Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



13 événements affichés, le premier en 1725 - le dernier en 1807



Naissance de Jean-Baptiste Donatien de Vimeur

Jean-Baptiste Donatien de Vimeur naît à Vendôme le 1er juillet 1725, fils de Joseph Charles de Vimeur de Rochambeau et de Marie-Claire Thérèse Bégon.

Jean-Baptiste-Donatien de Vimeur est à l'origine destiné à l'Église et est élevé au collège des Oratoriens de Vendôme puis par les jésuites au collège de Blois.



Mariage de Jean-Baptiste Donatien de Vimeur avec Jeanne Thérèse Tellez d'Acosta

Jean-Baptiste Donatien de Vimeur épouse le 22 décembre 1749 Jeanne Thérèse Tellez d'Acosta. Leur enfant est :


Bataille de Kloster Kampen - En bleu les mouvements français Mort du chevalier d'Assas

Bataille de Kloster Kampen

Mort de Louis d'Assas

Pendant la guerre de Sept Ans, au cours de l'automne 1760, Ferdinand de Brunswick-Lunebourg, commandant de l'armée alliée, menace Hanovre occupée par les Français.

Pour créer une diversion, Ferdinand de Brunswick-Lunebourg attire 20 000 soldats français plus à l'ouest.

Le commandement français se prépare à défendre la ville de Wesel, sur la rive orientale du Rhin, et décide de brûler les ponts à proximité de l'embouchure de la Lippe.

Le 4 octobre 1760, le régiment d'Auvergne quitte Weildungen, où il était cantonné, pour se rapprocher du Rhin.

Le régiment d'Auvergne arrive le 13 octobre 1760 à Neuss.

Le régiment d'Auvergne entre le 13 octobre 1760 dans le camp de Moers, non loin de la route qui va à l'abbaye de Camp ou Kloster Kamp.

Charles Eugène Gabriel de La Croix vient renforcer la garnison locale.

Ferdinand de Brunswick-Lunebourg entame alors le siège de Wesel avec la création de 2 ponts de bateaux.

Il se résout à une bataille contre l'armée de Charles Eugène Gabriel de La Croix dans le Kloster Kampen à l'ouest de la rivière.

Le général George Augustus Elliot commande l'avant-garde constituée :

La cavalerie hessoise et celle de Hanovre doivent constituer la réserve.

La bataille de Kloster Kampen ou Clostercamp (selon l'orthographe fluctuante de l'époque) en Westphalie commence au milieu de la nuit le 15 octobre 1760 et finie le 16 octobre 1760.

L'avant-garde alliée repousse les Français de Kloster Kampen et prend le pont sur le canal.

Le son de la bataille prévient le gros de l'armée française du début de l'offensive adverse.

L'aube s'est alors levée alors que les Anglais et les Prussiens s'apprêtent à passer à l'attaque.

Les régiments de Highlanders se mettent alors à déborder les ailes françaises.

Cela oblige les Français à se replier.

En danger, Charles Eugène Gabriel de La Croix décide de faire entrer dans la bataille ses réserves, qui rallient les régiments en retraite.

Il lance alors une contre-offensive contre l'infanterie alliée.

Anne Emmanuel François Georges de Crussol d'Uzès commande le régiment de la reine lors de cette bataille.

L'attaque française surprend Anglais et Prussiens dont les régiments se désorganisent.

Ces derniers doivent alors se replier de l'autre côté du canal.

Malgré la mise en branle par Ferdinand de Brunswick-Lunebourg de ses réserves, celles-ci, trop éloignées du champ de bataille, ne peuvent arrêter la contre-offensive française.

À l'extrémité ouest du canal, George Augustus Elliot conduit 3 régiments de cavalerie britannique dans une charge qui provoque la confusion dans les rangs français.

Cela permet aux autres forces battant en retraite de toutes se replier sur l'autre rive sans trop de dommages.

Mais Ferdinand de Brunswick-Lunebourg est conscient que la victoire lui a échappé.

Ferdinand de Brunswick-Lunebourg réorganise ses troupes et se replie en direction du Rhin.

À son arrivée, Ferdinand de Brunswick-Lunebourg constate que les ponts flottants qu'il avait établis ont été détruits.

La traversée durera 2 jours.

Heureusement pour lui et ses hommes, Charles Eugène Gabriel de La Croix n'a pas ordonné la poursuite.

Le régiment d'Auvergne est sous les ordres :

Louis d'Assas en est capitaine en second des chasseurs d'Auvergne.

Charles Eugène Gabriel de La Croix se doutant d'une surprise, envoie Louis d'Assas à la nuit à la découverte.

À peine a-t-il fait quelques pas dans le bois voisin, des grenadiers ennemis l'environnent, le saisissent, et lui présentent la baïonnette, l'avertissant qu'au moindre bruit, il est mort.

Louis d'Assas semble d'abord obéir, puis tout à coup, renforçant sa voix, il crie :

A moi, Auvergne ; voici l'ennemi !

Il tombe percé de coups mais n'expire pas sur le coup.

La relation de la bataille ne fait nullement mention du dévouement de Louis d'Assas ; il se trouve seulement porté le premier des capitaines d'Auvergne tués.

Ce mot sublime appartient au valeureux Dubois, sergent de ce régiment et par une erreur presque inévitable un jour de combat, il sera attribué à l'officier.

Louis d'Assas répète à ceux qui le transportent : Enfants, ce n'est pas moi qui ai crié, c'est Dubois.

Le régiment d'Auvergne perd 800 soldats, a 58 officiers tués ou blessés dont ses colonel, lieutenant-colonel et capitaines commandant.

À la compagnie des chasseurs, il ne survit que 7 soldats et son capitaine commandant.

Cette victoire tactique française est lourde de pertes, mais les ennemis quittent le terrain et abandonnent la manœuvre de diversion.

Jean Henri Becays Ferrand est grièvement blessé lors de ce combat.

Les espoirs des Britanniques de mettre fin à la guerre avec des conditions avantageuses pour eux dispaissent malgré leurs nombreux succès en Amérique du Nord.



Projet de descente en Angleterre

Le 10 avril 1770, Noël Jourda de Vaux est désigné, commandant en chef de l'armée devant opérer une descente en Angleterre, avec le concours de la flotte espagnole.

Au sein de cette armée figurent Jean-Baptiste Donatien de Vimeur et Lafayette.

Le projet sera abandonné.

Noël Jourda de Vaux cède son commandement en Corse à Louis Charles René de Marbeuf.

Louis Charles René de Marbeuf, nouveau gouverneur de Corse, est régulièrement invité chez Charles Marie Bonaparte et Maria Letizia Ramolino.



Charles César de Damas Aide de camp de Jean-Baptiste Donatien de Vimeur

En 1780, Charles César de Damas est nommé aide de camp de Jean-Baptiste Donatien de Vimeur

Charles César de Damas fait les campagnes de 1780 et 1781 en Amérique



Armand-Louis de Gontaut Biron Colonel-propriétaire de la Légion des volontaires étrangers de Lauzun

Armand-Louis de Gontaut Biron est nommé Brigadier de Dragons, le 1er mars 1780 sous les ordres de Jean-Baptiste Donatien de Vimeur.

Le 5 mars 1780, Armand-Louis de Gontaut Biron devint Colonel-propriétaire de la Légion des volontaires étrangers de Lauzun, ancienne 2e Légion des volontaires étrangers de la Marine,



Départ du corps expéditionnaire de Jean-Baptiste Donatien de Vimeur pour l'Amérique

En 1780, Louis XVI refuse à Louis Philippe Joseph d'Orléans la permission de faire partie du corps expéditionnaire de Jean-Baptiste Donatien de Vimeur qui part pour l'Amérique.



Louis Marie Marc Antoine de Noailles Mestre de camp lieutenant commandant du régiment de roi-dragons

Louis Marie Marc Antoine de Noailles passe en Amérique avec le corps de Jean-Baptiste Donatien de Vimeur.

Le 27 janvier 1782, il est Mestre de camp lieutenant commandant du régiment de roi-dragons.



Louis Philippe de Ségur en Amérique

Louis Philippe de Ségur Colonel

Louis Philippe de Ségur s'enthousiasme pour la Révolution américaine.

En 1783, Louis Philippe de Ségur suit Jean-Baptiste Donatien de Vimeur en Amérique, où il gagne le grade de colonel.

Louis Philippe de Ségur est membre fondateur de la société des Cincinnati.


Louis-Marie-Jacques-Almeric de Narbonne-Lara - par Lerminier ou Herminie Déhérain (1798-1839)

Louis-Marie-Jacques-Almeric de Narbonne-Lara Ministre de la guerre

Maréchal de camp nommé par Louis XVI, Louis-Marie-Jacques-Almeric de Narbonne-Lara devient ministre de la guerre le 6 décembre 1791.

Ni Louis XVI ni Marie-Antoinette d'Autriche ne l'apprécient, mais sa nomination doit barrer la route à La Fayette que la famille royale déteste.

En vue de la guerre prochaine, Louis-Marie-Jacques-Almeric de Narbonne-Lara visite les frontières du royaume pendant son ministère, et fait, à la suite de ce voyage, un brillant rapport à l'Assemblée législative sur les ressources militaires de la France.

Louis-Marie-Jacques-Almeric de Narbonne-Lara organise 3 armées sous les ordres :


Jean-Baptiste Donatien de Vimeur

Jean-Baptiste Donatien de Vimeur Maréchal de France

Jean-Baptiste Donatien de Vimeur est fait Maréchal de France en 1791 par Louis XVI.



Invasion de la France

Bataille de Fontoy

Prise de Longwy

Prise de Verdun

Prise de Stenay

Le 12 août 1792, au lever du soleil les troupes légères prussiennes pénètrent sur le territoire français.

Le 15 août 1792, l'armée prussienne vient camper entre Sierck et Luxembourg, et le général François-Sébastien de Croix, à la tête des Autrichiens, coupe la communication entre Longwy et Montmédy.

Les forces anti ou contre-révolutionnaires envahissent la France le 18 août 1792.

Une armée de 150 000 hommes formée de troupes :

sous le commandement de Charles-Guillaume Ferdinand de Brunswick, représentant de Frédéric Guillaume II de Prusse, s'avance contre la France, sur toute la ligne de ses frontières, entre Dunkerque et la Suisse.

S'y sont joints 20 000 émigrés.

Victor-François de Broglie commande l'armée contre-révolutionnaire de Louis V Joseph de Bourbon-Condé en 1792 qui opère en Champagne.

Louis Auguste Victor de Ghaisne participe à cette campagne.

Le 17 août 1792, Nicolas de Luckner est attaqué par 22 000 Autrichiens qu'il écrase du feu de ses batteries.

Le 19 août 1792, Nicolas de Luckner résiste courageusement à une attaque de 22 000 Autrichiens à Fontoy.

Il est néanmoins rappelé et relégué dans un commandement secondaire.

De plus, Nicolas de Luckner est appelé à la barre de la Convention pour y rendre compte de sa conduite.

Il proteste de son dévouement à la France et n'en reçoit pas moins l'ordre de ne point s'éloigner de Paris.

Le 20 août 1792, les forces prussiennes battent les troupes françaises à Verdun.

Le 23 août 1792, après un bombardement de 3 jours, Longwy se rend aux alliés qui marchent alors lentement vers la Place de Verdun indéfendable.

Le colonel Beaurepaire, commandant de la place de Verdun, indigné de la lâcheté du conseil de guerre qui veut capituler, prend un pistolet et se suicide.

Le 2 septembre 1792, Verdun, place forte réputée imprenable, capitule. La route de Paris est alors ouverte.

Le jeune Marceau, qui veut comme Beaurepaire s'ensevelir sous les ruines de la place, finit par se rendre le 3 septembre 1792.

Charles-Guillaume Ferdinand de Brunswick prend possession de Verdun au nom du roi de France.

L'armée d'invasion réunie à Verdun est forte de 80 000 hommes.

Dès 4 septembre 1792, Frédéric Guillaume II de Prusse donne ordre à cette armée d'avancer à travers les plaines de la Champagne et de marcher droit sur Paris.

Il s'arrête cependant à quelques lieues de Châlons-sur-Marne, arrivé au terme de son voyage qui devait être une suite de fêtes et de triomphes.

François-Sébastien de Croix entre en Champagne et s'empare de Stenay

Les troupes françaises n'ont subi que des revers depuis la déclaration de guerre. Les commandants en chef des armées françaises deviennent suspects.

Aussi, avant qu'une action sérieuse puisse être entreprise, les trois armées :

sont réparties entre les généraux Charles François du Perrier du Mouriez et François Étienne Christophe Kellermann.



Mort de Jean-Baptiste Donatien de Vimeur

Jean-Baptiste Donatien de Vimeur meurt à Thoré-la-Rochette le 10 mai 1807.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !