Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



26 événements affichés, le premier en 1671 - le dernier en 1766



Mariage d'Anne Jules de Noailles avec Marie-Françoise de Bournonville

Anne Jules de Noailles épouse le 13 août 1671 Marie-Françoise de Bournonville, fille d'Ambroise de Bournonville, Duc de Bournonville. Leurs enfants sont :



Mariage de Charles d'Aubigné avec Geneviève Philippe Piètre

Charles d'Aubigné épouse en 1678 Geneviève Philippe Piètre (vers 1655-1728).

Leur enfant est :



Naissance d'Adrien Maurice de Noailles

Adrien Maurice de Noailles naît le 22 ou 29 septembre 1678, fils de d'Anne Jules de Noailles (1650–1708), 2e duc de Noailles, et de Françoise de Bournonville (1656-1748).


Françoise Charlotte Amable d'Aubigné vers 1694 avec sa tante Mme de Maintenon - par Louis Elle Ferdinand II (the elder) - 1688

Adrien Maurice de Noailles Gouverneur du Roussillon

Adrien Maurice de Noailles Gouverneur du Berry

Mariage d'Adrien Maurice de Noailles avec Françoise Charlotte Amable d'Aubigné

À la suite d'Anne Jules de Noailles, son père, Adrien Maurice de Noailles devient gouverneur du Roussillon le 6 mars 1698.

Parallèlement, Adrien Maurice de Noailles est gouverneur du Berry du 14 mars 1698 à 1715.

Louis XIV aurait souhaité marier Françoise Charlotte Amable d'Aubigné au prince de Marcillac, petit fils de Mr de la Rochefoucauld, mais Mme de Maintenon détestant la Rochefoucauld (ami de Mme de Montespan), propose Adrien Maurice de Noailles.

Adrien Maurice de Noailles épouse à Paris et à Versailles les 30 et 31 mars 1698 Françoise Charlotte Amable d'Aubigné. Leurs enfants sont :

Françoise Charlotte d'Aubigné est la nièce et l'héritière de Mme de Maintenon.

Louis Antoine de Noailles (1651-1729), Duc de Saint-Cloud est témoin.

Mme de Maintenon donne 600 000 livres de dot.

Louis XIV donne :

Anne Jules de Noailles donne 38 000 livres de rente au soleil, plus 30 000 livres de rente.

Le ménage ne sera pas très heureux.



Adrien Maurice de Noailles Brigadier

Adrien Maurice de Noailles Chevalier de la Toison d'or

Capitaine de la première compagnie des Gardes du corps, Adrien Maurice de Noailles est Brigadier le 17 janvier 1702.

Adrien Maurice de Noailles est chevalier de la Toison d'or en 1702.



Adrien Maurice de Noailles Maréchal de camp

Adrien Maurice de Noailles devient Maréchal de camp en 1704.



Adrien Maurice de Noailles Lieutenant général

Adrien Maurice de Noailles devient Lieutenant général en 1706.



Mort d'Anne Jules de Noailles

Adrien Maurice de Noailles Duc de Noailles

Anne Jules de Noailles meurt le 2 octobre 1708 au château de Versailles.

Adrien Maurice de Noailles, aîné de ses fils survivants, lui succède comme 3e Duc de Noailles.

Adrien Maurice de Noailles devient Marquis de Montclar, Comte de La Motte-Tilly et de Nogent-le-Roi, Vicomte de Carlux.



Adrien Maurice de Noailles Grand d'Espagne de 1re classe

En récompense de ses services durant la guerre de Succession d'Espagne, Adrien Maurice de Noailles est nommé Grand d'Espagne de 1re classe en 1711.



Naissance de Louis de Noailles

Louis de Noailles naît à Versailles le 21 avril 1713, fils d'Adrien Maurice de Noailles et de Françoise Charlotte Amable d'Aubigné.



Naissance de Philippe de Noailles

Philippe de Noailles naît à Paris le 27 décembre 1715, fils d'Adrien Maurice de Noailles et de Françoise Charlotte Amable d'Aubigné.

Philippe de Noailles est titré à sa naissance Comte de Noailles.



Adrien Maurice de Noailles Président du Conseil des finances

Adrien Maurice de Noailles est nommé Président du Conseil des finances le 15 septembre 1715.



Condamnation de Paul Poisson de Bourvallais

L'opulence de Paul Poisson de Bourvallais, ses palais dont son hôtel particulier place des victoires, ses 15 seigneuries, qui couvrent une partie de la Brie, ses 10 ou 12 charges le désignent à la vindicte publique.

Ses détracteurs le qualifient de premier Maltrôtier du Royaume.

Paul Poisson de Bourvallais est accusé de malversations.

En 1716, il est embastillé.

La Chambre de justice, dirigée par le Adrien Maurice de Noailles le sanctionne. Il est taxé de 4 400 000 livres.

Il doit défaire du Château de Champs-sur-Marne et est exproprié de l'hôtel de Bourvallais.

Il refuse de vendre Château de Champs-sur-Marne à Antonin Nompar de Caumont qui lui propose 1 500 000 livres.



Adrien Maurice de Noailles Au Conseil de régence

Adrien Maurice de Noailles démissionne de sa fonction de président du Conseil des finances le 28 janvier 1718 pour être alors admis Au Conseil de régence.

Dans la gestion des finances de la Régence, Adrien Maurice de Noailles parvient à éviter une banqueroute totale au prix de plusieurs banqueroutes partielles.

Confronté à des finances délabrées à la suite de la guerre de succession d'Espagne, Adrien Maurice de Noailles met toute son énergie à les redresser et à mieux contrôler les financiers, avec l'aide des frères Paris, grâce à l'opération du visa, sur les papiers royaux et sur les receveurs généraux des finances.



Adrien Maurice de Noailles Chevalier du Saint-Esprit

Adrien Maurice de Noailles est nommé Chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit et de l'Ordre de Saint-Michel en 1724.



Naissance d'Antoine Adrien Charles de Gramont

Antoine Adrien Charles de Gramont Comte d'Aster

Antoine Adrien Charles de Gramont naît le 22 juillet 1726, fils de Louis VII de Gramont et de Geneviève de Gontaut.

Antoine Adrien Charles de Gramont reçoit le titre de comte d'Aster ou de Gramont d'Aster.

Son parrain et sa marraine sont Adrien Maurice de Noailles et Catherine Charlotte de Gramont.



Première campagne de François-César Le Tellier

En 1733, François-César Le Tellier fait sa première campagne comme aide de camp d'Adrien Maurice de Noailles, son oncle.


Vue générale du Siège de Philippsburg avec la mort de Jacques Ier Fitz-James - Estampe anonyme Plan français du siège de Philippsburg

Siège de Philippsburg

Mort de Jacques Ier Fitz-James

Pendant la guerre de Succession de Pologne, Jacques Ier Fitz-James remonte la vallée du Rhin à la tête d'une armée forte de 100 000 hommes pour reprendre la place de Philippsburg aux forces autrichiennes.

Au cours de l'hiver, Eugène-François de Savoie-Carignan commence à regrouper une armée impériale près d'Heilbronn pour contre-attaquer.

Mais au printemps 1734, les troupes rassemblées sont toujours très inférieures en nombre, l'armée de Jacques Ier Fitz-James est-elle forte de 70 000 hommes.

Au printemps, les préparatifs de mise en défense de Philippsburg sont presque terminés, mais la garnison manque de munitions.

Elle est formée d'éléments disparates :

Elle ne compte que peu d'artilleurs et d'ingénieurs.

Vers la fin de mai 1734, les Français commencent à encercler la place de Philippsburg.

Louis François Ier de Bourbon-Conti, Pierre-François de Rougé, Jules Charles Henri de Clermont-Tonnerre et Victor Riqueti de Mirabeau participent à ce siège.

Louis-Auguste d'Albert d'Ailly est lieutenant-général des armées du Roi durant ce siège.

Robert François Damiens sert un militaire qu'il suit en Allemagne à ce siège.

Jacques Ier Fitz-James déploie 46 bataillons, dont 14 en position sur chaque berge du Rhin, pour couper la forteresse des routes voisines.

Parmi les forces rassemblées sur la rive droite :

Le 26 mai 1734, un corps de sapeurs de 12 000 hommes commence à creuser le fossé extérieur.

Quelque 60 000 hommes sont détachés dès le 1er juin 1734 pour investir la forteresse.

Les préparatifs de siège progressent sans encombre lorsque le 12 juin 1734, Jacques Ier Fitz-James, qui inspecte la tranchée à un poste avancé, est tué d'un coup de canon.

La direction des opérations passe aux généraux Claude François Bidal, homme rompu à la poliorcétique : l'art de mener un siège, et à Adrien Maurice de Noailles.

Le 19 juin 1734, Eugène-François de Savoie-Carignan accompagné par le prince-héritier Frédéric II de Prusse, sur ordre de l'empereur, met en branle l'armée de secours, dont l'effectif atteint à présent 70 000 hommes.

Le 27 juin 1734, cette armée atteint Bruchsal.

Claude François Bidal ordonne la construction de pontons supplémentaires pour permettre à sa cavalerie de se tourner promptement vers l'armée de secours en franchissant le Rhin.

Il affecte en outre une partie des assiégeants à l'appui de la cavalerie.

Les positions des Français se détériorent avec les pluies drues qui s'abattent le 5 juillet 1734, rendant les tranchées et mines impraticables.

Mais malgré l'adversité s'abattant sur son ennemi, Eugène-François de Savoie-Carignan ne parvient pas à saisir l'occasion.

Après quelques combats sans lendemain, Eugène-François de Savoie-Carignan entreprend un repli momentané.

Le 17 juillet 1734, les Français ouvrent une brèche et investissent la place jusqu'aux remparts de la citadelle.

Godefroi-Ernest von Wuttgenau, désespérant de rétablir la jonction avec Eugène-François de Savoie-Carignan, offre sa capitulation à Claude François Bidal au matin du 18 juillet 1734.

La garnison autrichienne peut se replier à Mayence avec les honneurs de la guerre.

Godefroi-Ernest von Wuttgenau sera promu Feldmarschalleutnant pour sa défense inspirée de Philippsburg.


Adrien Maurice de Noailles - par Éloi Firmin Féron - 1834

Adrien Maurice de Noailles Maréchal de France

Après le siège de Philippsbourg, Adrien Maurice de Noailles, Duc de Noailles, est fait Maréchal de France le 14 juin 1734 par Louis XV.



Adrien Maurice de Noailles Ministre d'État

Adrien Maurice de Noailles est nommé ministre d'État le 10 mars 1743.

Toujours partisan de rigueur financière, Adrien Maurice de Noailles donne à Louis XV des conseils de fermeté en matière fiscale, qui ne seront pas écoutés.


George II de Grande-Bretagne à la bataille de Dettingen par John Wootton Bataille de Dettingen

Bataille de Braunau

Bataille de Deckendorf

Bataille de Dettingen

La France est désireuse de ménager ses finances. L'armée et l'État sont trop peu impliqués dans cette guerre de Succession d'Autriche.

Les Bavarois, alliés de la France, subissent une défaite sévère près de Braunau le 9 mai 1743.

Une armée alliée d'environ 50 000 hommes (Britanniques, Hanovriens et Autrichiens) dite pragmatique commandée par le roi George II de Grande-Bretagne et formée sur le Rhin inférieur.

Après le retrait de Jean-Baptiste François Desmarets, elle s'avance vers le sud dans le pays du Main et du Neckar.

Le 27 mai 1743 à la bataille de Deckendorf, Louis François Ier de Bourbon-Conti a son cheval tué sous lui et perd ses équipages.

Une armée française d'environ 70 000 soldats sous les ordres d'Adrien Maurice de Noailles est rassemblée sur le cours moyen Rhin pour contrer cette nouvelle force.

Mais François-Marie de Broglie est en pleine retraite, et les places fortes de Bavière capitulent les unes après les autres devant le prince Charles.

Les Français et les Bavarois sont presque expulsés de la région du Rhin quand la bataille de Dettingen se déroule le 27 juin 1743 (16 juin du calendrier julien) à Dettingen, village de la commune de Karlstein am Main en Bavière.

Philippe de Noailles à Dettingen a 2 chevaux tués sous lui.

Gabriel d'Arsac de Ternay prend part à la bataille Dettingen où il est fait prisonnier.

George II de Grande-Bretagne, complètement dominé dans la manœuvre par des adversaires mieux aguerris, est en grand danger entre Aschaffenbourg et Hanau dans le défilé formé par les collines Spessart et la rivière Main, n'ayant pas eu de ravitaillement notamment en pain depuis une semaine.

Adrien Maurice de Noailles parvient à prendre dans la nasse l'armée austro-britannique. Il s'apprête à l'anéantir grâce aux pièces d'artillerie qui ferment les deux issues du défilé du Main.

Louis VII de Gramont, son neveu, à la tête de 23 000 hommes, doit garder un des deux passages.

Impatient au bout de 6 heures d'attente, Louis VII de Gramont traverse le Main devant le village de Dettingen et lance une attaque en masse contre un ennemi qui n'a plus rien à perdre, contraignant l'artillerie française à interrompre son bombardement.

Repoussés, ses hommes cherchent à se replier sur les ponts mais certains de ceux-ci s'effondrent et les soldats sont noyés.

La compagnie des chevau-légers de la garde royale française y est anéantie.

Adrien Maurice de Noailles porte certainement une part de responsabilité dans cette défaite.

Les coalisés sont ainsi sauvés d'un anéantissement certain.

La route d'Hanau leurs est ouverte aux coalisés.

William Augustus de Grande-Bretagne est blessé lors de cette bataille. Il devient un héros national.

L'honneur de la victoire des coalisés revient principalement à Léopold-Philippe d'Arenberg, qui est blessé dans l'action. George II de Grande-Bretagne est témoin de sa bravoure et de son l'habileté.

George II de Grande-Bretagne quitte l'armée le 1er octobre 1743, pour se rendre dans ses États de Hanovre.

Il remet le commandement Léopold-Philippe d'Arenberg qui fait repasser le Rhin à ses troupes, leur assigne des quartiers d'hiver.

C'est la dernière fois qu'un souverain régent du Royaume-Uni menera ses troupes dans une bataille dont le souvenir est encore célébré particulièrement à l'académie royale militaire de Sandhurst.

En souvenir de la victoire, Haendel compose son Dettingen Te Deum.

La bravoure de Louis François Ier de Bourbon-Conti touche Louis XV, qui lui octroie en récompense une augmentation de 36 000 livres sur son gouvernement du Poitou et le reçoit au château de Fontainebleau le 9 novembre 1743.



Adrien Maurice de Noailles Secrétaire d'État aux Affaires étrangères

Adrien Maurice de Noailles est secrétaire d'État aux Affaires étrangères du 26 avril au 19 novembre 1744.

Adrien Maurice de Noailles est du parti de ceux qui estiment qu'il est impossible d'empêcher les Habsbourg de reprendre le titre impérial et préconise un rapprochement avec l'Autriche pour contrer l'Angleterre.



Invasion des Pays-Bas autrichiens

Prise de Menin, Ypres, Knokke et Furnes

L'armée de Louis XV, menée par Adrien Maurice de Noailles, envahit en mai 1744 les Pays-Bas autrichiens et s'empare rapidement des places de Menin, Ypres, Knokke et Furnes.

Noël Jourda de Vaux assiste aux sièges de Menin et d'Ypres.

En 1744, Adrien Maurice de Noailles parvient à expulser les Autrichiens d'Alsace, même s'il laisse passer l'occasion de leur infliger de lourdes pertes au moment où leur armée traverse le Rhin.



Adrien Maurice de Noailles Ambassadeur extraordinaire de France en Espagne

Adrien Maurice de Noailles devient Ambassadeur extraordinaire de France en Espagne en 1746.



Retraite d'Adrien Maurice de Noailles

Adrien Maurice de Noailles siège au Conseil jusqu'au 28 mars 1756, date à laquelle il se retire en raison de son âge.



Mort d'Adrien Maurice de Noailles

Louis de Noailles Duc de Noailles

Adrien Maurice de Noailles meurt Paris Saint Roch le 24 juin 1766.

Louis de Noailles devient 4e duc de Noailles en 1766.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !