymard Marie Pierre Léon de Nicolaï

Aymard Marie Pierre Léon de Nicolaï ou Nicolay naît en 1770, fils d'Aimar-Charles-Marie de Nicolaï et de Philippine Léontine Potier de Novion.



Naissance d'Aymard-François de Nicolaï

Aymard-François de Nicolaï ou Nicolay naît à Paris le 23 août 1777, fils d'Aimar-Charles-Marie de Nicolaï, Seigneur du marquisat de Bercy, et de Philippine Léontine Potier de Novion.



Naissance d'Aymard-Tanguy-Raymond de Nicolaï

Aymard Jean Tanneguy Raymond ou Aymard-Tanguy-Raymond de Nicolaï ou Nicolay naît en 1781, fils d'Aimar-Charles-Marie de Nicolaï et de Philippine Léontine Potier de Novion.



Naissance d'Aymard-Charles-Marie-Théodore de Nicolaï

Aymard-Charles-Marie-Théodore de Nicolaï ou Nicolay naît en 1782, fils d'Aimar-Charles-Marie de Nicolaï et de Philippine Léontine Potier de Novion.



Assemblée des notables à Versailles

Aimar-Charles-Marie de Nicolaï à l'assemblée des notables

Débat entre Charles-Alexandre de Calonne et Jacques Necker

Étienne-Charles de Loménie Contrôleur général des finances

Exil du Parlement de Paris à Troyes

Louis François Joseph de Bourbon-Conti est l'un des 7 princes du sang qui prennent part à l'Assemblée des notables convoquée à Versailles entre le 22 février et le 25 mai 1787.

Louis François Joseph de Bourbon-Conti n'y joue qu'un rôle relativement effacé, mais insiste sur le délabrement des finances du royaume. Ses interventions montrent qu'il pressent la gravité de la crise que traverse la monarchie.

Aimar-Charles-Marie de Nicolaï est appelé à siéger à l'assemblée des notables. Il s'y fait remarquer par son éloquence.

Devant l'Assemblée des notables, Charles-Alexandre de Calonne accuse Jacques Necker d'avoir trompé l'opinion en publiant de faux renseignements dans son Compte-rendu au Roi : selon lui les comptes de l'année 1781, loin de révéler un excédent, comme Jacques Necker l'avait affirmé, accusaient en réalité un déficit de 50 millions.

Jacques Necker réplique en contestant les chiffres de Charles-Alexandre de Calonne. Cette réponse lui vaut d'être exilé hors de Paris et est à l'origine d'un vif débat public entre les deux hommes.

En 1787, Étienne-Charles de Loménie est nommé président de l'Assemblée des notables, et c'est en cette qualité qu'il attaque la politique fiscale de Charles-Alexandre de Calonne.

Étienne-Charles de Loménie succède comme contrôleur général des finances, le 1er mai 1787, avec l'appui de la reine Marie-Antoinette.

Une fois au pouvoir, Étienne-Charles de Loménie réussit à faire enregistrer par le parlement de Paris des décrets établissant le libre-échange à l'intérieur du pays et prévoyant l'instauration d'assemblées provinciales ainsi que le rachat des corvées.

Lorsque les parlementaires refusent d'enregistrer les décrets qu'il propose d'appliquer au droit de timbre et au nouvel impôt foncier général, Étienne-Charles de Loménie persuade Louis XVI de tenir un lit de justice pour les y contraindre.

Le 18 août 1787, le Parlement de Paris est transféré de Paris à Troyes.

Les parlementaires ne sont rappelés à Paris qu'après avoir consenti à étendre l'impôt direct à toutes les formes de revenus.

Une nouvelle tentative visant à contraindre le parlement à enregistrer un décret autorisant un emprunt de 120 millions de livres rencontre une opposition déterminée.



Aimar-Charles-Marie de Nicolaï Membre de l'Académie française

Aimar-Charles-Marie de Nicolaï est un magistrat français, conseiller du roi en tous ses conseils, premier président de la Chambre des comptes, Chancelier et garde des sceaux de l'Ordre du Saint-Esprit.

Aimar-Charles-Marie de Nicolaï est élu membre de l'Académie française le 9 mars 1789. Il remplace le marquis de Chastellux et est reçu par Claude-Carloman de Rulhière.

Dans son discours de réception, il fait l'éloge de Louis XVI et suscite les murmures du public.



Élection d'Aimar-Charles-Marie de Nicolaï aux États généraux

Aimar-Charles-Marie de Nicolaï est élu aux États généraux par un des collèges électoraux de Paris, mais il refusera de siéger dans cette assemblée.


Louis XVI traversant les rangs des troupes défendant le palais des Tuileries avec Augustin-Joseph de Mailly avant les combats du 10 août 1792 - par Yan' Dargent

Suspension de Louis XVI

Emprisonnement de la famille royale

Le 9 août 1792, quand Augustin-Joseph de Mailly apprend les dangers qui environnent la famille royale, il se rend aux palais des Tuileries.

François-Athanase Charette de La Contrie revient en France pour défendre la famille royale aux Tuileries, le 10 août 1792.

Le 10 août 1792 le bataillon d'Henri Gatien Bertrand se porte aux Tuileries pour défendre la royauté constitutionnelle.

Augustin-Joseph de Mailly se voit confier par le roi le commandement des troupes devant défendre les Tuileries.

Louis-Marie-Jacques-Almeric de Narbonne-Lara, revenu à Paris, assiste au 10 août aux côtés de Louis XVI.

Le 10 août 1792, la foule envahit le palais des Tuileries. La défense est balayée, et Augustin-Joseph de Mailly échappe au massacre et reçoit de l'aide pour s'enfuir.

François-Athanase Charette de La Contrie échappe au massacre.

La prise des Tuileries choque particulièrement Charles-François Lebrun qui reste royaliste.

Marie-Louise de Savoie-Carignan suit la famille royale qui se réfugie à l'Assemblée législative.

Louis XVI est suspendu par l'Assemblée législative. La déchéance du roi est prononcée.

Louis XVI confie à Aimar-Charles-Marie de Nicolaï les sceaux de France, en lui demandant de les remettre plus tard au dauphin.

Louis XVI, Marie-Antoinette d'Autriche et Louis XVII sont emprisonné à la Prison du Temple. Marie-Louise de Savoie-Carignan fait partie du convoi.

Louis XVII est confié à la garde de son père qui poursuit son éducation.

Nicolas de Luckner perd toute sa popularité et est regardé comme suspect après le 10 août 1792.

Augustin-Joseph de Mailly est dénoncé puis arrêté peu de jours après sa fuite et conduit devant la section, qui veut l'envoyer à la prison de l'Abbaye. Son passé, son âge et ses idées généreuses du temps des Lumières, font qu'un commissaire réussit à s'y opposer. Augustin-Joseph de Mailly échappe donc de peu aux massacres de Septembre dans cette prison.

Augustin-Joseph de Mailly se réfugie avec sa famille dans leur château de Mareuil-Caubert, près d'Abbeville.

Sur le chemin du retour, François-Athanase Charette de La Contrie est arrêté à Angers et relâché grâce à l'intervention de Charles François du Perrier du Mouriez.



Mort d'Aymard Marie Pierre Léon de Nicolaï

Mort d'Aimar-Charles-Marie de Nicolaï Marquis de Goussainville, seigneur d'Osny, de Villebourg, de Courances

Aymard Marie Pierre Léon de Nicolaï meurt le 6 juillet 1794 sur l'échafaud, pour refus de serment à la République.

Aimar-Charles-Marie de Nicolaï, son père, est enfermé dès les premiers jours de la Terreur dans la prison du Luxembourg et est condamné à mort comme ennemi du peuple le 19 messidor AN II soit le 7 juillet 1794. Il meurt guillotiné le même jour.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !