Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



18 événements affichés, le premier en 1100 - le dernier en 1159



Naissance d'Adrien IV

Nicolas Breakspear, futur Adrien IV, naît vers 1100 à Abbots Langley dans l'Hertfordshire, fils d'un clerc anglais.

Il est élevé à l'abbaye bénédictine de Saint-Albans, près de Londres. L'abbé lui ayant refusé l'accès au noviciat, il se rend en France pour poursuivre ses études.



Adrien IV Abbé de Saint-Ruf

Nicolas Breakspear, futur Adrien IV, finit par prendre l'habit chez les chanoines réguliers de Saint-Ruf, près d'Avignon. Il en devient prieur et en 1140, il est élu abbé.


Eugène III Pape Eugène III Pape

Mort de Lucius II Pape

Eugène III Pape

Sommé par les partisans d'Arnaud de Brescia de renoncer à toute souveraineté temporelle, Lucius II réclame l'appui de l'empereur Conrad III de Hohenstaufen et marche lui-même contre Rome avec quelques troupes. Lucius II est blessé à mort en montant à l'assaut du Capitole et meurt le 15 février 1145.

Bernardo Paganelli di Montemagno, né à Pise, moine à Cîteaux et à Clairvaux, est élu pape en 1145 sous le nom d'Eugène III.

Eugène III bénéficie de l'appui de Bernard de Clairvaux avec qui il poursuivit la réforme engagée par Grégoire VII.

En 1145, Nicolas Breakspear, futur Adrien IV, rejoint la cour pontificale.



Adrien IV Cardinal d'Albano

Adrien IV Légat en Scandinavie

Avant 1150, Eugène III fait Nicolas Breakspear cardinal d'Albano, et l'envoie comme légat en Scandinavie.



Actions d'Adrien IV en Scandinavie

En 1153, Nicolas Breakspear, futur Adrien IV, promulgue une série de constitutions qui fixent le cadre de l'Église de Norvège. Il l'organise sur un modèle romain. Il constitue la province ecclésiastique de Norvège, avec Nidaros (actuelle Trondheim) comme métropole.

En Suède, il convoque le synode de Linköping pour mettre sur pied les institutions ecclésiastiques. Cependant, les Suédois ne s'accordent pas sur le choix du siège archiépiscopal. Celui-ci ne sera déterminé qu'en 1164 : ce sera Uppsala.

Dans l'intervalle, Nicolas se contente de promettre la primatie à l'archevêque danois de Lund.


Adrien IV Pape

Mort du Pape Anastase IV

Adrien IV Pape

Nicolas rentre de Scandinavie à Rome en novembre 1154.

Anastase IV meurt le 3 décembre 1154.

Anastase IV fait restaurer le Panthéon de Rome et confirme les privilèges de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem (Hospitaliers).

Nicolas Breakspear est élu pape et couronné à la basilique Saint-Pierre le 5 décembre 1154 sous le nom d'Adrien IV, peut-être en souvenir de saint Adrien de Cantorbéry. C'est le seul pape d'origine anglaise de toute l'histoire de la papauté.



Interdit sur Rome

Expulsion d'Arnaud de Brescia

Aussitôt élu, Adrien doit reprendre en main la ville de Rome, secouée par des prédications subversives. Rompant avec les demi-mesures de son prédécesseur, Adrien IV lance l'interdit sur la ville. La cessation des pèlerinages, et donc des flux d'argent apportés par les pèlerins, finit par mettre la Ville au pas. Adrien IV finalement force Arnaud de Brescia à s'enfuir avec l'aide de l'empereur Frédéric Ier Barberousse.


Thomas Becket

Thomas Becket chancelier

En 1155, Thomas Becket devient l'ami du roi Henri II Plantagenêt qui le nomme chancelier.

Il se montre administrateur efficace et bon courtisan.

Il partage les plaisirs du roi et ne se prive pas de taxer les abbayes pour couvrir les besoins de la cour.

En 1155, le Pape Adrien IV donne à Henri II Plantagenêt l'investiture de l'Irlande.



Prise de Rome par Frédéric Ier Barberousse

Mort d'Arnaud de Brescia

Frédéric Ier Barberousse Empereur Germanique

Une réconciliation entre Adrien IV et Frédéric Ier Barberousse intervient.

Frédéric Ier Barberousse, accompagné de Mathieu Ier de Lorraine, prend le contrôle de Rôme.

Arnaud de Brescia, autorité spirituelle dénie au pape Adrien IV tout droit de gouverner la ville.

En 1155, Frédéric Ier Barberousse livre Arnaud de Brescia au préfet de Rome.

Il meurt pendu.

Son corps est brûlé et ses cendres jetées dans le Tibre.

De la dynastie rivale Welfs, Frédéric est issu d'une des principales familles d'Allemagne, faisant de lui un choix acceptable pour les princes électeurs.

Frédéric Ier Barberousse est couronné Empereur Germanique le 18 juin 1155 à Rome par le pape Adrien IV.

Cependant, pendant la messe, Adrien décide de lui-même de modifier le rituel pour bien marquer sa supériorité sur l'empereur.

Furieuses, les troupes allemandes manquent d'emprisonner le pape.



Révolte des barons normands de Sicile

Expédition de Manuel Ier Comnène contre le royaume normand de Sicile

Prise de Bari

À majeure partie des barons normands contestent un pouvoir qu'ils jugent trop centralisé à leur goût, de la part de la cour royale palermitaine et haïssent Maion de Bari, qualifié par ses détracteurs de diabolique, de corrompu et de comploteur.

Des barons normands de Sicile, et notamment le comte Robert de Loritello, et toute l'Italie du Sud se révoltent contre Guillaume Ier le Mauvais.

Ils n'hésitent pas à s'allier aux Byzantins contre leur roi.

Son titre de roi est d'ailleurs contesté par l'empereur byzantin Manuel Ier Comnène, ainsi que par le pape Adrien IV.

Manuel Ier Comnène envoie Michel Paléologue et Jean Dukas avec des troupes byzantines et une bonne quantité d'or pour envahir l'Apulie en 1155.

Les deux généraux cherchent le soutien de Frédéric Ier Barberousse.

Le conflit entre Adrien IV et Frédéric Ier Barberousse reprend et Frédéric Ier Barberousse qui se présente au sud des Alpes à ce moment, décide finalement de ne pas attaquer les Normands de Sicile.

Les armées de Frédéric Ier Barberousse sont démoralisées et ses hommes le pressent de retourner au nord des Alpes.

Néanmoins, l'expédition de Manuel Ier Comnène progresse de manière stupéfiante.

S'ensuit un enchaînement de succès spectaculaires, avec la prise de nombreuses places fortes, soit par la force, soit achetées par l'or byzantin.

La cité de Bari, qui avait été la capitale du catépanat des Pouilles des siècles avant l'arrivée des Normands, ouvre ses portes à l'armée impériale, et ses habitants sont ravis de pouvoir démolir la citadelle normande, symbole de leur oppression.



Alliance entre Manuel Ier Comnène et le Pape Adrien IV

Manuel Ier Comnène rêve d'une restauration de l'Empire romain au prix d'une union entre Églises orthodoxe et catholique.

La papauté qui n'a jamais été en bons termes avec les Normands, sauf dans le cadre d'une menace militaire directe, préfère avoir l'Empire romain d'Orient, considéré comme plus "civilisé", à sa frontière méridionale.

Un accord permettrait au pape Adrien IV d'étendre son influence sur toute la population chrétienne orthodoxe.

Les négociations sont menées à la hâte et une alliance est formée entre Manuel Ier Comnène et Adrien IV.

Le sort des Siciliens paraît scellé.



Traité de Bénévent

Reconnaissance du Royaume de Sicile par le Pape

Guillaume Ier le Mauvais assiège Bénévent, où se trouvent encore Adrien IV et quelques-uns de ses cardinaux.

Contraint de négocier, Adrien IV doit reconnaître à Guillaume le Mauvais la couronne de Sicile et accepter la création d'un État unifié comprenant la Sicile, l'Apulie ou encore la Campanie.

En compensation, Adrien IV obtient le droit de libre nomination des évêques dans ces régions.

Guillaume Ier le Mauvais devient alors un fidèle allié de la Papauté contre les menées de l'empereur germanique Frédéric Ier Barberousse.

Guillaume Ier le Mauvais rétablit alors violemment l'ordre dans ses possessions.

Banni du royaume normand de Sicile, Tancrède de Lecce vit à Byzance avec d'autres exilés du royaume.



Mort de Foucher d'Angoulême

Amaury de Nesle Prieur du Saint-Sépulcre

Foucher d'Angoulême meurt le 20 novembre 1157.

Mélisende de Jérusalem et Sibylle d'Anjou font élire Amaury de Nesle Prieur du Saint-Sépulcre, élection ensuite confirmée par le pape Adrien IV.



Malentendu entre Frédéric Ier Barberousse et les légats du Pape

Expulsion des légats du Pape

En 1157, Adrien IV doit dépêcher deux cardinaux en Allemagne, pour justifier auprès de Frédéric Ier Barberousse le traité de Bénévent conclu avec les Normands.

Une "erreur" de traduction du chancelier allemand provoque la colère des princes allemands : Adrien IV considère l'Empire comme un "fief" (beneficium) de la papauté.

Les légats sont aussitôt expulsés.



Échec de l'union des Églises catholique et orthodoxe

Les conditions imposées par Adrien IV pour une union incluent la reconnaissance de son autorité religieuse sur tous les chrétiens où qu'ils soient et donc la reconnaissance de son autorité séculaire.

Ni l'Orient ni l'Occident ne peuvent accepter de telles conditions.

Même si Manuel Ier Comnène, pro-occidental, l'accepte, les Grecs le refuseraient.

Adrien n'honore pas Manuel Ier Comnène du titre d'Auguste par.

En fin de compte,l'accord s'avère impossible et les deux Églises restent séparées depuis lors.



Réconciliation apparente d'Adrien IV avec Frédéric Ier Barberousse

Siège de Milan

En 1158, Adrien IV doit expliquer qu'il a voulu parler d'un "bienfait", et non d'un fief.

Les relations s'apaisent, du moins en apparence.

A l'été 1158, Frédéric Ier Barberousse entreprend une expédition conséquente.

Florent III de Hollande est un fidèle vassal de Frédéric Ier Barberousse et l'accompagne lors de cette expédition.

Boleslas Ier le Long accompagne Frédéric Ier Barberousse dans cette campagne italienne.

Vladislav II de Bohême, ferme soutien de Frédéric Ier Barberousse, l'accompagne personnellement.

En 1158, Boleslas IV le Frisé et les ducs polonais annulent le traité alors que Frédéric Ier Barberousse a commencé sa campagne italienne. Ils n'envoient pas de troupes à l'empereur.

Après un mois de siège, Frédéric Ier Barberousse impose des conditions sévères à Milan défaite.

Une seconde couronnement de Vladislav II de Bohême comme Roi de Bohême est célébrée devant Milan le 8 septembre 1158.

En novembre 1158, Frédéric Ier Barberousse réunit à Roncaglia une assemblée de juristes et de représentants des Cités italiennes afin de clarifier la situation des droits régaliens relevant de l'Empereur.

Le Nord et le Centre de la péninsule se sont en effet émancipés de la tutelle impériale depuis le règne de Conrad III de Hohenstaufen.

L'organisation qu'il met en place est loin de rencontrer l'approbation du pape.



Désaccord Adrien IV et Frédéric Ier Barberousse

Le désaccord s'envenime. À la mi 1159, Adrien IV menace d'excommunier Frédéric Ier Barberousse.


Alexandre III Pape Alexandre III Pape Alexandre III Pape

Mort d'Adrien IV

Alexandre III Pape

Victor IV Antipape

Concile de Pavie

Adrien IV meurt le 1er septembre 1159.

Cela met fin à la crise avec Frédéric Ier Barberousse.

Il est inhumé à la basilique Saint-Pierre.

On attribue à Adrien IV la bulle Laudabiliter qui autorise Henri II d'Angleterre à envahir l'Irlande.

Cependant, l'authenticité de cette bulle est fortement contestée.

Orlando Bandinelli est élu Pape le 7 septembre 1159, sous le nom d'Alexandre III.

Une minorité de cardinaux, pro germaniques, élisent comme antipape le cardinal prêtre Octavie qui prend le nom de Victor IV.

Victor IV est reconnu lors du concile de Pavie réuni par Frédéric Ier Barberousse.

Mais la France, l'Angleterre, la Sicile, et les royaumes ibériques reconnaissent Alexandre III comme seul pape légitime.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !