Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



23 événements affichés, le premier en 1044 - le dernier en 1120



Mariage de Thibault III de Blois avec Gersende du Maine

Thibault III de Blois épouse en 1044 Gersent ou Gersende du Maine du Mans, fille d'Herbert Ier Éveille-chien, Comte du Maine, et de Paule de Preuilly. Leurs enfants sont :



Naissance de Étienne-Henri de Blois

Étienne-Henry ou Étienne-Henri de Blois naît en 1045 ou en 1047, fils de Thibault III de Blois et de Gersende du Maine.

D'abord prénommé Henri il y ajoutera celui d'Étienne issu de la famille Carolingienne de Vermandois.



Mariage de Guillaume le Conquérant avec Mathilde de Flandre

Guillaume a du mal à conquérir les faveurs d'une bien-aimée cousine, Mathilde de Flandre, qui hésite à convoler avec un bâtard. Il use de violence pour s'emparer de la jeune fille et il semble que celle-ci ne lui en tient pas longtemps rigueur...

Guillaume Ier le Conquérant épouse en 1053 Mathilde de Flandre. Leurs enfants sont :

Mais ce mariage fait apparaître Guillaume le Conquérant trop puissant aux yeux d'Henri Ier de France qui inverse son alliance et prend le parti :

et des barons normands rebelles à Guillaume le Conquérant.



Étienne-Henri de Blois Comte de Blois, de Châteaudun et de Chartres

Dès 1074, Thibault III de Blois, son père, laisse le pouvoir à Étienne-Henri de Blois à Blois, Châteaudun et Chartres, sous le nom d'Étienne II



Mariage d'Étienne-Henri de Blois avec Adèle de Normandie

Étienne-Henri de Blois épouse à la cathédrale de Chartres en 1080 ou 1081 Adèle de Normandie, fille de Guillaume le Conquérant et de Mathilde de Flandre. Leurs enfants sont :

Étienne-Henri se trouve ainsi de plein pied partie prenante des affaires du Royaume d'Angleterre.

Adèle de Normandie est 15 ans plus jeune que lui.



Naissance de Guillaume de Blois

Guillaume de Blois naît en 1080 ou 1084, fils d'Étienne-Henri de Blois et d'Adèle de Normandie.



Mort de Thibault III de Blois Comte de Champagne

Étienne-Henri Comte de Blois, de Meaux et de Champagne

Eudes III de Troyes Comte de Troyes

Thibault III de Blois meurt à Épernay le 29 ou le 30 septembre 1089. Il est inhumé dans l'église de l'abbaye de Saint-Martin d'Épernay.

Thibault III de Blois est un des premiers grands Seigneurs à adopter la réforme Grégorienne : les puissances laïques ne doivent plus intervenir dans l'investiture des dignités Ecclésiastiques.

Il soutient également le retour de l'Église vers l'idéal monastique et protège les monastères contre les abus de pouvoirs des Seigneurs et accorde aux moines exemptions et avantages. Il permet à l'Abbaye de Cluny de s'implanter sur le territoire de Reims en dépit de l'hostilité des Archevêques.

Fidèle à la tradition familiale, il multiplie les donations pieuses envers l'abbaye tourangelle Saint-Martin de Marmoutier dont la pénétration dans le diocèse de Meaux remonte à cette période.

La Champagne est éclatée :



Naissance de Thibault IV de Blois

Thibault IV de Blois, dit le Grand, naît le 2 avril 1090 ou en 1093, fils d'Étienne-Henri de Blois et d'Adèle de Normandie.



Naissance de Lithuise de Blois

Adélaïde ou Adèle ou Lithuise de Blois ou de Troyes naît en 1092, fille d'Étienne-Henri de Blois et d'Adèle de Normandie.



Naissance d'Henri de Blois

Henri de Blois naît vers 1096 ou vers 1100, fils d'Étienne-Henri de Blois et d'Adèle de Normandie.

Il naît :



Première Croisade

L'engouement est grand, relayé par des prédicateurs comme Pierre l'Ermite. Les armées partent au cri de "Dieu le veut!".

De 1096 à 1099, se déroule la première croisade qui est composée:

Les principaux chefs de la Croisade des Barons sont :

Sont également croisés :

Hugues II de Campdavaine et Enguerrand, son fils, accompagnent Robert II Courteheuse.



Départ de Robert II Courteheuse pour la Croisade

Prise de la Normandie par Guillaume II le Roux

En septembre 1096 Robert II Courteheuse part pour la Terre sainte dans la première croisade.

Au moment de son départ, il est si pauvre qu'il doit rester dans son lit par manque de vêtements.

Afin de lever de l'argent pour la croisade, Robert II Courteheuse hypothèque son duché à son frère Guillaume II le Roux pour la somme de 10.000 marcs.

Guillaume II le Roux gouverne la Normandie et fait la paix avec Élie Ier de Beaugency.

Robert II Courteheuse et Étienne-Henri de Blois dirige le contingent français.

Étienne-Henri de Blois est en charge des fonds de la première croisade.



Naissance d'Étienne de Blois

Étienne de Blois naît à Blois en 1096 ou 1097, fils d'Étienne-Henri de Blois et d'Adèle de Normandie.


Godefroy reçu par Alexis Comnène Alexis Comnène et Hugues Ier de Vermandois - Guillaume de Tyr - Historia BNF Mss.Fr.68 folio 83v

Godefroy et les barons reçus par l'empereur Alexis Ier Comnène

Alexis Ier Comnène demande aux croisés de prêter le serment de lui rendre tous les territoires conquis sur les Turcs en échange de leur traversée du Bosphore.

Ils négocient longuement et acceptent finalement ces conditions sans aucune intention de tenir parole.

Tancrède de Hauteville refuse de jurer.

Raymond VI de Toulouse se contente de promettre de protéger l'empereur et de ne pas lutter contre ses intérêts.

Étienne-Henri de Blois arrive à Constantinople le 14 mai 1097.


Siège de Nicée

Siège de Nicée

Mort de Guillaume III de Forez Comte de Lyon et de Forez

En mai 1097, Tancrède de Hauteville, Godefroy de Bouillon, Robert II de Flandre, Hugues Ier de Vermandois, Étienne-Henri de Blois, Thomas de Marle mènent le siège de Nicée.

Les chroniques mentionnent la présence de Gaston IV de Béarn pour la première fois à Nicée.

Albert d'Aix nomme Guillaume III de Forez parmi ceux qui prennent part à ce siège.

Guillaume III de Forez meurt à Nicée en juin 1097.

Le 29juin 1097, la ville se rend à l'armée d'Alexis Ier Comnène après des négociations secrètes avec les Turcs Seldjoukides.

Les drapeaux sont immédiatement hissés sur les remparts et les croisés sont très déçus de ne pas pouvoir piller la ville.

Cela provoque une défiance de Tancrède de Hauteville à l'égard des Byzantins.



Défaite de Ridwan d'Alep

Mort de Thoros d'Édesse

Baudouin de Boulogne Comte d'Édesse

Mariage de Baudouin de Boulogne avec Arda

Expédition de secours de Kerbogha

Retour de Étienne-Henri de Blois et d'Hugues Ier de Vermandois en France

Siège d'Édesse

Yâghî Siyân, émir d'Antioche, demande l'aide de Ridwan d'Alep, qui est vaincu le 9 février 1098.

Thoros d'Édesse meurt le 9 mars 1098, au cours d'une émeute, peut-être avec la complicité de Baudouin de Boulogne qui devint alors Comte d'Édesse.

Baudouin de Boulogne épouse Arda, une arménienne. Cela le fait mieux accepter par la population arménienne d'autant plus qu'il en repousse efficacement les Turcs, agrandissant ses domaines jusqu'aux rives de l'Euphrate.

Baudouin de Bourcq se rend à Édesse auprès de Baudouin de Boulogne.

Yâghî Siyân demande alors l'aide du sultan Barkiyârûk, qui demande à Kerbogha d'organiser une expédition de secours.

En avril 1098, Kerbogha rassemble à Mossoul une armée de 30 000 hommes.

Découragé par les rigueurs et les difficultés du siège d'Antioche et inquiet de l'arrivée de l'armée de secours conduite par Kerbogha, Étienne-Henri de Blois et Hugues Ier de Vermandois quittent, avec 4 000 vassaux et soldats, le siège d'Antioche au début mai 1098 pour revenir en France.

Mais Kerbogha ne se rend pas directement à Antioche, distante de 2 semaines de marche, car il veut reprendre Édesse à Baudouin de Boulogne. Il craint que ce dernier ne l'attaque ensuite sur ses arrières. Malgré le conseil de ses officiers qui estiment que Baudouin de Boulogne ne dispose pas de troupes suffisantes, Kerbogha assiège Édesse du 4 mai au 25 mai 1098.



Siège d'Antioche par les turcs

Kerbogha, rejoint par les renforts de Duqâq de Damas, Soqman ibn Ortoq et Janah al Dawla, émir d'Alep, n'atteint Antioche que le 4ou 5 juin 1098.

Seule résiste encore la citadelle, commandée par Shams al-Dawla, qui est contraint de la remettre à Kerbogha. Il tente de prendre la ville à partir de la citadelle, mais sans succès, et doit se résoudre à assiéger la ville.

Kerbogha ne regrettera jamais assez d'avoir perdu 3 semaines au siège d'Édesse.

D'assiégeants, les francs deviennent assiégés.

Mais au sein des assiégeants, les dissensions commencent à diviser l'armée de Kerbogha. L'exigence de Kerbogha de se faire remettre la citadelle soulève les inquiétudes des émirs syriens qui craignent qu'il n'en profite pour s'implanter en Syrie et ne la domine. Ridwan d'Alep n'a pas rejoint la grande armée seldjoukide, au contraire de son frère et ennemi Duqâq de Damas. Ridwan d'Alep craint que Duqâq de Damas ne complote avec Kerbogha. Ridwan d'Alep attise les rivalités au sein de l'armée.

Chez les croisés, la situation est critique et le moral est bas.

Durant les 2 jours qui séparent la prise de la ville de l'arrivée de Kerbogha, les Croisés n'ont pas pu reconstituer les réserves de vivres de la ville.

Les désertions se multiplient. Hugues Ier de Vermandois, découragé, abandonne les croisés et revient en France sans avoir accomplit son vœu.

Étienne-Henri de Blois affirme à Alexis Ier Comnène que la ville est déjà tombée et que tous les croisés sont morts. et le dissuade de continuer vers Antioche.

La situation semble désespérée lorsqu'un moine Pierre Barthélémy prétend, grâce à une vision et la révélation de saint André, avoir découvert la Sainte Lance qui perça le flanc de Jésus-Christ (malgré que la soi-disante vraie lance se trouvait déjà à Byzance !). Cela redonne un moral d'acier à l'armée chrétienne.

Fort de leur assurance retrouvée, Pierre l'Ermite et un certain Herluin qui parle turc, sont envoyés comme émissaires par les princes chrétiens afin de rencontrer Kerbogha pour proposer une entente entre les parties. Kerbogha, qui pense avoir le dessus, refuse la proposition.

La bataille a lieu le 28 juin 1098.

Les chefs chrétiens qui sourient entre eux s'emparent de la relique. L'armée des francs sort de la ville pour affronter l'ennemi.

Kerbogha, malgré les avis des émirs, attend la sortie de toute l'armée croisée, au lieu de les attaquer au fur et à mesure de leur sortie. Il craint que les survivants ne se replient dans la ville et sent que son armée se désagrège, ce qui ne lui permettrait pas la poursuite du siège.

Gaston IV de Béarn reçoit son premier commandement important et conduit les nobles de Gascogne et du Poitou, avec à ses côtés le légat pontifical à la recherche de Raymond de Saint-Gilles, malade.

Les turcs font preuve d'un manque total de cohésion entre leurs positions. Alors que les émirs commencent à déserter le champ de bataille, les chrétiens chargent l'armée musulmane et la mettent en déroute.

Déconsidéré et brisé, Kerbogha doit battre en retraite et rentrer à Mossoul.

Bohémond Ier de Hauteville conserve la ville, malgré les véhémentes protestations de Raymond VI de Toulouse. Bohémond Ier de Hauteville fait de la ville le centre d'une principauté et devient Bohémond Ier d'Antioche.

Ses descendants indirects gouverneront tant bien que mal durant plus de deux siècles.

Voyant que les autres chefs de la croisade s'attardent dans la ville, Raymond VI de Toulouse organise une mise en scène pour relancer l'armée croisée vers Jérusalem.

Raymond VI de Toulouse se joint aux pèlerins non combattants, pieds nus et portant une robe de pèlerins, et part avec eux devant les soldats croisés.

Ceux-ci se décident alors à marcher vers Jérusalem, entraînant derrière eux les chefs croisés.



Naissance d'Alice de Blois

Alice de Blois naît en 1100, fille d'Étienne-Henri de Blois et d'Adèle de Normandie.



Nouveau départ en croisade d'Étienne-Henri de Blois et d'Hugues Ier de Vermandois

La prise de Jérusalem couvre Hugues Ier de Vermandois de honte et, pour réparer son manquement, Hugues Ier de Vermandois repart vers la Palestine.

De retour à Blois, Étienne-Henri de Blois est fraîchement accueilli par Adèle de Normandie, sa femme qui se dit offusquée. Elle, fille de Guillaume le Conquérant, est mariée à un lâche. Après une campagne de harcèlement moral, elle le persuade de penser à sa réputation, et de retourner en Terre sainte.

Étienne-Henri de Blois rejoint la seconde vague de participants à la première croisade qui part au printemps 1101. La chevauchée est terrible. Étienne-Henri de Blois ne rejoint Baudouin de Boulogne, Roi de Jérusalem, qu'avec une poignée d'hommes.

Hugues VI de Lusignan participe également à la croisade de secours en 1101

Welf IV Welf joint la croisade de 1101.


Thibault IV de Blois - Comte de Champagne - de Blois - de Chartres - de Meaux -de Châteaudun - de Troyes

Deuxième bataille de Rama

Mort de Étienne-Henri de Blois

Thibault IV de Blois Comte de Blois, de Chartres, de Meaux, de Châteaudun et de Sancerre

Thibault IV de Blois Seigneur d'Amboise

En mai 1102, une armée égyptienne de près de 20 000 hommes, commandée par Charaf, le fils du vizir al-Afdal, arrive en Palestine et parvient à surprendre les troupes de Baudouin de Boulogne à Rama, près du port de Jaffa.

Le roi de Jérusalem n'échappe à la capture qu'en se cachant parmi les roseaux.

La plupart des chevaliers sont tués ou capturés.

Albert d'Aix rapporte qu'Étienne-Henri de Blois aurait été capturé puis décapité. Étienne-Henri meurt le 19 mai ou le 13 juillet 1102 à Rama en Héraclée.

Charaf peut reprendre Jérusalem, mais par son indécision laisse des renforts Francs arriver par mer.

Hugues de Saint-Omer se porte secours de Baudouin de Boulogne retiré à Joppé.

Charaf doit retourner en Égypte.

Guillaume de Blois est déshérité probablement pour des problèmes mentaux

Thibault IV de Blois hérite en 1102 des domaines de son père Étienne-Henri de Blois.

Il devient ainsi Comte de Meaux sous le nom de Thibault II, Comte de Blois et Seigneur de Sancerre.

Adèle de Normandie assure la direction du Comté pendant la minorité de ses enfants.

Elle s'entoure de conseillers comme Yves de Chartres, Évêque de Chartres.

Elle constitue une Chancellerie et fait régner la paix dans ses états.

Sous le règne de Thibault IV de Blois les mentions des foires de Champagne se multiplient.

À l'origine, il y a la volonté délibérée du comte de provoquer sur son territoire la rencontre entre Flamands et Italiens.



Mariage d'Hugues III du Puiset avec Agnès de Blois

Hugues III du Puiset épouse avant 1104 Agnès de Blois, fille d'Étienne-Henri de Blois et d'Adèle de Normandie. Leurs enfants sont :



Mariage de Guy Ier de Joigny avec Alice de Blois

Guy Ier de Joigny épouse vers 1115 Alice de Blois, fille d'Étienne-Henri de Blois et d'Adèle de Normandie. Leur enfant est :



Mariage de Raoul Ier de Vermandois avec Éléonore de Blois

Raoul Ier de Vermandois épouse vers 1120 Éléonore de Blois, fille d'Étienne-Henri de Blois et d'Adèle de Normandie. Leur enfant est :

Certaines généalogies attribuent à cette union, un fils Hugues II qui serait devenu moine sous le nom de Félix de Valois, mais cette affirmation semble être un canular du XVIe siècle.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !