Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



10 événements affichés, le premier en 772 - le dernier en 963



Mort de Étienne III Pape

Adrien Ier Pape

Adrien Ier inquiété par Didier de Lombardie

Étienne III (IV) meurt le 24 janvier 772. Il est fait Saint

Étienne III établit qu'aucun laïque ne pourrait être élu pape s'il n'avait pas été cardinal. Il déclare nul le synode iconoclaste de Constantinople et condamne l'antipape Constantin II.

Adrien Ier, né à Rome, fils d'un certain Théodore, appartenait à une famille noble de Rome, les Colonna. Très populaire, Adrien Ier monte progressivement les échelons de la hiérarchie ecclésiastique, devenant notaire régionnaire, puis sous-diacre à l'appel de Paul Ier, avant d'être nommé diacre par Étienne III.

Hadrien ou Adrien Ier est élu 95e Pape le 9 février 772, à un moment où l'Église de Rome avait besoin d'un protecteur.

Adrien Ier reconstruit les aqueducs détruits par les Lombards et les murs de la ville. Il commence une restauration grandiose des églises romaines et de la construction de l'hôpital de Santo Spirito.

Didier de Lombardie pense pouvoir manipuler Adrien Ier aussi facilement que l'ancien pape mais Adrien Ier lui tient tête et le somme de lui rendre les villes qu'il détient indûment. À l'imitation d'Étienne II, Adrien Ier envoie un émissaire à Charlemagne afin de lui demander aide et soutien.


L'État pontifical avant 774 Pèlerinage de Charlemagne à Rome

Pèlerinage de Charlemagne à Rome

Charlemagne se rend à Rome et est reçu avec tous les honneurs par le pape, à la fin du carême de 774.

Adrien Ier lui fait renouveler son serment d'alliance et d'amitié. Charlemagne fait la promesse d'agrandir la donation de Pépin III le Bref, son père, et de lui donner le duché de Bénévent et à la Vénétie (Pérugin et duché de Spolète).

Par cette promesse, le pape possédant alors un véritable état, devient ainsi souverain et assure sa prééminence sur la chrétienté.



Pépin Ier d'Italie Roi d'Italie

Adalhard précepteur de Pépin Ier d'Italie

Le 15 avril 781, le pape Adrien Ier baptise Carloman, un des fils de Charlemagne, et lui attribue le prénom de Pépin.

Il le sacre roi d'Italie. Carloman devient ainsi Pépin Ier d'Italie.

Le peuple italien pense en avoir fini avec l'oppression des Francs.

Mais Charlemagne laisse un conseiller, Adalhard, à la cour de son fils.

Adalhard est officiellement le précepteur de Pépin Ier d'Italie mais officieusement le régent du royaume.

Ainsi, Charlemagne est toujours roi des Lombards et dirige encore l'Italie, en associant son fils à ses décisions.



Adrien Ier vassal de Charlemagne

En 781, Adrien Ier espère que Charlemagne lui donnera les terres promises en 774. Charlemagne n'a aucune envie de les lui attribuer mais il craint de rompre son serment. Prétextant que l'état pontifical n'est pas assez puissant pour se défendre des byzantins, Charlemagne ne lui accorde qu'une petite partie des territoires promis.

Adrien Ier est ainsi devenu un "vassal" de Charlemagne, puisque c'est Charlemagne qui est le véritable chef de Rome et de l'état pontifical, en tant que patrice romain, c'est-à-dire défenseur de Rome.

Profitant de son séjour auprès du pape, Charlemagne en profite pour lui demander d'intervenir auprès de Tassilon III de Bavière, afin que celui-ci n'oublie pas qu'il est avant tout un vassal du roi des Francs.



Abdication du patriarche Paul

Taraise Patriarche orthodoxe

Organisation d'un concile oecuménique

L'abdication du patriarche Paul, en 784, fournit à Irène l'Athénienne l'occasion de le remplacer par un laïc, Taraise. Irène l'Athénienne invite le pape Adrien Ier à envoyer des délégués à un nouveau concile oecuménique destiné à rétablir l'orthodoxie en condamnant les édits iconoclastes. Cette décision est assez bien reçue dans l'empire.



Deuxième Concile de Nicée

En septembre 787, Constantin, sous le pontificat d'Adrien Ier, réunit un nouveau concile oecuménique à Nicée. Le 23 octobre 787, le concile met fin officiellement à l'iconoclasme et restaure le culte des images.



Ambassade de Tassilon III de Bavière auprès d'Adrien Ier

Menace d'invasion de la Bavière par Charlemagne

En 787, Tassilon III de Bavière envisage toujours de préserver l'autonomie de son duché.

Pour cela, Tassilon III de Bavière envoie une ambassade à Rome et demande à Adrien Ier d'intervenir en sa faveur auprès de Charlemagne.

Charlemagne qui vient de mâter la révolte du duc de Bénévent, accepte de négocier la paix, à condition de connaître les garanties proposées par Tassilon III de Bavière. L'ambassade ne pouvant répondre, Adrien Ier le menace d'excommunication.

En 787, lors de sa réunion avec les Grands du royaume, Charlemagne se résout à éprouver Tassilon III de Bavière afin de voir si sa fidélité est fiable ou pas.

Charlemagne rassemble une armée et la divise en 3 pour attaquer la Bavière simultanément par le nord, l'est et le midi.

Tassilon III de Bavière, craignant l'invasion, se rend auprès de Charlemagne au Lechfeld, près d'Augsbourg, le 3 octobre 787. Il implore son pardon et lui livre des otages en échange de sa bienveillance et renouvelle son serment d'allégeance.


Léon III Pape

Mort d'Adrien Ier Pape

Léon III Pape

Adrien Ier meurt, regretté des Romains, le 26 décembre 795. Charlemagne lui fait faire cette épitaphe :

Nomina jungo simul titulis, clarissime, nostra : Hadrianus, Carolus, rex ego, tuque pater. Quisque legas versus, devoto pectore, supplex Amborum mitis, dic, miserere Deus.

Léon III est élu pape le 26 décembre 795, le jour même de l'enterrement de son prédécesseur. Au moment de son élection, il est cardinal-prêtre de Sainte-Suzanne et trésorier pontifical. Mais des factions sont hostiles à son égard.

Aussitôt après son couronnement, Léon III envoie à Charlemagne :

et lui demande de lui envoyer un représentant pour recevoir le serment du peuple de Rome.

En réponse, Charlemagne rappelle qu'il est le défenseur de l'Église, et joint à son message une partie du trésor pris aux Avars.

Si Adrien Ier avait tout fait pour préserver l'indépendance de l'état pontifical, Léon III, lui, place Rome sous l'autorité directe de Charlemagne.



Embuscade contre le Pape Léon III

Un groupe de partisans de l'indépendance de l'état pontifical et contre la domination des Francs est mené par des parents du défunt Pape Adrien Ier. Léon III est protégé par le duc de Spolète, Winigis, aux ordres de Charlemagne.

Le 25 avril 799, durant une procession, Léon III est jeté à bas de son cheval, roué de coups. Il échappe de justesse aux émeutiers qui voulaient lui crever les yeux. Il est emprisonné. Mais le Pape s'échappe et trouve refuge auprès de Charlemagne.

Les opposants du pape l'accusent de scélératesse, de parjure, d'immoralité, et de simonie (trafic de choses saintes). Le doute concernant le pape s'installe dans tous les esprits. Charlemagne décide de renvoyer Léon III à Rome, escorté de plusieurs hommes de confiance qu'il a chargé d'enquêter sur le compte du pontife. La commission d'enquête découvre la manœuvre des parents d'Adrien 1er et les fait arrêter. Léon III se disculpe en prononçant un "serment purgatoire" acceptant la punition divine s'il ment. Léon III reste sur son trône tant que Charlemagne n'a pas décidé de son sort.



Retour d'Othon Ier à Rome

Synode romain

Déposition de Jean XII

Léon VIII Antipape

La mainmise d'Othon Ier le Grand gêne cependant Jean XII. À peine Othon Ier le Grand a-t-il le dos tourné que Jean XII noue des contacts avec Adalbert II d'Ivrée, fils de Bérenger II d'Ivrée, ainsi qu'avec Byzance.

Jean XII se présente comme un jouisseur invétéré. Descendant d'un aventurier romain, il doit à un ordre de son père d'avoir été porté par le peuple de Rome sur le trône de Saint Pierre, sept ans plus tôt,... à 18 ans !

Quand Mayeul de Cluny commence, entre 960 et 965, à diffuser la réforme clunisienne, celui-ci peut compter sur le précieux concours de l'impératrice, Adélaïde, la seconde épouse d'Othon, la sœur du roi de Bourgogne, Conrad III le Pacifique.

L'emprise germanique sur le royaume de Bourgogne se fait sentir :

Jean XII reprend la tradition, abandonnée dès Adrien Ier (772–795), de dater ses actes à partir des années de règne des empereurs byzantins.

Furieux, Othon Ier revient sur ses pas à Rome et Jean XII doit s'enfuir. L'Empereur convoque un synode qui juge Jean XII coupable d'apostasie, d'homicide, de parjure et d'inceste. Il le dépose le 4 ou le 6 décembre 963, ce qui constitue une nouveauté pour une assemblée d'évêques.

Othon Ier, même s'il n'a pas autorité pour intervenir, nomme Pape Léon VIII, le protoscriniaire, un laïc romain. L'absence de documents probants prêche pour l'illégitimité de ce pape.

Othon Ier le Grand modifie son privilège : désormais, l'élection pontificale doit être sanctionnée par l'approbation impériale.

Liutprand de Crémone participe à ce concile.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !