Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



13 événements affichés, le premier en 792 - le dernier en 878



Naissance d'Adrien II

Adrien II naît à Rome en 792, fils de Tarare (qui sera évêque).



Mort du Léon IV Pape

Benoît III Pape

Anastase Antipape

Léon IV meurt le 17 juillet 855. Il est fait Saint.


Construction de la cité léonine

Pour protéger l'ensemble des constructions religieuses de la menace d'invasion des Sarrasins, Léon IV fait élever un rempart, de 3 kilomètres de tour, de tuf et de brique, haut de 12 m, qui s'appuyait au mausolée d'Hadrien (château Saint-Ange), courant au Sud-ouest jusqu'à une tour adossée à la colline et qui subsiste encore, pour de là se rabattre sur le Tibre. Cet ensemble deviendra la Cité Léonine, un quartier de Rome qui s'étend sur la rive droite du Tibre, au pied de la colline du Vatican. Le rempart était percé de 3 portes : Porta Castelli, Sancti Peregrini et Saexonum.

Benoît III est élu 104e Pape et est couronné le 29 septembre 855 malgré l'opposition de Lothaire II de Lotharingie et de Louis II le Jeune.

Adrien II refuse le pontificat. Anastase III est antipape en 855 contre Benoît III.


Nicolas Ier Pape

Mort du Pape Benoît III

Nicolas Ier Pape

Anastase III Chancelier pontificale

Benoît III meurt en 858.

Benoît III établit en Angleterre le denier de Saint Pierre.

Adrien II refuse à nouveau le pontificat. Nicolas Ier, dit le Grand, est élu 105e pape le 24 avril 858 grâce à l'appui de l'empereur Louis II le Jeune.

Anastase III est nommé par Nicolas Ier à la Chancellerie pontificale dont il devient un des plus brillants rédacteurs.



Mort de Nicolas Ier Pape

Adrien II Pape

Pillage de Rome par Lambert de Spolète

Excommunication et destitution de Lambert de Spolète

Nicolas Ier meurt à Rome, le 13 novembre 867. Il est fait Saint.

Adrien II est élu 106e pape le 14 décembre 867. Il a plus de 76 ans au moment de son élection. Le soutien unanime du peuple romain et du clergé l'empêche de refuser une troisième fois. Lors de l'élection, quoiqu'ils n'y aient pas été invités, les envoyés de l'empereur Louis II le Jeune sont présents. Ils veulent se plaindre de n'avoir pas été conviés, on leur répond que cela n'est pas fait par mépris pour eux ou pour l'empereur, mais pour éviter que l'on prenne l'habitude d'attendre l'arrivée des envoyés du prince pour procéder à l'élection. Louis II le Jeune est par ailleurs très satisfait de cette élection.

Pendant les cérémonies du sacre, Lambert, Duc de Spolète, entre dans Rome pour la piller. Il est aussitôt excommunié, et l'empereur lui retire son duché.



Retour de Lothaire II de Lotharingie dans ses états

Lothaire II de Lotharingie se contente d'écrire une lettre de soumission à Adrien II, et se hâte de revenir dans ses États, où sa présence est nécessaire.



Voyage de Lothaire II de Lotharingie à Rome

Mort de Lothaire II de Lotharingie

Invasion de la Lotharingie par Charles II le Chauve

Charles II le Chauve Roi de Lotharingie

En 869, Lothaire II de Lotharingie a une entrevue à Rome avec le pape Adrien II et lui fait des présents considérables, et en reçoit de grands témoignages d'amitié.

Avant de l'admettre à la communion, le pape lui fait jurer sur l'hostie, ainsi qu'aux seigneurs de sa suite, qu'il a suivi exactement les ordres de Nicolas Ier son prédécesseur, et que sa rupture avec Waldrade de Wormsgau est sincère et sans retour.

Le serment sur l'eucharistie est alors au nombre des épreuves ou jugements de Dieu.

En vertu des paroles de saint Paul, celui qui reçoit indignement le corps et le sang de Jésus-Christ mange et boit son jugement.

On croit en conséquence que quiconque ose ainsi se parjurer mourra infailliblement dans l'année.

Lothaire II de Lotharingie et ses Français, trop avancés pour pouvoir reculer, prononcent le serment redoutable; et Lothaire II de Lotharingie reçoit du pontife :

En quittant Rome, Lothaire II de Lotharingie est atteint d'une fièvre violente.

Il se fait transporter à Plaisance ou Piacenza en Italie.

Lothaire II de Lotharingie meurt le 8 août 869, d'une maladie contagieuse.

On ne manque pas, d'après les préjugés du temps, d'attribuer cette mort à son parjure.

La reine Theutberge de Bourgogne se retire au monastère de Sainte-Glossinde de Metz, dont elle est abbesse et où elle est enterrée.

Hincmar devient conseiller de Charles II le Chauve.

En 869, après la mort de son neveu Lothaire II de Lotharingie, Charles II le Chauve décide d'envahir son royaume.

Charles II le Chauve se laisse sacrer à Metz par Hincmar, Archevêque de Reims.

La lutte reprend entre Girard II de Paris et Charles II le Chauve.

Après des escarmouches dans le Berry, et l'Auxerrois, Girard II de Paris, conseiller de Lothaire II de Lotharingie, regagne ses terres Lyonnaises et s'enferme dans Vienne, car les deux oncles du défunt, Charles II le Chauve et Louis II le Germain, ont des prétentions sur le royaume de leur neveu.



Concile à Rome

Adrien II tient en 869 un concile à Rome contre Photius, patriarche de Constantinople, qu'il fait déposer et soumettre à la pénitence publique.



Concile œcuménique de Constantinople

Remplacement du patriarche Photius par Ignace

De 869 à 870, le VIIIe concile œcuménique de Constantinople condamne le patriarche Photius, cousin de Michel III l'Ivrogne et rétablit Ignace comme patriarche.

Les relations avec Rome s'en trouvent améliorées, Byzance rentre ainsi dans la communion romaine.

Basile Ier le Macédonien relègue le patriarche Photius dans un couvent.

Adrien II a des démêlés avec l'empereur d'Orient Basile et avec le nouveau patriarche grec au sujet du schisme provoqué par Photius.

Adrien II se brouille avec l'empereur d'Orient, pour avoir voulu juger des évêques qui ont suivi Photius, en Carie et en Bulgarie, et qui ne relèvent donc pas de sa juridiction.



Nouveau rejet de la nomination d'un archevêque de Bulgarie

Rattachement de l'Église bulgare au patriarcat de Constantinople

Le pape Adrien II rejette la nomination d'un archevêque de Bulgarie par Boris Ier de Bulgarie.

Ce dernier aurait nommé soit Formose, soit le diacre Marin, qui deviendra le pape Marin Ier.

Suite à ces refus, la Bulgarie se retourne vers Constantinople.

Au Quatrième Concile de Constantinople de 870, l'Église orthodoxe bulgare est rattachée au patriarcat de Constantinople et obtient le titre d'église autocéphale.



Libération de Carloman

Désertion de Carloman

Siège de Vienne

Charles II le Chauve Roi de Bourgogne

Sur ordre du pape Adrien II, Charles II le Chauve libère Carloman, son fils, et l'oblige à le suivre lors de son expédition contre Girard II de Paris en 870.

Carloman abandonne alors son père et, avec une armée de soldats déserteurs, met à sac les régions autour de Reims jusqu'en Belgique.

Charles II le Chauve avec l'appui des archevêques de Lyon et de Vienne, assiège en décembre 870 les armées de Girard II de Paris placées sous le commandement de sa femme Berthe de Tours.

La ville résiste pendant plusieurs mois, mais les troupes royales dévastant la campagne, Girard II de Paris accourt et demande une capitulation honorable.

Girard II de Paris cède Vienne à Charles II le Chauve qui est couronné Roi de Bourgogne à Vienne le 24 décembre 870.

Il incorpore le Lyonnais et le Viennois dans son royaume.

De leur côté, Girard II de Paris et sa femme se retirent à Avignon (où sur leurs terres de Vézelay, les deux hypothèses sont défendues par les historiens) qui avait été leur ancien fief.


Jean VIII Pape

Mort d'Adrien II

Jean VIII Pape

Adrien II meurt en 872.

Malgré une conception assez large de l'autorité pontificale, Adrien II laisse a à sa mort un bon souvenir en raison de son désintéressement et de sa générosité pour les plus pauvres.

Jean VIII est archidiacre de Rome.

Jean VIII est élu pape le 14 décembre 872.

Son élection fait l'objet d'une vive opposition de la part de Formose également candidat au siège pontifical.

Bien qu'assez âgé au moment de sa montée sur le trône de Pierre, il est un pape énergique, à l'image de Nicolas Ier.



Carloman à nouveau prisonnier

Charles II le Chauve réussit à faire prisonnier Carloman et, par l'intermédiaire d'Hincmar, l'archevêque de Reims, demande l'excommunication de son fils.

La sentence d'excommunication est approuvée par une grande majorité d'évêques.

Adrien II prend le parti de Carloman mais doit finalement céder devant l'hostilité des évêques de France.



Mort d'Ignace Patriarche de Constantinople

Concile de Constantinople

Photios Ier à nouveau Patriarche de Constantinople

Ignace Patriarche de Constantinople meurt en 878.

Le concile de Constantinople rétablit Photius comme patriarche.

Jean VIII sait éviter un schisme avec l'Orient.

Jean VIII se contente d'exiger une déclaration de repentir de Photius.

Jean VIII accepte de ne pas faire réciter le Credo avec le Filioque.

Jean VIII réitère l'autorisation donnée par Adrien II de la liturgie en langue slavonne et accorde au missionnaire Méthode, en Moravie, un certificat d'orthodoxie.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !