Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



15 événements affichés, le premier en 1727 - le dernier en 1794



Naissance d'Étienne-Charles de Loménie

Étienne-Charles de Loménie naît à Paris le 9 octobre 1727.

Issu de la famille de Loménie, originaire de Flavignac en Limousin, et dont on peut remonter la lignée jusqu'au XVe siècle, il fait des études brillantes et entre dans les ordres.

Il est le frère de Louis-Marie-Athanase de Loménie.



Étienne-Charles de Loménie Docteur en théologie

En 1751, en dépit d'une thèse peu orthodoxe à son goût, Étienne-Charles de Loménie obtient le titre de Docteur en théologie.



Étienne-Charles de Loménie Grand vicaire de Nicolas-Charles de Saulx-Tavannes

En 1752, Étienne-Charles de Loménie est nommé grand vicaire de Nicolas-Charles de Saulx-Tavannes.



Étienne-Charles de Loménie Évêque de Condom

Après une visite à Rome, Étienne-Charles de Loménie est fait évêque de Condom en 1760.


Étienne-Charles de Loménie - par Édouard Debat-Ponsan (1896) - détail d'un tableau- salle des Illustres du Capitole de Toulouse

Étienne-Charles de Loménie Archevêque de Toulouse

En 1763, Étienne-Charles de Loménie est fait archevêque de Toulouse. Il y entreprend de grands travaux publics qui transforment la ville.



Étienne-Charles de Loménie Abbé du Mont Saint-Michel

De 1766 à 1769, Étienne-Charles de Loménie est abbé du Mont Saint-Michel.



Étienne-Charles de Loménie Membre de l'Académie française

Étienne-Charles de Loménie est élu membre de l'Académie française en 1770.

Étienne-Charles de Loménie est 3 fois rapporteur à la Commission des Réguliers de l'Assemblée du clergé et s'intéresse aussi aux questions politiques et sociales du jour.

Étienne-Charles de Loménie adresse à Turgot plusieurs mémoires sur ces sujets, dont un particulièrement remarquable où il étudie les causes de la misère.



Suppression du vicariat de la maison de l'Inquisition de Toulouse

En 1771, sur intervention d'Étienne-Charles de Loménie, le chapitre national des Prêcheurs français supprime le vicariat de la maison de l'Inquisition de Toulouse.



Mort de Christophe de Beaumont

Christophe de Beaumont, Archevêque de Paris, meurt en 1781.

Étienne-Charles de Loménie affiche alors son incroyance. Il est soutenu par une partie importante de l'opinion publique, notamment des femmes, mais est écarté par Louis XVI qui déclare:

Il faudrait au moins que l'archevêque de Paris crût en Dieu.



Assemblée des notables à Versailles

Aimar-Charles-Marie de Nicolaï à l'assemblée des notables

Débat entre Charles-Alexandre de Calonne et Jacques Necker

Étienne-Charles de Loménie Contrôleur général des finances

Exil du Parlement de Paris à Troyes

Louis François Joseph de Bourbon-Conti est l'un des 7 princes du sang qui prennent part à l'Assemblée des notables convoquée à Versailles entre le 22 février et le 25 mai 1787.

Louis François Joseph de Bourbon-Conti n'y joue qu'un rôle relativement effacé, mais insiste sur le délabrement des finances du royaume. Ses interventions montrent qu'il pressent la gravité de la crise que traverse la monarchie.

Aimar-Charles-Marie de Nicolaï est appelé à siéger à l'assemblée des notables. Il s'y fait remarquer par son éloquence.

Devant l'Assemblée des notables, Charles-Alexandre de Calonne accuse Jacques Necker d'avoir trompé l'opinion en publiant de faux renseignements dans son Compte-rendu au Roi : selon lui les comptes de l'année 1781, loin de révéler un excédent, comme Jacques Necker l'avait affirmé, accusaient en réalité un déficit de 50 millions.

Jacques Necker réplique en contestant les chiffres de Charles-Alexandre de Calonne. Cette réponse lui vaut d'être exilé hors de Paris et est à l'origine d'un vif débat public entre les deux hommes.

En 1787, Étienne-Charles de Loménie est nommé président de l'Assemblée des notables, et c'est en cette qualité qu'il attaque la politique fiscale de Charles-Alexandre de Calonne.

Étienne-Charles de Loménie succède comme contrôleur général des finances, le 1er mai 1787, avec l'appui de la reine Marie-Antoinette.

Une fois au pouvoir, Étienne-Charles de Loménie réussit à faire enregistrer par le parlement de Paris des décrets établissant le libre-échange à l'intérieur du pays et prévoyant l'instauration d'assemblées provinciales ainsi que le rachat des corvées.

Lorsque les parlementaires refusent d'enregistrer les décrets qu'il propose d'appliquer au droit de timbre et au nouvel impôt foncier général, Étienne-Charles de Loménie persuade Louis XVI de tenir un lit de justice pour les y contraindre.

Le 18 août 1787, le Parlement de Paris est transféré de Paris à Troyes.

Les parlementaires ne sont rappelés à Paris qu'après avoir consenti à étendre l'impôt direct à toutes les formes de revenus.

Une nouvelle tentative visant à contraindre le parlement à enregistrer un décret autorisant un emprunt de 120 millions de livres rencontre une opposition déterminée.



Étienne-Charles de Loménie Archevêque de Sens

Opposition aux Édits de Étienne-Charles de Loménie en Bretagne

Retraite d'Étienne-Charles de Loméni

Étienne-Charles de Loménie Cardinal

Étienne-Charles de Loménie est nommé archevêque de Sens en 1788.

En 1788, le Parlement de Rennes refuse d'enregistrer les édits de Étienne-Charles de Loménie de Brienne qui bouleversent l'organisation judiciaire de la Bretagne et instituent les mêmes droits et impôts qu'ailleurs, dont les droits sur le sel (la gabelle) au mépris des clauses de l'édit d'Union.

Des troubles éclatent pour défendre les magistrats et des soldats sont envoyés pour les obliger à obéir.

Jean-Victor Marie Moreau organise les étudiants en une milice qui prend part aux échauffourées entre les jeunes nobles et le peuple.

Jean-Victor Marie Moreau devient célèbre en Bretagne, sous le nom de général du Parlement.

Étienne-Charles de Loménie se trouve confronté à une opposition quasi-générale et est contraint de suspendre la Cour plénière qu'il destinait à remplacer le parlement et de promettre la tenue d'États Généraux.

Mais ces concessions ne suffisent pas à le maintenir au pouvoir et, le 25 août 1788, il doit se retirer, laissant un trésor vide.

Le 15 décembre 1788, Étienne-Charles de Loménie est fait cardinal et se rend en Italie, où il passe 2 ans.



Serment à la constitution civile du clergé d'Étienne-Charles de Loménie

Étienne-Charles de Loménie revient en France et prête serment à la constitution civile du clergé en 1790.



Étienne-Charles de Loménie Évêque constitutionnel de l'Yonne

Devenu Évêque constitutionnel de l'Yonne en 1791, Étienne-Charles de Loménie est désavoué par le pape et doit renoncer à la barrette de cardinal sur ordre de Pie VI.



Étienne-Charles de Loménie Prisonnier

Sa conduite passée aussi bien que sa conduite présente l'ont rendu suspect aux révolutionnaires. Étienne-Charles de Loménie est arrêté à Sens, le 9 novembre 1793, et détenu à domicile.



Mort d'Étienne-Charles de Loménie

De nouveau arrêté, Étienne-Charles de Loménie meurt à Sens le 19 février 1794, la nuit même de son arrestation, victime soit d'une attaque d'apoplexie, soit d'un empoisonnement.

Parmi ses amis, aussi célèbres que nombreux, on compte Turgot, l'encyclopédiste André Morellet et Voltaire.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !