Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



13 événements affichés, le premier en 1829 - le dernier en 1893



Naissance d'Abraham-Behor de Camondo

Abraham-Behor de Camondo naît à Constantinople le 1er juillet 1829, fils de Salomon-Raphaël de Camondo et d'Esther Fanny Fua.



Mariage d'Abraham-Behor de Camondo avec Régina Baruch

Abraham-Behor de Camondo épouse à Constantinople le 3 septembre 1847 Régina Baruch (1822 ou 1833-1905). Leurs enfants sont :



Naissance de Clarisse de Camondo

Clarisse de Camondo naît à Constantinople le mercredi 1er novembre 1848, fille d'Abraham-Behor de Camondo et de Régina Baruch.



Naissance d'Isaac de Camondo

Isaac de Camondo naît le 3 juillet 1851, fils de d'Abraham-Behor de Camondo et Régina Baruch.



Abraham-Behor de Camondo Président du comité central de l'Alliance Israëlite Universelle

En 1864, Abraham-Behor de Camondo est nommé Président du comité central de l'Alliance Israëlite Universelle constitué à Istanbul.

Améliorer les conditions morales et matérielles des Juifs est le but principal de l'Alliance obtenu notamment par la création et l'entretien d'écoles.


Abraham-Behor de Camondo - tirage colodion repris à la gouache - © Photo Les Arts Décoratifs Paris Nissim de Camondo

Établissement en France des Camondo

Bien que l'introduction du français et du turc dans les écoles juives d'Istanbul soit chose faite, la famille Camondo rencontre toujours des hostilités de la part de la frange conservatrice de la communauté séfarade.

En 1869, sur décision Abraham-Behor de Camondo et de Nissim de Camondo, la famille de Camondo, s'installe à Paris, tout en maintenant le siège de leur banque à Galata.

Abraham-Salomon de Camondo les suit.

Tout en gardant des liens étroits avec la Turquie, s'intégrer à la haute société parisienne est une préoccupation majeure des deux frères.

Très vite intégrés à l'aristocratie, ils mènent une existence fastueuse.

Croyant la France avant-gardiste et sa communauté juive progressiste, les Camondo pense arriver dans un pays évolué où leurs idées et leur commerce pourra se développer.

Au lieu de ça, ils arrivent dans un pays ravagé par la guerre et nettement hostile aux juifs.

Quant à la communauté juive, elle est bien plus progressiste que celle de la capitale de l'Empire, surtout afin de s'ouvrir aux influences qu'elle peut avoir dans l'économie et dans le gouvernement.

Ce qui va être un changement radical pour les Camondo, c'est l'antisémitisme ouvert des Français.

Dès leur arrivée et jusqu'à leur fin, les Camondo seront l'objet de critiques antisémites dans les journaux et dans les cercles.

Sous l'impulsion d'Abraham-Behor de Camondo, la maison de banque I. Camondo & Cie participe à de nombreuses affaires en France et dans le monde notamment en collaboration avec la Banque de Paris et des Pays-Bas dont il est administrateur.

Abraham-Behor de Camondo, malgré son éloignement, se consacrera à ses tâches d'éducation jusqu'à la fin de ses jours.

Nissim de Camondo achète un hôtel particulier au 63 rue de Monceau à Paris à l'entrepreneur Violet.

Cet hôtel est dépeint par Émile Zola comme l'hôtel Saccard dans La Curée.

Nissim de Camondo assemble des collections de peintures et d'objets d'art.

Nissim de Camondo devient président de la Société de Bienfaisance Italienne de Paris.

Pendant son enfance à Constantinople, Isaac de Camondo a appris le français avec le turc.

Cela permet à Isaac de Camondo d'obtenir son baccalauréat à son arrivée en France.



Abraham-Behor de Camondo et de Nissim de Camondo à Londres

Abraham-Behor de Camondo et Nissim de Camondo s'installent temporairement à Londres pendant la guerre de 1870.



Construction d'un hôtel particulier au 63 rue de Monceau

Abraham-Behor de Camondo s'installe dans un hôtel particulier qu'il fait construire entre 1871 et 1875, au 63, rue de Monceau par l'architecte Denis-Louis Destors.



Construction de l'hôtel particulier du 61 rue de Monceau

Abraham-Behor de Camondo fait bâtir sa demeure, un hôtel particulier au 61, rue de Monceau en 1874 par l'architecte Denis Louis Destors.

Cet hôtel est le cadre d'une hospitalité fastueuse et le réceptacle de collections de peintures anciennes et contemporaines, de mobilier varié et d'objets d'art d'Extrême-Orient qui reflètent son goût pour le japonisme.



Abraham-Behor de Camondo et Nissim de Camondo décorés de la légion d'honneur

Abraham-Behor de Camondo et Nissim de Camondo sont décorés en 1882 de la légion d'honneur, en 1882.

À cette occasion, Abraham-Behor de Camondo pose officiellement devant le peintre Léon Bonnat.



Exposition universelle

Abraham-Behor de Camondo, Nissim de Camondo et Isaac de Camondo président le comité italien à Paris, lors de l'exposition universelle de 1889.



Mort d'Abraham-Behor de Camondo Comte de Camondo

Abraham-Behor de Camondo meurt 61 rue de Monceau à Paris le 13 décembre 1889.

Il est inhumé dans la 3e division du cimetière Montmartre à Paris.



Cession de l'hôtel du 61 rue de Montceau

Isaac de Camondo vit dans une aile de l'hôtel d'Abraham-Behor de Camondo, son père.

En 1893, Gaston Menier achète à Abraham-Behor de Camondo l'hôtel situé au 61, rue de Montceau.

Isaac de Camondo emménage alors dans 3 appartements contigus de la rue Gluck.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !