Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



17 événements affichés, le premier en 969 - le dernier en 1764



Mariage de Géza Arpad avec Sarolt de Transylvanie

Géza Arpad épouse Sarolta de Siebenbuergen, fille de Gyula de Transylvanie, Prince de Transylvanie. Leurs enfants sont :

Ses sœurs épousent l'une, un prince bulgare, l'autre, le.



Naissance d'Étienne Ier de Hongrie

Vajk ou Vaïk ou István ou Étienne Ier de Hongrie naît à Esztergom au nord de Budapest en 969 ou 975, fils de Géza Arpad, Prince de Hongrie, et de Sarolta de Siebenbuergen de Transylvanie.



Mariage d'Henri II le Querelleur avec Gisèle de Bourgogne

Henri II le Querelleur épouse avant 972 Gisèle de Bourgogne, fille de Conrad III le Pacifique et d'Adélaïde de Provence. Leurs enfants sont :



Conversion de Géza Arpad et d'Étienne Ier de Hongrie au catholicisme

Géza Arpad se tourne vers Othon II Le Roux.

Après un traité, Géza Arpad accepte la venue de missions chrétiennes, telles celles envoyées par Adalbert de Prague. Bruno, Évêque de Saint-Gall, fait parti de cette mission.

Adalbert de Prague, l'évêque de Prague, que les Przemislides, la famille rivale de la sienne, empêchent d'accomplir son ministère, découvre à Rome sa véritable vocation: l'action missionnaire.

L'empereur fait sa connaissance et d'interminables conversations nourrissent une amitié que la séparation ne devait pas altérer. La tonalité mystique qu'on trouve dans tous les projets d'Othon III du Saint-Empire provient de l'autorité morale d'Adalbert.

Géza Arpad et Étienne Ier de Hongrie, son fils âgé de 10 ans, se convertissent au catholicisme romain en 985. Vajik prend alors pour nom de baptême le nom d'Étienne (István en hongrois).

Étienne Ier de Hongrie est éduqué par Adalbert de Prague et ses disciples qui organisent l'Église hongroise.

Des églises et des monastères sont fondés en Hongrie telle l'abbaye bénédictine de Pannonhalma.

Géza Arpad fait convertir de gré ou de force un grand nombre de seigneurs et de guerriers et persécute les " chamans " et les païens récalcitrants. Géza Arpad aurait fait enterrer vivant le chef des Petchenègues Thonuzoba.

Géza Arpad doit affronter de nombreuses révoltes, mais renforce son pouvoir.



Révolte en Hongrie

Étienne Ier de Hongrie mate une révolte de l'aristocratie magyare païenne conduite par le chef Koppany en 998.

Toujours en accord avec Sylvestre II, une province ecclésiastique est créée à Gran, garantissant l'autonomie religieuse de cette Hongrie dont les cavaliers inspiraient un demi-siècle plus tôt une vive crainte aux pays voisins.


Étienne Ier de Hongrie-peinte en 1875 par Benczúr Gyula (1844-1920)-Magyar Nemzeti Galéria de Budapest

Étienne Ier de Hongrie Roi de Hongrie

Étienne Ier de Hongrie est sacré Roi de Hongrie le jour de Noël de l'an 1000 avec une couronne envoyée par le pape Sylvestre II, ce qui le fait qualifier de Roi apostolique, et avec le consentement de l'empereur germanique Otton III.

Otton III lui fait parvenir la première couronne royale, apportée par le légat Aserik, ou Anastase, futur Archevêque d'Esztergom.

Un autre prélat, Domonkos, premier Évêque hongrois, participe à la cérémonie.

Étienne Ier de Hongrie impose le christianisme en Hongrie et défend l'indépendance de la Hongrie contre les Bulgares voisins et contre l'empereur germanique Conrad II le Salique (il se déclare vassal du Saint-Siège).



Demande d'une couronne royale par Boleslas Ier de Pologne

En 1001, Boleslas Ier de Pologne envoie l'abbé Astryk-Anastazy auprès du pape Sylvestre II afin de lui demander une couronne royale.

Mais celui-ci trahit Boleslas Ier de Pologne au profit d'Étienne Ier de Hongrie qui veut également être couronné roi.



Réunion de la Transylvanie au royaume de Hongrie

Étienne Ier de Hongrie réunit la Transylvanie au royaume entre 1003 et 1006.



Révolte en Hongrie

Étienne Ier de Hongrie accueille des missionnaires et doit fréquemment combattre les Magyars païens comme lors de la révolte conduite par le chef Ajtony vers 1003.

Étienne Ier de Hongrie crée des archevêchés : Kalocsa et Esztergóm, et 8 évêchés.

Étienne Ier de Hongrie abolit le système tribal de son peuple et transforme les territoires des clans en comtés (megye), basés autour d'une place forte et ayant à leur tête un ispan.

Les deux tiers de la population et des terres dépendent ainsi directement du Roi, qui fait de grandes donations aux églises et aux monastères.

Le Roi et sa cour se déplacent dans les résidences royales, en particulier les forteresses d'Esztergom (Gran) et Székesfehérvár (Stuhlweissenburg).

Étienne Ier de Hongrie gouverne avec l'aide d'un Conseil, composé entre autres de l'Archevêque d'Esztergom et du palatin (nádor).

La christianisation du pays est lente et rude.

Les Hongrois doivent :



Naissance d'Émeric de Hongrie

Henricus ou Émeric de Hongrie, en hongrois Imre, en allemand Emmerich, naît à Székesfehérvár en 1007, fils d'Étienne Ier de Hongrie et de Gisèle de Saxe de Bavière.

Étienne Ier de Hongrie fait venir des ecclésiastiques tel le moine bénédictin Gérard ou Gellert de Venise, précepteur Émeric de Hongrie.

Il sera Évêque de Csanad.

Gellert est un écrivain célèbre et créateur d'écoles pour les Grands du royaume.



Baptême de Samuel Aba

Mariage de Samuel Aba

Samuel Aba ou Owon est Prince des Kabars, tribu de Hongrie d'origine khazare née à la fin du IXe siècle de la fusion de trois tribus plus modestes.

Le judaïsme, majoritaire dans l'aristocratie khazare expliquerait peut-être son nom.

Il dominait le nord de la Grande Plaine et les monts Matra.

Vers 1010, Samuel Aba doit se faire baptiser.

Puis Étienne Ier de Hongrie lui donne sa sœur en mariage.

Aucun autre Hongrois n'qui épousera princesse de la famille royale à cette époque.

Le Comitat d'Ujvar est créé sur les territoires du Prince.

S'ensuivent la fondation du très vaste diocèse d'Eger et celles des monastères bénédictins d'Abasar et de Feldebrö.



Mort de Henri II le Saint Empereur germanique

Dynastie Salienne ou franconienne

Conrad II le Salique Roi de Germanie

Conrad II le Salique Roi des Romains

Henri II le Saint meurt le 13 juillet 1024 à Grona près de Gottingen en Allemagne, dernier roi de la dynastie des Saxons ou des Ottoniens.

Ezzon de Bonnegau, époux de Mathilde de Germanie fille d'Othon II le Roux, revendique la couronne impériale, en vain.

Conrad II le Salique, Duc de Franconie, est élu, non sans tumulte, Roi de Germanie et Roi des Romains à Mayence en 1024.

Conrad II le Salique cède le Schleswig à Canut le Grand, Roi d'Angleterre et du Danemark.

Conrad II le Salique est vainqueur de Mieszko II, Roi de Pologne.

À l'avènement de Conrad II le Salique, les barons lombards dont Héribert, l'Archevêque de Milan, veulent s'émanciper des Allemands et offrent la couronne d'Italie :

Eudes II de Blois accepte la couronne mais les Lombards renoncent ensuite à leur idée pour ne pas se brouiller avec Robert II le Pieux qui oriente le choix sur le Duc d'Aquitaine qui échouera d'ailleurs.

Après la mort d'Henri II le Saint, les rapports de la Hongrie avec l'Allemagne s'enveniment.

La situation pourrait s'expliquer par une très hypothétique tentative d'Étienne Ier de Hongrie pour proposer la candidature d'Émeric de Hongrie comme Duc de Bavière, Émeric de Hongrie étant plus proche parent du dernier empereur que ne l'est Conrad II le Salique.

L'influence que Conrad II le Salique exerce sur la Souabe ainsi que la rivalité qui oppose Conrad II le Salique à Ernest II de Souabe les deux hommes à propos de la succession de Rodolphe III le Fainéant empoisonne leurs relations.

Gisèle de Souabe est la nièce de Rodolphe III le Fainéant, par Gerberge des Deux-Bourgognes, sa mère. Ernest II de Souabe, son fils, comme Conrad II le Salique, son mari, ont de légitimes prétentions sur le trône de Bourgogne, puisque vraisemblablement Rodolphe III le Fainéant va mourir sans enfant.



Destitution d'Ottone Orseolo

Pietro Barbolano Doge de Venise

Peu de temps après, Domenico Grandenigo, âgé de 18 ans et membre d'une des plus importantes familles de Venise, est nommé évêque de Olivolo (un des quartiers de Venise).

Ottone Orseolo s'oppose à cette nomination.

Une révolte éclate commandée par Domenico Flabanico:

Ottone Orseolo est capturé et destitué.

On lui coupe la barbe et il est envoyé à Constantinople.

Pierre Orseolo, son fils, se réfugie chez son oncle Étienne Ier de Hongrie.

Orso Orseolo, son frère, est chassé de Grado.

Pietro Barbolano est élu 28ème Doge de Venise en 1026.



Attaque de Mieszko II Lambert contre la Saxe

En 1028, Mieszko II Lambert attaque la Saxe pendant qu'Étienne Ier de Hongrie attaque le Saint-Empire.

Mieszko II Lambert pille et ravage la Saxe orientale avant de se diriger vers l'embouchure de l'Oder pour remettre de l'ordre en Poméranie occidentale.


Émeric de Hongrie

Mort d'Émeric de Hongrie

Émeric de Hongrie, le prince héritier, meurt à Veszprém le 2 septembre 1031, tué, dit-on, par un sanglier au cours d'une partie de chasse.

Il est enseveli dans l'église de Székesfehérvár (Alba Regalis) fondée par son père.

Pierre Orseolo, né chrétien tout en descendant d'Arpad, est désigné officiellement comme héritier du trône hongrois.

Samuel Aba, alors comte palatin d'Étienne Ier de Hongrie, n'est pas retenu par Étienne comme successeur potentiel. Il n'est pas du sang Arpad et sa conversion ne parait peut-être pas entièrement sincère au roi.

Pour avoir grandi dans le paganisme, sont aussi écarté :

Vazul se rebelle contre cette décision. Étienne Ier de Hongrie lui fait crever les yeux et plomber les oreilles. Il fait exiler ses fils en Pologne pour les évincer de la succession.



Mort d'Étienne Ier de Hongrie

Pierre Orseolo Roi de Hongrie

Étienne Ier de Hongrie meurt à Buda le 15 août 1038.

Il est inhumé dans l'église de Székesfehérvár (Alba Regalis) où il rejoint Émeric de Hongrie, son fils.

Pierre Orseolo, neveu d'Étienne et fils du doge de Venise, est couronné Roi de Hongrie avec l'accord du pape Benoît IX.

Pierre Orseolo :

Bref : il est haï.



Création de l'Ordre de Saint-Étienne

En 1764, l'impératrice Marie-Thérèse de Habsbourg institue l'Ordre de Saint-Étienne en l'honneur d'Étienne Ier de Hongrie.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !