Listes Recherche par nom de personne, de lieu,... Recherche par Année Carte

Page précédente Accueil du site Mode d'emploi Nous écrire



De l'année à l'année
Sans mise en forme










Événements contenant la ou les locutions cherchées



41 événements affichés, le premier en 1533 - le dernier en 1603


Anne Boleyn peint quelques années après sa mort

Mariage de Henri VIII Tudor avec Anne Boleyn

La favorite Anne annonce qu'elle attend un bébé. À ce moment, Henri VIII Tudor décide que l'enfant naîtra dans la légitimité.

Henri VIII Tudor épouse dans l'intimité à Westminster le 25 janvier 1533 Anne Boleyn, marquise de Pembroke, fille de Thomas Boleyn, Comte de Wiltshire et d'Ormonde et d'Élisabeth Howard. Leurs enfants sont :

Lors du couronnement de la nouvelle reine, Charles Brandon a la charge de High Steward.

Henri VIII Tudor charge Charles Brandon de renvoyer le personnel de Catherine d'Aragon. Il est écœuré par cette tâche.



Naissance d'Élisabeth Ire Tudor

Élisabeth Ire Tudor naît en 1533, fille d'Henri VIII Tudor et d'Anne Boleyn. Elle est élevée dans la religion protestante.



Fixation de l'ordre de la succession par Henri VIII Tudor

En 1543, Henri VIII Tudor obtient du parlement le droit de fixer lui-même l'ordre de sa succession : il rétablit ainsi les 2 princesses issues de ses autres mariages, Marie Ire Tudor et Élisabeth Ire Tudor au deuxième et troisième rang dans l'ordre de succession au trône d'Angleterre.



Jeanne Grey Pupille de Catherine Parr

En 1546, Henry Grey et Frances Brandon font de Jeanne Grey une pupille de Catherine Parr, la dernière épouse du roi Henri VIII Tudor.

L'affection de Catherine Parr aide Jeanne Grey à s'épanouir enfin. Elle est présentée dans le même temps à ses cousins royaux : Édouard VI Tudor, Marie Ire Tudor, Élisabeth Ire Tudor.


Édouard VI Edward Seymour

Mort de Henri VIII Tudor Roi d'Angleterre

Édouard VI Tudor Roi d'Angleterre et d'Irlande

Edward Seymour le Vieux Duc de Somerset

Edward Seymour le Vieux Lord Protecteur

Mariage de Thomas Seymour avec Catherine Parr

Henri VIII Tudor meurt le 27 janvier 1547 à Westminster à Londres. Il est inhumé auprès de Jeanne Seymour dans la Chapelle Saint-Georges du château de Windsor dans le Berkshire.

Henri VIII Tudor est connu pour sa prodigalité et ses six mariages.

Henri VIII Tudor est aussi le fondateur de la première flotte permanente de l'Angleterre, la Royal Navy.

Édouard VI Tudor succède à son père Henri VIII Tudor et devient Roi d'Angleterre et d'Irlande le 28 janvier 1547.

Le testament d'Henri VIII Tudor désigne 16 exécuteurs, chargés de former un Conseil de Régence jusqu'à ce qu'Édouard atteigne la majorité.

En excluant des conservateurs comme Thomas Howard, il choisit de privilégier des exécuteurs susceptibles de poursuivre les réformes religieuses en cours.

Par le testament d'Henri VIII Tudor, Thomas Seymour est fait baron Seymour de Sudeley.

Le Conseil passe aux actes immédiatement, installant Edward Seymour en tant Lord Protecteur.

Edward Seymour le Vieux devient 1er Duc de Somerset dès le 15 février 1547.

Le 20 février 1547, Édouard VI Tudor est couronné en l'abbaye de Westminster.

S'efforçant d'apaiser les doutes qui ne manquent pas de naître quant à la validité du testament, chacun des 16 exécuteurs testamentaires prie Édouard VI Tudor de le nommer à nouveau. Le 13 mars 1547, Édouard VI Tudor crée un nouveau Conseil comprenant la plupart des fidèles de son défunt père et quelques autres personnes, soit un total de 26 membres.

Edward Seymour le Vieux, qui ne siège pas officiellement au Conseil, parvient alors à persuader Édouard VI Tudor de lui donner tout pouvoir afin d'en modifier la composition.

Edward Seymour le Vieux devient ainsi le souverain réel, reléguant le jeune Édouard VI Tudor à un rôle cérémoniel.

Catherine Parr est veuve d'Henri VIII Tudor et une des femmes les plus riches d'Angleterre.

Thomas Seymour épouse le 4 avril 1547 Catherine Parr. Leur enfant est :

Thomas Seymour retourne à la Cour quelques mois après la mort d'Henri VIII Tudor.

Anne Stanhope, épouse d'Edward Seymour, se considère alors comme première dame du royaume. Elle estime que Catherine Parr, Reine douairière, a renoncé à son droit de préséance en se mariant en dessous de sa condition.

Catherine Parr gagne la bataille en invoquant la loi de succession qui indique clairement qu'elle a priorité sur toutes les dames du royaume;

En fait, Anne Stanhope vient après les Marie Ire Tudor, Élisabeth Ire Tudor et Anne de Clèves.

Anne Stanhope a néanmoins de pouvoirs considérables pour une courte durée. Cela aura plus tard de graves conséquences sur la réputation de son mari.

Edward Seymour le Vieux effectue de grandes réformes dans l'église protestante et prend des mesures concernant l'hérésie et les lois de trahison.



Préparation de la succession d'Édouard VI Tudor

Malgré les efforts de ses médecins, l'affection dont souffre Édouard VI Tudor, soit la tuberculose, soit la syphilis ou la polyarthrite rhumatoïde, s'aggrave.

En mai 1553, il devient évident qu'Édouard VI Tudor est mourant.

En sa qualité de protestant et manipulé par John Dudley, il s'oppose avec véhémence à la possibilité pour sa première demi-sœur, la catholique Marie Ire Tudor d'accéder au pouvoir.

La fondation de l'Église anglicane par Henri VIII Tudor a engendré une élite protestante, enrichie par la dissolution des monastères. Le rétablissement de l'autorité de l'Église catholique en Angleterre risque de priver cette noblesse de sa richesse.

Les conseillers d'Édouard VI Tudor lui précisent qu'il lui est impossible d'exclure Marie Ire Tudor de sa succession sans que la protestante Élisabeth Ire Tudor, son autre demi-sœur, subisse le même sort.

Le jeune souverain décide au final de les déshériter toutes les deux.

Édouard VI Tudor, sur son lit de mort, stipule par son testament que Jeanne Grey doit lui succéder.

Jeanne Grey peut revendiquer le trône anglais par sa mère, Frances Brandon, fille de Mary Tudor, elle-même fille d'Henri VII Tudor.


Jeanne Grey - Streatham Portrait - découvert dans les années 2000- considéré comme premier portrait posthume - National Portrait Gallery à Londres Marie Ire Tudor

Mort d'Édouard VI Tudor Roi d'Angleterre

Jeanne Grey Reine d'Angleterre

Marie Ire Tudor Reine d'Angleterre

Jeanne Grey et Guilford Dudley Prisonniers

Mort de John Dudley

Divorce Henry Herbert et de Catherine Grey

Édouard VI Tudor meurt au Palais de Greenwich le 6 juillet 1553.

Selon la tradition, ses dernières paroles sont : " Mon Seigneur Dieu, défendez ce royaume du papisme et maintenez Votre vraie religion. "

Sa dépouille mortelle repose en l'Abbaye de Westminster à Londres.

Le règne d'Édouard est marqué par la réforme religieuse. La faction protestante devient forte, et Thomas Cranmer, l'archevêque de Cantorbéry, détient beaucoup de pouvoir.

Pendant ce règne, beaucoup de lycées (grammar school) sont établis dans les grandes villes du royaume.

Quatre jours après le décès d'Édouard VI, le 10 juillet 1553, John Dudley proclame Jeanne Grey Reine d'Angleterre.

Ce délai entre la mort du souverain et sa publication entraîne des rumeurs quant à la possible survie d'Édouard, plusieurs imposteurs se faisant passer pour le défunt durant le règne de Marie Ire Tudor, puis celui d'Élisabeth Ire Tudor.

Jeanne Grey élit domicile à la tour de Londres, où les monarques anglais séjournent habituellement de leur accession au pouvoir jusqu'à leur couronnement.

Jeanne Grey refuse de conférer le titre de roi à Guilford Dudley, son époux. Elle propose de le créer Duc de Clarence.

John Dudley, pour consolider le pouvoir acquis par les protestants, souhaite arrêter et mettre au secret Marie Ire Tudor avant qu'elle ne récolte suffisamment d'appuis pour la cause qu'elle défend.

Informée, Marie Ire Tudor s'enferme derrière les murs du château de Framlingham dans le Suffolk.

En seulement 9 jours, Marie Ire Tudor réussit à mobiliser assez de membres de la noblesse pour retourner à Londres le 19 juillet 1553, à la tête d'une procession triomphale.

Le Parlement est alors contraint de reconnaître Marie Ire Tudor en tant que reine légitime.

Jeanne Grey n'aura règne sur l'Angleterre qu'à peine plus d'une semaine ce qui lui vaudra le surnom de "reine de neuf jours".

Marie Ire Tudor fait emprisonner Jeanne Grey et Guilford Dudley à la tour de Londres sous l'inculpation de haute trahison.

Marie Ire Tudor commande l'exécution de John Dudley. John Dudley meurt entre le 21 et le 23août 1553.

Henry Herbert veut alors se distancier de la famille Grey. Il jette Catherine Grey hors de sa maison, et divorce d'elle, affirmant que leur mariage n'a pas été consommé.



Expansion du protestantisme en Écosse

S'appuyant sur des troupes françaises, Marie de Guise doit faire face à l'expansion du protestantisme en Écosse. Violemment dénoncée par le théologien John Knox, Marie de Guise rencontre une opposition croissante, encouragée par la reine d'Angleterre Élisabeth Ire Tudor.


Élisabeth Ire Tudor

Mort de Marie Ire Tudor Reine d'Angleterre

Élisabeth Ire Tudor Reine d'Angleterre

Rétablissement de l'Anglicanisme

Catherine Grey prétendante potentielle au trône d'Angleterre

La prise de Calais abrège les jours de la reine Marie.

On raconte que Marie Ire Tudor sur son lit de mort aurait dit : Quand je serai morte et ouverte, on trouvera Philippe (son mari) et Calais inscrits dans mon cœur.

Marie Ire Tudor meurt le 17 novembre 1558.

Philippe II d'Espagne, Roi consort, perd tout pouvoir sur l'Angleterre et est déçu de ne pas avoir un fils d'elle pour gouverner ce pays.

Élisabeth Ire Tudor, demi-sœur de Marie Ire Tudor, lui succède en novembre 1558.

Élisabeth Ire Tudor rétablit l'Anglicanisme. Cela ne rend ni Philippe II d'Espagne ni le pape Paul IV heureux.

En tant qu'arrière-petite-fille d'Henri VII Tudor et petite-fille de Mary Tudor, Catherine Grey, protestante, peut légitimement prétendre au trône d'Angleterre.

Cependant, Élisabeth Ire Tudor parait être assez chaleureuse envers Catherine Grey. On pense qu'elle envisage même de l'adopter.



Premier traité de Cateau-Cambrésis

Le premier traité du Cateau-Cambrésis, est conclu en deux temps, les 12 mars et 2 avril 1559, entre Henri II de France, Roi de France, et Élisabeth Ire Tudor, Reine d'Angleterre.

Il permet notamment à la France, en contrepartie d'un versement de 500 000 écus, de conserver Calais.

Le Roi envoie François de Montmorency en ambassade auprès de la Reine Élisabeth Ire Tudor pour recevoir d'elle l'engagement d'observer le Traité de Paix du Cateau-Cambrésis.

François de Scépeaux est un des négociateurs des traités de Cateau-Cambrésis.

Claude II de L'Aubespine est rédacteur et signataire du traité de Cateau-Cambrésis avec l'Angleterre et l'Espagne.



Projet de mariage de Charles II d'Autriche avec Élisabeth Ire Tudor

Des négociations ont lieu en 1559 pour arranger un mariage entre Charles II d'Autriche et Élisabeth Ire Tudor.


Jacques de Savoie-Nemours - par François Clouet - en 1560

Projet de mariage de Jacques de Savoie-Nemours avec Élisabeth Ire Tudor

Séducteur reconnu pour son charme et sa galanterie, Jacques de Savoie-Nemours est pendant l'été 1559 un prétendant sérieux d'Élisabeth Ire Tudor.

Le mariage est tenu pour fait à la cour de France, mais les réticences de la reine et la guerre en Écosse laissent ce projet d'alliance sans suite.



Mariage d'Edward Seymour le Jeune avec Catherine Grey

À la cour de Marie Ire Tudor, Catherine Grey devient amie avec Jane Seymour, fille d'Edward Seymour le Vieux et d'Anne Stanhope.

Grâce à elle, Catherine Grey fait la connaissance d'Edward Seymour le Jeune, son frère et tombe amoureuse de lui.

Edward Seymour le Jeune épouse secrètement en 1560 Catherine Grey. Leurs enfants sont :

Le mariage a lieu chez Edward Seymour le Jeune, à Canon Row.

Jane Seymour est le seule témoin. Il n'y a pas de traces officielles du mariage.

Élisabeth Ire Tudor envoie en France Edward Seymour le Jeune et Thomas Cecil, le fils aîné de William Cecil. Ils vont faire le tour de l'Europe pour améliorer leur éducation.

Edward Seymour le Jeune confie à Catherine Grey, son épouse, un document qui, en cas de décès, lui permettra de prouver son mariage et d'hériter de ses biens.

Catherine Grey perd le document.



Mort de Jane Seymour

Catherine Grey prisonnière

Jane Seymour meurt en 1561 de la tuberculose.

Catherine Grey est non seulement seule à la Cour, mais de plus elle n'a aucun moyen de prouver son mariage avec Edward Seymour le Jeune. Elle cache ce mariage pendant plusieurs mois.

Devenue enceinte, dans son huitième mois de grossesse, alors qu'elle voyage vers Ipswich avec la cour, elle ne se voit plus d'autre choix que de trouver de l'aide auprès de membres influents de la cour.

se confie tout d'abord à Bess de Harwick, Lady Saintloe. Cependant, Bess, effrayée à l'idée que Catherine Grey et elle-même puissent être exécutée pour une telle trahison, non seulement refuse d'aider la jeune femme mais lui reproche également de l'avoir impliquée dans cette affaire.

Catherine Grey visite ensuite secrètement Robert Dudley, beau-frère de sa sœur Jeanne Grey, dans sa chambre de nuit, et le supplie de l'aider. Robert Dudley refuse également. Craignant que la reine découvre la visite et suspecte une liaison, Robert Dudley va dire à Élisabeth Ire Tudor tout ce qu'il sait.

Élisabeth Ire Tudor est furieuse de découvrir que Catherine Grey, sa cousine, si proche du trône, s'est mariée sans sa permission, qui plus est avec un homme qu'elle n'apprécie pas.

Catherine Grey est emprisonnée à la Tour de Londres, où Edward Seymour le Jeune la rejoint à son retour en Angleterre.

Même Bess d'Hardwick est emprisonnée, car Élisabeth Ire Tudor est convaincue que ce mariage fait partie d'un plus large complot organisé contre elle-même.



Annulation du mariage d'Edward Seymour le Jeune et de Catherine Grey

Le mariage d'Edward Seymour le Jeune et de Catherine Grey est annulé en 1562 jugé invalide puisque Élisabeth Ire Tudor n'y a pas donné son accord.

Edouard Seymour et Thomas Seymour, les enfants de ce mariage seront considérés comme inaptes à succéder au trône. Cependant plus tard, ils seront à nouveau considérés comme de potentiels héritiers à la Couronne.



Offensive de l'armée catholique

Pour l'armée catholique commence la longue campagne de siège qu'il faut mettre en place pour récupérer les villes prises.

Il y a plusieurs théâtres d'opérations :

Des deux côtés, on s'organise militairement :



Traité d'Hampton Court

Débarquement des Anglais au Havre

Siège de Dieppe

Briquemault (1502-1572), puis Jean II de Ferrière (1520-1586), Seigneur de Maligny et Vidame de Chartres et R. de la Haye sont chargés de négocier avec Cecil, Ministre d'Élisabeth Ire Tudor, l'aide de l'Angleterre protestante.

François de Scépeaux fait une infructueuse démarche auprès d'Élisabeth Ire Tudor pour empêcher son intervention en faveur des protestants.

Le traité d'Hampton Court est signé entre les Huguenots et Élisabeth Ire Tudor le 20 septembre 1562.

Selon les termes du traité :

Le jour même, Élisabeth Ire Tudor fait publier une déclaration justifiant ce traité par la nécessité de :

Aux mains des Anglais, Le Havre devient alors un redoutable foyer de guerre de course où s'illustrent nombre de corsaires huguenots pourchassant les vaisseaux catholiques, dont Sores, Bontemps, et surtout Leclerc, dit Pié de Palo (jambe de bois) qui rendent dangereuse la navigation dans la Manche.

Les 3000 hommes débarqués à la mi-octobre 1562 à Dieppe, d'où ils comptent rallier Rouen, y sont bientôt assiégés avant d'être autorisés à repasser la Manche.



Prise de Pithiviers par les Huguenots

Attaque de Corbeil

Pendant ces événements, Gaspard II de Coligny est parti recruter des mercenaires en Allemagne : 3 500 reîtres et 4 000 lansquenets.

Le 6 novembre 1562, l'armée huguenote fait sa jonction avec les mercenaires vers Pithiviers qui est assiégée.

Le 11 novembre 1562, Pithiviers se rend.

Les protestants attaquent ensuite Corbeil à la mi-novembre 1562, mais la ville défendue par Jacques d'Albon résiste.

En 1562, Timoléon de Cossé sert à la défense de Paris.

L'armée protestante ne peut assiéger la capitale faute d'effectifs suffisants.

Devant la menace d'une contre-attaque de l'armée royale, Louis Ier de Bourbon-Condé et Gaspard II de Coligny lèvent le camp. Ils pensent se replier au sud et attaquer Chartres.

Mais Faute de moyen, l'armée protestante est victime de désertion et d'indiscipline. Le 7 décembre 1562, les huguenots avec 7 000 fantassins, 5 000 cavaliers et une dizaine de pièces d'artillerie, remontent sur Le Havre où se trouve le fonds anglais promis par Élisabeth Ire Tudor destiné à payer les mercenaires allemands.



Guerre nordique de Sept Ans

Frédéric II de Danemark, expansionniste, déclare la guerre à son cousin Éric XIV de Suède en 1563.

Éric XIV de Suède repousse avec succès la plupart des tentatives danoises de conquêtes, mais où il n'est pas capable de conserver ses propres conquêtes.

À la recherche d'alliances politiques utiles, Éric XIV de Suède fait des propositions de mariage restées sans succès entre autres à :



Nouveau projet de mariage de Charles II d'Autriche avec Élisabeth Ire Tudor

Des négociations ont lieu à nouveau de 1564 à 1568 pour arranger un mariage entre Charles II d'Autriche et Élisabeth Ire Tudor.

Mais la reine décide finalement qu'elle n'épouserait pas l'archiduc, la principale cause, à part le caractère de la reine, étant la religion.



Mariage de Jacques Hepburn avec Marie Ire Stuart

Abdication de Marie Ire Stuart

Marie Ire Stuart prisonnière d'Élisabeth Ire Tudor

Jacques VI Stuart Roi d'Écosse

James Stuart Comte de Moray Régent du Royaume d'Écosse

Jacques Hepburn épouse au Palais d'Holyrood à Édimbourg le 15 mai 1567 Marie Ire Stuart.

Ils ont un enfant mort la même année.

Jacques Hepburn, Comte de Bothwell, est l'un des responsables de l'assassinat d'Henri Stewart Darnley.

Marie Ire Stuart est obligée d'abdiquer devant le soulèvement provoqué par ce mariage le 24 juillet 1567.

Elle s'exile en Angleterre, où Élisabeth Ire Tudor, se sentant menacée par elle, la met d'abord en prison.

Jacques VI Stuart, ayant à peine plus d'un an, devient Roi d'Écosse.

Il est couronné à Stirling le 29 juillet 1567.

La régence du Royaume d'Écosse est conviée en 1567 à James Stuart, Comte de Moray, demi-frère illégitime de Marie Ire Stuart



Odet de Coligny Excommunié

Odet de Coligny est excommunié en 1569. Un arrêt du Parlement le décrète alors de prise de corps.

Pour y échapper et craignant pour sa vie, Odet de Coligny se réfugie avec Isabelle d'Hauteville, sa femme, en Angleterre auprès de Élisabeth Ire Tudor.

Elle le reçoit chaleureusement en tant que cardinal nouvellement réformé.



Projet de mariage de François d'Alençon avec Élisabeth Ire d'Angleterre

En 1571, l'échec des négociations pour marier Henri III de France avec la reine d'Angleterre Élisabeth Ire Tudor, pousse Catherine de Médicis à proposer son fils François d'Alençon dont la carrière politique commence.



Mort de Matthew Stuart Régent du Royaume d'Écosse

John Erskine Comte de Mar Régent du Royaume d'Écosse

Matthew Stuart, Comte de Lennox, meurt le 4 septembre 1571, par le parti d'Élisabeth Ire Tudor, la reine d'Angleterre.

Jacques VI Stuart étant toujours mineur, John Erskine, Comte de Mar, devient Régent du Royaume d'Écosse.



Signature du traité d'alliance entre la France et l'Angleterre

Le traité d'alliance entre la France et l'Angleterre est signé le 19 avril 1572.

Les deux pays doivent se porter mutuellement secours contre l'Espagne.

François de Montmorency, se trouvant auprès d'Élisabeth Ire Tudor pour faire signer ce traité, reçoit l'Ordre de la Jarretière.



La saison des Saint-Barthélemy

Le massacre de la Saint-Barthélemy s'étend les semaines suivantes à plus d'une vingtaine de villes de province.

Il dure toute une saison, selon l'expression de Michelet.

Averties par des témoins, des courriers de commerçants, encouragées par des agitateurs comme le Comte de Montsoreau dans le val de Loire, les villes de province déclenchent leurs propres massacres.

Louis III de Bourbon-Vendôme participe au massacre de la Saint-Barthélemy.

La réaction des autorités est variable.

Parfois elles encouragent les massacres :

Assez souvent, les autorités tentent de protéger les huguenots, en les mettant en prison comme au Mans et à Tours.

Cela ne marche pas toujours, les prisons sont forcées et les protestants y sont massacrés comme à Lyon, Rouen, Albi.

Les gouverneurs militaires contredisent ceux qui prétendent que le roi ordonne et approuve les massacres, ce qui ne suffit pas toujours à les empêcher.

Jacques II de Goyon est l'un des rares gouverneurs à avoir exécuté avec fidélité les ordres de Charles IX de France en protégeant les protestants à Saint-Lô et à Alençon.

Au total, le nombre de morts est estimé à 2 000 à Paris, et de 5 000 à 10 000 dans toute la France.

Le pape Grégoire XIII fait chanter un Te Deum en apprenant la nouvelle.

Il fait frapper une médaille pour célébrer l'évènement et commande à Vasari une série de fresques racontant le massacre.

Philippe II d'Espagne fait part de sa satisfaction et aurait déclaré : C'est le plus beau jour de ma vie.

Élisabeth Ire Tudor prend le deuil et fait faire le pied de grue à l'ambassadeur français avant de paraître accepter la thèse du complot.

Le massacre de la Saint-Barthélemy déclencha la quatrième guerre de religion.



Albert de Gondi en Angleterre

Albert de Gondi est chargé, en fin 1572, d'une mission auprès d'Élisabeth Ire Tudor.

Il réussit à empêcher l'arrivée des secours que les protestants attendent d'Angleterre.



Négociations pour le mariage de François d'Alençon avec Élisabeth Ire Tudor

En 1581, Artus de Cossé-Brissac se rend en Angleterre pour négocier le mariage d'Élisabeth Ire Tudor avec François d'Alençon, Duc d'Anjou.

Il a 26 ans et elle en a 47.

Élisabeth Ire Tudor le surnomme sa grenouille.

Leur rencontre est de bons augures mais nul ne se sait ce qu'en pense réellement la reine.

Le peuple anglais est particulièrement contre ce mariage, du fait que François est un prince français et aussi de religion catholique.



Guerre anglo-espagnole

La Guerre anglo-espagnole dure de 1585 à 1604.

La haine d'Élisabeth Ire Tudor à l'égard de Philippe II d'Espagne la fait mener une guerre de harcèlement. Elle s'allie aux Provinces Unies, le nord des Flandres, qui viennent de réussir leur sécession et envoie son navigateur Francis Drake ravager les possessions espagnoles d'Amérique.



Condamnation de Marie Ire Stuart

Philippe II d'Espagne, fomente une insurrection en Irlande, puis il conçoit le projet de détrôner Élisabeth Ire Tudor et de faire couronner Marie Ire Stuart. Élisabeth fait traduire Marie Ire Stuart, emprisonnée, devant un tribunal qui la condamne à mort, en 1586.



Mort de Marie Ire Stuart

Mais Marie Ire Stuart est décapitée au Château de Fotheringhay dans le Northamptonshire sur l'ordre d'Élisabeth Ire Tudor le 8 février 1587.

Elle est inhumée en juillet 1587 à la Cathédrale de Peterborough.

Jacques Davy du Perron est choisi pour prononcer l'éloge de Marie Ire Stuart à laquelle Henri III de France fait rendre de magnifiques honneurs funèbres.

Connaissant la haine du roi contre Élisabeth Ire Tudor, Jacques Davy du Perron, par excès de courtisanerie, croit se mettre plus avant dans sa faveur en composant une satire. Bien que dans les vues du roi, ce passage n'en est pas moins violemment désapprouvé par lui.

Voyant qu'il a fait une dangereuse faute politique, Jacques Davy du Perron cherche à se rattraper en faisant l'éloge de Catherine de Médicis.



Guillaume du Bartas Ambassadeur en Écosse et en Angleterre

En 1587, Guillaume du Bartas est envoyé en mission par Henri IV de France, alors Roi de Navarre, auprès de Jacques VI Stuart à Édimbourg et de'Élisabeth Ire Tudor à Londres.

Henri de Sponde l'accompagne et se fait remarquer par sa faculté à apprendre la langue du pays et sa maîtrise du latin.

À son retour, Henri de Sponde aborde l'étude de la jurisprudence à Tours.


Bataille entre l'Invincible Armada et la flotte anglaise, XVIème siècle Trajet emprunté par l'Armada espagnole

Défaite de l'Invincible Armada

Élisabeth Ire Tudor soutenant la révolte des Provinces des Pays-Bas, Philippe II d'Espagne se décide à envahir et conquérir l'Angleterre en 1588.

Les néerlandais du nord et les anglais se trouvent alliés contre les espagnols. Les anglais doivent chasser la flotte espagnole de la région, sinon, la détruire. Les néerlandais indépendants souhaitent gêner les efforts des espagnols pour reconquérir les provinces des Pays-Bas du Nord.

Philippe II d'Espagne arme à ses frais une armada qu'il nomme l'Invincible Armada (en espagnol Grande y Felicísima Armada, la grande et très heureuse flotte). Elle se compose de 130 navires, transportant 30 000 hommes dont environ 20 000 soldats. Ses équipages sont pour la plupart inexpérimentés et mal équipés.

La flotte anglaise bénéficie de deux avantages techniques essentiels :

Ces canons ont une portée et une force de pénétration nettement supérieure à ceux de la flotte espagnole ce qui permet d'éviter l'abordage. Manoeuvré par des artificiers affectés uniquement à l'opération, ils permettent en outre de tirer à cadence plus rapprochée soit un tir toute les 2 mn contre 10 mn pour les canons espagnols,

La flotte quitte Lisbonne et La Corogne le 29 mai 1588 et se dirige vers les Pays-Bas où elle a rendez-vous avec les troupes d'Alexandre Farnèse, successeur de don Juan d'Autriche, pour les embarquer et les emmener et les débarquer en Angleterre. L'Armada apporte les canons directement de l'Espagne.

Jean-Louis de Nogaret veille à ce que l'armada ne puisse utiliser le port de Boulogne.

Des marins des Provinces Unies, dits les Gueux de la mer en référence à la Révolte des gueux, font un blocus sur les ports de Dunkerque et de Nieuport sur la côte de Flandre ou se trouvent des unités de l'armée espagnole. Au large de la côte, il existe de nombreux bancs de sable dont les Hollandais ont enlevés les balises.

Gravelines est le port espagnol à la fois le plus proche de l'Angleterre et le seul de la côte flandrienne accessible sans naviguer entre les bancs de sable et les plages. Depuis une flotte aussi grande que l'Armada, la rade de Gravelines ne se distingue pas nettement de celle de Calais.

En août 1588, l'Invincible Armada est presque totalement détruite au large de Calais sous la force conjuguée des éléments et de la flotte anglaise.

L'officier anglais Sir Francis Drake s'illustre par son habileté.

La nouvelle conforte le roi Henri III de France.



Bataille d'Arques

Les troupes d'Henri IV de France refluent partout. Henri IV de France est se replie personnellement à Dieppe pour attendre les renforts promis par son alliée, Élisabeth Ire Tudor.

Le 6 août 1589, Henri IV installe son camp et ses 8000 hommes à Dieppe.

Maximilien de Béthune, François III de la Noue, François Ier de Bourbon-Vendôme, Armand de Gontaut-Biron et Charles de Gontaut-Biron, son fils, participent au combat à Arques.

Charles II de Mayenne désire récupérer ce port stratégique de Normandie. En vue d'un assaut de la cité, Charles II de Mayenne rassemble 35 000 hommes, en plus des milices cambrésiennes et des Lorrains du marquis de Pont à Mousson.

Tilly passé au service de Charles II de Mayenne, participe à cette bataille. Jean de Montluc de Balagny est fait parti des ligueurs.

Henri IV de France, en homme avisé, sait qu'une offensive face à une telle armée serait vaine, et que rester dans la cité de Dieppe serait suicidaire. Après avoir averti Henri Ier d'Orléans-Longueville et Jean VI d'Aumont, Henri IV décide d'aller vers le bourg d'Arques et d'y placer des moyens de défense importants. Il y fait des travaux de terrassement et consolide les fortifications et se prépare au choc frontal.

Entre le 15 septembre et le 29 septembre 1589, les Ligueurs menés par Charles II de Mayenne lancent plusieurs assauts sur le bourg d'Arques et ses environs, mais leur élan se retrouve vite brisé par l'artillerie royale.

Ces attaques sont très meurtrières des deux cotés, et bientôt le manque d'hommes du côté Henri IV se fait cruellement sentir.

Jean VI d'Aumont participe à cette bataille.

Charles Emmanuel de Savoie-Nemours prend part à cette bataille.

Le salut d'Henri IV de France vient de la mer le 23 septembre 1589, en effet, 50 Anglais, puis 1200 Écossais et enfin 4 000 soldats britanniques envoyés par Élisabeth Ire Tudor débarquent d'Angleterre par vagues en moins de 3 jours pour prêter main forte au nouveau roi de France.

Devant cette situation, Charles II de Mayenne préfère abandonner, et Henri IV de France sort vainqueur de cette première confrontation.



Libération d'Odet de La Noue

Mort de Francis Walsingham

Grâce à l'amitié de François III de la Noue et du ministre anglais Francis Walsingham, des négociations sont entamées pour la libération d'Odet de La Noue.

Walsingham meurt le 6 avril 1590 avant la conclusion des discussions.

Henri IV de France intervient alors auprès de la reine Élisabeth Ire Tudor.

Celle-ci fait remettre à François III de la Noue 4 capitaines espagnols pris par les Anglais lors de l'expédition de l'Invincible Armada. les Espagnols consentent à échanger Odet de La Noue contre ces prisonniers.

François III de la Noue apprend la délivrance de son fils mais ne le reverra pas.



Prise de Lamballe

Mort de François III de la Noue

Henri IV de France envoie François III de la Noue en Bretagne, assister Henri Ier de Bourbon-Montpensier qui ne parvient pas à prendre la ville de Lamballe.

Le 30 juin 1591, François III de la Noue conduit l'armée Royale à Quintin.

Vers le 4 juillet 1591, après une escarmouche avec les chevaux légers et les arquebusiers de Philippe-Emmanuel de Lorraine l'armée regagne Quintin.

Puis elle part pour Lamballe.

Le 16 juillet 1591, ils investissent enfin la ville.

Le 18 juillet 1591 François III de la Noue est blessé d'une balle d'arquebuse en allant reconnaître les défenses du château de Lamballe.

Transporté à Moncontour pour y recevoir des soins, François III de la Noue meurt le 4 août 1591 des suites de sa blessure.

François III de la Noue, seigneur de La Noue-Briord, de La Roche-Bernard et de Montreuil-Bonnin, a entretenu une correspondance et une longue amitié avec Sir Francis Walsingham, ministre protestant anglais, connu comme le maître-espion d'Élisabeth Ire Tudor.



Naissance de Élisabeth Stuart

Élisabeth Stuart naît au Palais Falkland à Fife (Dunfermline) en Écosse le 19 août 1596, fille de Jacques VI Stuart et d'Anne de Danemark.

Elle est prénommée Élisabeth en l'honneur de la reine Élisabeth Ire Tudor.

Élisabeth Stuart est élevée au Palais de Linlithgow en Écosse.



Charles de Gontaut-Biron Gouverneur de Bourgogne

Charles de Gontaut-Biron Duc et Pair de France

La baronnie de Biron est érigée en duché-pairie en 1598.

Charles de Gontaut-Biron est nommé Gouverneur de Bourgogne. Il est fait Duc et Pair de France en 1598.

Henri IV de France envoie Charles de Gontaut-Biron en ambassade auprès d'Élisabeth Ire Tudor.



Naissance de Charles Ier Stuart

Charles Ier Stuart naît à Dunfermline le 19 novembre 1600, fils de Jacques VI Stuart et d'Anne de Danemark.

Henri II de Rohan charme la reine Élisabeth Ire Tudor.

Le roi d'Écosse, Jacques VI Stuart lui demande d'être le parrain de Charles Ier Stuart, son fils.


Jacques Ier Stuart Jacques Ier Stuart

Mort d'Élisabeth Ire Tudor Reine d'Angleterre

Jacques VI Stuart Roi d'Angleterre et d'Irlande

Élisabeth Ire Tudor meurt en 1603.

Jacques VI Stuart, déjà Roi d'Écosse, devient également roi d'Angleterre et d'Irlande sous le nom de Jacques Ier en 1603.

À Londres, Jacques VI veut renforcer son pouvoir en prenant appui sur la religion anglicane, qui fait du roi le chef de l'Église nationale.

Il en vient à persécuter les catholiques et les puritains. Ces derniers commencent à émigrer en masse vers le Nouveau Monde.

La première colonie britannique permanente sur le continent américain est nommée Jamestown en son honneur (littéralement village de Jacques).

Jacques VI Stuart prend pour premier conseiller Robert Cecil, Comte de Salisbury et fils de Lord Burghley. Il doit modérer les dépenses du Roi.

Élisabeth Stuart vient en Angleterre. Sa gouvernante est la comtesse de Kildare.

Elle est ensuite prise en charge par Lord Harington, avec qui elle passe des années heureuse à Combs Abbey, dans le Warwickshire.

Jacques VI Stuart ramène de la stabilité en Écosse en mettant fin aux régences en 1603.



William Shakespeare sociétaire de la compagnie Hommes du Roi

La compagnie "The Lord Chamberlain's Men" devient très populaire. Après la mort d'Élisabeth Ire Tudor et le couronnement du roi Jacques VI Stuart en 1603, le nouveau monarque adopte la troupe qui porte désormais le nom des "Hommes du Roi" (King's Men). La troupe finit par devenir résidente du théâtre du Globe, dont la réplique exacte est de nouveau en activité à Londres.


William Shakespeare entremetteur

Des documents judiciaires de 1612, date où l'affaire est portée au tribunal, montrent qu'en 1604, William Shakespeare est locataire chez un artisan huguenot qui fabrique des diadèmes dans le nord-ouest de Londres, un certain Christopher Mountjoy (Montjoie).

L'apprenti de Montjoie, Stephen Belott désire épouser la fille de son patron. William Shakespeare devient l'entremetteur attitré, pour aider à négocier les détails de la dot.

Sur ses propres promesses, le mariage a lieu. Mais 8 ans plus tard, Belott poursuit son beau-père pour n'avoir versé qu'une partie de la dot. William Shakespeare est appelé à témoigner, mais ne se souvient que très vaguement de l'affaire.


Menu contextuel

Si, dans le résultat d'une recherche, un nom de personne ou de lieu ou une date vous interpelle, sélectionnez-le et faites un clique droit pour lancer une nouvelle recherche.


Si ce site vous est utile, placez le dans vos favoris ou marques-pages !